ÖRÖM - Dolmen (Autoprod.) - 21/11/2015 @ 19h36
Evoquer l'Underground du début des années 2000, les amateurs de Remembers savent ce que ça implique. Pas de plateformes d'écoute (type bandcamp ou deezer) ni de réseaux sociaux (façon myspace ou facebook), pas de stream video non plus (youtube ne débarquant qu'en 2005), d'ailleurs l'accès au haut-débit était encore un objectif à atteindre. Nos habitudes étaient différentes. La fréquentation des premières bases de données et webzines français consacrés au metal me donnait déjà pas mal de pain sur la planche (associée à celle des p2p).
Réceptif au doom (sous presque toutes ses formes) depuis ma découverte du trio de Peaceville 10 ans plus tôt, j'ai suivi avec intérêt le développement de doom-metal.com, prenant l'habitude de farfouiller dans sa bandlist alphabétique. C'est de cette façon que j'ai déniché Öröm, dont le présent enregistrement était signalé en téléchargement libre.

Conscient de l'influence de Tormentor sur le développement du black metal scandinave et client des débuts de Sear Bliss (l'album Phantoms), mon attention se tournait à cette époque vers la scène hongroise: Without Face (vu en concert en première partie de Cathedral et Samael), Turulver, Gire, Wall of Sleep, Cavum, Libra... une période riche en découvertes. Venons-en à Öröm. Ses membres n'étant pas du genre bavard, leur biographie se résume à la portion congrue. En 1998 une formation de raw black, Frost, se fait remarquer. D'abord avec sa Demo Under the Hungarian Blackmoon (détournement d'un classique de Darkthrone), puis en participant à un split-EP consacré à Tormentor. A noter l'investissement de certains d'entre eux dans Mors, groupe pratiquant un black plus mélodique. Mais cela ne suffit pas aux concernés qui ambitionnent de jouer une musique plus ambiante et dépressive. C'est ainsi qu'en avril 1998, István "Vízió" Kalinka (guitares & narration), Fürjes "Myst" János (basse, BAR et claviers additionnels) et Tibor "Holdh" Mile (claviers/piano) fondent Öröm (signifiant joie en magyar). Ce 3ème projet va rapidement accaparer leur attention, au point de les voir renoncer au reste de leurs activités musicales.


Sorti en 2003, Dolmen succède à 2 Demos, une rehearsal '98 et Beteljesedés (parue en 2000). C'est le premier enregistrement du groupe à sortir aux formats CD et digital (exit les K7). Les Hongrois font aussi l'effort de bricoler leur 1er clip (voir plus bas), à l'époque uniquement visible sur leur ancien site officiel. [Pour rappel, on se situe 2 ans avant l'apparition de youtube.] Autre signe d'évolution, la durée des morceaux s'est sensiblement rallongée, Dolmen proposant 6 titres pour plus de 42 minutes de musique. Plus qu'une Demo, il s'agit à mon sens du premier album des Hongrois, ces derniers optant pour des textes dans leur langue maternelle: le magyar.
Öröm décrit sa musique comme étant du doom atmosphérico-expérimental lorgnant vers le dark ambient et le neo-folk, doom-metal.com se contentant d'une plus sobre et plus seyante étiquette gothic doom. Certes le tempo de procession funéraire et les thèmes qui vont avec renvoient à la scène doom. Certaines atmosphères rappelleront de bons souvenirs aux amateurs de black très atmosphérique. Cependant Öröm s'éloigne relativement du metal. Pour une raison simple, il n'y a pas de riff ni même de distorsion, Vízió privilégiant les arpèges en son clair, avec parfois un peu d'acoustique à l'arrière plan. Son chant est à l'avenant, alternant narration et chuchotements. Superposant couches et humeurs, les claviers de Holdh et Myst cisèlent tour à tour des écrins funeral sur Csöndben, plutôt dark folk sur Mélyen Legbelül et neo-classique sur Beteljesedés. Mention spéciale au morceau A Tó qui voit guitare et basse rivaliser par leur caractère glauque avec un ensemble piano/claviers plutôt horrifique. A titre de comparaison, imaginez Profanum période 2ème album avec des arpèges de guitare gothique et vous aurez une assez bonne idée du style pratiqué par ces Hongrois.
Reste à savoir si c'est votre tasse de thé.

La suite de l'histoire? En 2005, Öröm enchaine avec un EP, Élet, comprenant un nouveau clip. L'année suivante, les Hongrois sortent à tirage confidentiel "8" (comprendre le signe de l'infini) qu'ils présentent comme leur premier album. Il s'agit en réalité d'une compilation reprenant le meilleur de leur période 2001-2006. Cet enregistrement marque la fin d'une époque avec le départ de Myst. Il n'est pas remplacé, Vízió récupérant la basse et Holdh la programmation. S'en suit une longue période d'hibernation ponctuellement interrompue par des rééditions et plus récemment la sortie en mai 2015 d'un nouvel album nommé "O".

Pour les curieux, "8" et "O" sont en écoute intégrale sur la page bandcamp du groupe: voir ICI

István "Vízió" Kalinka
1997-1999: Mors
1998-2004: Frost
1998 à nos jours: Öröm

Tibor "Holdh" Mile
1997-1999: Mors
2000: Frost
1998 à nos jours: Öröm

Fürjes "Myst" János
1996-2000: Frost
1998-2006: Öröm




Rédigé par : forlorn | 2003 | Nb de lectures : 630


Auteur
Commentaire
poypoy
Membre enregistré
Posté le: 23/11/2015 à 20h51 - (31800)
Bah au début des années 2000, il y avait de quoi trouver des choses sur le net, c'était même une période assez faste, myspace apparaît en 2003, mais avant, il y avait quelques radios qu'on chopait par winamp ... et ... ma mémoire me fait défaut, mais j'ai découvert pas mal de choses. Après, il fallait sans doute être assez motivé ... je devais l'être, je n'ai pas l'impression d'avoir été tant en manque que ça.

Tiens par exemple Chalice (le groupe Australien) ... si tu t'es intéressé au gothic-doom underground, tu en as sans doute entendu parler.

poypoy
Membre enregistré
Posté le: 23/11/2015 à 21h06 - (31801)
quand j'y repense, je n'arrive absolument pas à me souvenir où j'allais trouver mes groupes underground avant myspace, hormis sur ces fameuses radios que je lisais par winamp ... j'ai des cd dans ma collection que j'ai commandés suite à ces découvertes, je ne sais pas d'où je les sors avec 15 ans de recul ...
C'est sûr que les moins de 20 ans ne peuvent pas s'imaginer à quel point la façon de consommer de la musique a changé ^^

forlorn
Membre enregistré
Posté le: 23/11/2015 à 21h53 - (31802)
Clairement. Quand la passion est là, on trouve toujours le moyen de se débrouiller (quelle que soit l'époque). Quant à la rubrique Remember, la contextualisation est à mon sens son principal atout. Aborder l'underground du début des années 2000 permet d'évoquer ces chemins de traverse, ce que je ne me suis pas privé de faire ces derniers mois (au risque d'abuser d'ailleurs).

Sinon tu as vu juste, j'étais très client de la scène gothic doom australienne à l'époque: Elegeion - Odyssey Into Darkness (chroniqué par mes soins), Avrigus - The Secret Kingdom, les 2 premiers albums de Chalice, la disco de Virgin Black... Une belle génération!

poypoy
Membre enregistré
Posté le: 23/11/2015 à 23h27 - (31803)
ah oui tiens, Avrigus j'ai ça aussi, de même que Virgin Black ... mais eux on en a un peu plus entendu parler par ici.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker