Spécial Kristian 'Necrolord' Wåhlin par forlorn
publication le : 28/10/2014
Un Top n'engage que son auteur. Nos goûts étant conditionnés par nos connaissances, un Top est toujours susceptible d'évoluer. (traduction: je ne parle que de ce que je connais). L'objectif de ce Blog est de susciter le débat, d'encourager les échanges. Soyez curieux et n'hésitez pas à proposer le votre.

Dans le metal, l'iconographie a toujours été primordiale. Du premier vinyle de Black Sabbath à nos jours, nombre d'artistes se sont distingués, contribuant à façonner notre imaginaire. La liste est longue, très longue. Aujourd'hui c'est le tour de KRISTIAN WAHLIN, plus connu sous le pseudo de NECROLORD.



LE MUSICIEN

On a tendance à l'oublier, mais ce natif de Gothenburg (en 1971) s'est d'abord illustré en tant que musicien (principalement guitariste), avant de privilégier son activité de graphiste. Coup de projecteur sur une carrière musicale étendue sur plus de 20 ans (en gros de 1988 à 2010).



GROTESQUE (black/death): Réputé pour la sauvagerie de ses performances scéniques, ce groupe à la durée de vie éphémère (1988-1990) a vu défiler de futurs grands noms de la scène suédoise, dont Tomas Lindberg (At The Gates), Shamaatae (Arckanum) et Alf Svensson (Oxiplegatz). Bilan de carrière, 2 Demos et un EP rassemblés dans une compilation agrémentée d'inédits sortie chez Black Sun en 1997. Century Media a également réédité l'EP en 2001 sous forme de split avec la Demo d'At The Gates. Notez que Grotesque s'est reformé en 2007 le temps d'une poignée de concerts, dont un pour la release party du livre Swedish Death Metal de Daniel Ekeroth (bassiste d'Usurpress, ex-Dellamorte et Insision). In The Embrace Of Evil (compilation) en écoute intégrale



LIERS IN WAIT (death metal): 2ème projet à géométrie variable, dans lequel Necrolord est cette fois le maitre à penser. Sur l'unique EP enregistré en 1991 (et réédité en 2004) il cumule guitares, vocaux et claviers. Hormis des membres de Grotesque, des mecs tels qu'Anders Björler (At The Gates), Daniel Erlandsson (Arch Enemy) ou encore Christofer Johnsson (Therion) sont passés dans Liers in Wait. Extrait: Maleficent Dreamvoid (clip)



DECOLLATION (death metal): Sous le pseudo de Chris Steele, Necrolord s'essaye à la batterie le temps d'un EP sorti en 1992 sur un label tout neuf: Listenable. Son complice de toujours le guitariste Johan Österberg utilise le pseudo de John Lesley. Extrait: Cursed Lands



DIABOLIQUE (gothic metal/rock): En 1995 Kristian Wåhlin abandonne le pseudo de Necrolord et passe à la vitesse supérieure en formant son 1er groupe stable et professionel dans lequel il est guitariste/chanteur/claviériste. Bilan de carrière, 2 EPs et 3 albums en 6 ans d'activité. En 2001 Diabolique entre en hibernation. De 2007 à 2010, Kristian Wåhlin et Johan Österberg ont tenté de relancer le groupe, mais le nouvel album composé restera dans les cartons faute de label intéressé. Extrait: Rain



THE GREAT DECEIVER (hardcore/metal): En 1999, Tomas Lindberg sollicite la paire de gratteux Wåhlin/Österberg pour former un groupe à dominante hardcore. Bilan de carrière 2 EPs et 3 albums. La reformation d'At The Gates en 2007 a mis fin au projet. Extrait: The Big Radiating Nothing


LE GRAPHISTE

Passionné dès son plus jeune âge par les arts graphiques, Kristian Wåhlin a suivi une formation à la Schillerska Grammar School. Photographie, peinture, illustration... tout l'intéresse. Ses principales sources d'inspiration viennent du mouvement romantique (Caspar David Friedrich) et d'artistes de la Renaissance (Jérôme Bosch, Albrecht Dürer). L'un de ses premiers travaux en tant que graphiste fut le visuel du 1er album de Tiamat: Sumerian Cry (1990). On le constate Kristian Wåhlin est un activiste de premier plan, qu'on retrouve également investi dans la presse, la radio et la TV. Lors de l'édition 2013 du Gothenburg Sound Festival, il dirigeait une exposition retraçant l'ascension de la scène de Gothenburg des années 80 à nos jours. Pour ceux qui voudraient en apprendre plus: sa page wikipedia / son site officiel / sa page facebook.

5/ EMPEROR - In the Nightside Eclipse (1994)



En ballotage dans la catégorie 'bleue', ce visuel du cultissime 1er album d'Emperor a remporté sa place de haute lutte face à Sacramentum (Far Away from the Sun) et Dark Funeral (The Secrets of Black Arts).
Extrait: Inno a Satana.

4/ DISSECTION - Storm of the Light's Bane (1995)



Le groupe de feu Jon Nodveit a largement contribué à l'ascension de la scène scandinave, de Nuclear Blast et de Necrolord. A l'instar de la musique de Dissection, ce visuel a marqué l'inconscient collectif. Lorsqu'on pense à son travail, c'est l'un des premiers qui nous vient à l'esprit, l'un des plus emblématiques.
Extrait: Retribution - Storm of the Light's Bane (live 1997).

3/ RAISE HELL - Holy Target (1998)



J'apprécie cette oeuvre pour sa modernité qui tranche avec son habituel trip mythologie/fantasy. Quant à Raise Hell, si leur connexion avec Dissection était un peu trop visible sur ce 1er opus, les Suédois trouveront rapidement leur voie (plus thrash groovy). Malheureusement, les metalleux ne leur accorderont pas la moindre chance.
Du gâchis. Extrait: Holy Target (live 1998).

2/ BATHORY - Blood On Ice (1996)



A cette époque Quorthon cherche à s'émanciper du carcan 'viking' dans lequel il est enfermé. Mais entre retro-thrash et metal alternatif, le Suédois est au creux de la vague. Il se résout alors à exhumer un album composé entre 1988 et 1989. Blood on Ice redore le blason Bathory et permet à Necrolord de réaliser l'une de ses oeuvres les plus fouillées, un concentré de mythologie viking. Très classe. Extrait: The Lake.

1/ TIAMAT - Wildhoney (1994)



Encore une magistrale démonstration de monochromie, cette fois dans les teintes orangées. Kristian Wåhlin fournit un fantastique écrin à un album incroyablement inspiré et novateur. Wildhoney? L'un des plus grands albums des années 90s. Extrait: Whatever That Hurts (clip).


Bonus Actualité: INFINITY - Non De Hac Terra (2012)



Voici l'un de ses derniers travaux en date, pour ce groupe néerlandais comprenant des membres de Funeral Winds. Ce visuel vous fait penser à celui du dernier In Mourning? C'est normal il était aussi de Kristian 'Necrolord' Wåhlin...

A vous maintenant.
Nb affichages: 6381
Auteur
Commentaire
hammerbattalion
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 14h39 - (1627)
Marrant, je connais et ai écouté tous les groupes que tu cites sans jamais avoir acheté un de leurs albums (merci les compiles). Pour les artworks, je rajouterai quand même le Clouds de Tiamat et le Secrets Of The Black Arts de Dark Fufu. Trois de ses oeuvres trônent dans les bureaux de Century Media, c'est dire s'il a été important dans le développement de certains groupes.

Je serai curieux de savoir par exemple, combien de tee-shirts du Storm Of The Light's Bane ont été vendus, çà doit être énorme.

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 15h53 - (1628)
Très bon classement :) Par contre, pour faire ma propre sélection, ça va être très très difficile :( Disons que j'aime particulièrement celles de Grotesque, qui changent de ses illustrations plus colorées. Elles ont un charme particulier (et très maléfique aussi... hé, hé, hé...). En tout cas, celle de Wildhoney est vraiment superbe et me fait penser, je ne sais pas pourquoi (enfin, si, en vérité... Le soleil, les nuances...), à celles de John Blanche (Warhammer style !!!).

En tout cas, voilà un artiste qui incite à choisir les CDs plutôt que les MP3 :)

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 16h22 - (1629)
(Hors-sujet : Pas mal du tout The Great Deceiver. J'ai jamais été trop fan du chant de Tomas Lindberg mais, là, pour le coup, j'aime bien son chant :))

choochoo
IP:91.88.197.223
Invité
Posté le: 13/10/2013 à 16h52 - (1630)
il ya le compil "Death is just the beginning..." aussi

Piet
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 16h53 - (1631)

Oulaaaaaa, on s'attaque à du lourd là !

Pour faire simple, je trouve cet artiste génial, ni plus ni moins. Je suis plus fan des artworks "plus dessinés" mais on ne peut pas vraiment dire qu'il aie raté un artwork.


Dissection - The Somberlain
Bathory - Blood on Ice
Graveworm - Engraved in Black
Morgana Lefay - Sanctified
Opprobrium - Discerning Forces
King Diamond - Voodoo

OK, ça fait 6 ! Mais le choix est dur quand même !




vincesnake
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 20h32 - (1632)
Pareil qu' Hammerbattalion, j'aurai cité Clouds de Tiamat et secret de Dark Fufu !

Merci pour ce Top / dossier très instructif!

panzerfaust
IP:81.13.248.128
Invité
Posté le: 13/10/2013 à 22h19 - (1633)
J'ai adoré The Black Flower de Diabolique. un album que je ressors régulièrement!
Ce type est pour beaucoup dans la réussite de plusieurs groupes, c'est indéniable. Ca m'est arrivé d'acheter des albums que pour la beauté de leur visuel! Incontournable avec Dan Seagrave (Entombed - Clandestine, Dismember - like an everflowing...).
Dans mon top je placerai
-The Secrets of The black Arts;
-Necrophobic darkside;
-dissection The Somberlain (meilleure que celle de Storm!);
-The Moaning blood from stone (excellent album qui mériterait un remember!)
-Lord Belial enter the moonlight (super album aussi, mais je suis pas certain que ce soit de necrolord...)


KaneIsBack
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 22h58 - (1634)
Wow, y a personne pour évoquer The Gallery ? :) Pour un top 5, ça donnerait :

- Bitterness (Desultory)
- The Creation (Sins of Omission)
- Storm of the Light's Bane
- The Secrets of the Black Arts
- The Gallery

Pis Sacramentum, Thulcandra, Ebony Tears, Sacrilege... C'est vraiment un artiste génial.

KaneIsBack
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 23h03 - (1635)
Ah, et il faut aussi un top Dan Seagrave, Kris Verwimp et Joe Petagno ! :)



grozeil
Membre enregistré
Posté le: 13/10/2013 à 23h04 - (1636)
J'avais jamais percuté que le Tiamat était de lui! Pour ce top, je mettrai aussi le Bathory en 1, le travail est superbe et c'est probablement un des plus détaillé, d'autant plus que chaque élément se rapporte à un titre du disque. Sinon, j'ai un faible pour Sacramentum. Et si je n'ai pas écouté ce disque, j'adore aussi le visage de Diabolique, The Black Flowers.



YvesRaymond Cul
IP:93.6.28.2
Invité
Posté le: 14/10/2013 à 00h37 - (1637)
Il a fait aussi Atheist et King Diamond

sniper666 non connecté
IP:86.74.119.220
Invité
Posté le: 14/10/2013 à 06h36 - (1638)
il a fait aussi darkside de Necrophobic.


GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 14/10/2013 à 09h09 - (1639)
On a oublié de parler de ses deux pochettes magnifiques pour Thulcandra qui valent aussi le coup d'oeil

Strat
Membre enregistré
Posté le: 14/10/2013 à 10h27 - (1640)
J'ai enfin un nom qui me permet de reconnaitre ces fabuleuses pochettes.
Sacré bonhomme, malgré que je ne connais pas vraiment sa discographie, encore des groupes à rajouter à ma liste d'écoute en attente.

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 14/10/2013 à 14h30 - (1641)
Presque le même top que KaneisBack mais je mettrai le Sacramentum à la place de "The Secrets of".
Pour le top Dan Seagrave, c'est prévu que je m'en occupe mais pour ça un peu de patience les amis :-D

Comme le souligne GabinEastwood, les pochettes des Thulcandra sont aussi très chouettes.
Et sa pochette pour Stortregn est également à signaler (le groupe aussi pour son Black mélo à la Dissection/Sacramentum)



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 15/10/2013 à 07h19 - (1642)
Je partage si cela intéresse quelqu'un des recherches précédemment faites sur Necrolord, artiste que je suis très précisément depuis pas mal de temps. Désolé pour les fautes éventuelles, pas le temps de bien relire.

## Commentaires sur deux œuvres citées ##

BATHORY - Blood On Ice

"et permet à Necrolord de réaliser l'une de ses œuvres les plus fouillées," : j'y vois plutôt un grand fouillis et l'une de ses œuvres les moins maîtrisées, non pas par la technique qui est précise mais dans le langage graphique : cette idée de pot-pourri nordique est pour ainsi dire assez kitsch. Bien que beaucoup plus dépouillées, je préfère les pochettes du diptyque Nordland I & II. Avis discordant donc.

DISSECTION - The Somberlain

Etonnant de citer cette œuvre parmi celles réalisées pour Dissection, qui incluent aussi notamment le EP When Dead Angels Lie et le Live Legacy. Un travail qui manque encore d'assurance et de finesse. Mais c'est une belle variation et un belle hommage à la pochette de King Diamond - Abigail, en plus furieuse.

Question : quelqu'un sait-il pourquoi, sur les pochettes de Abigail et The Somberlain, les chevaux ont des jambes avant aussi caractéristiques ?

## Quelques éléments d'analyse ##

En dehors de l'aspect culte de plusieurs de ses premières pochettes, les derniers travaux de Kristian Wåhlin sont à mon avis techniquement supérieurs. Voici donc un artiste, ce n'est pas toujours le cas, qui améliore son savoir-faire. Mais bien sûr, illustrant avant tout de la musique voire un concept, on ne peut dissocier ses œuvres de son usage premier qui est la pochette de disque.

En ce sens, on peut distinguer à ce jour deux grandes périodes, les années 90 pour l'aspect iconique et des années 2000 à nos jours. A prendre en compte aussi, le déclin de la pochette peinte au tournant des années 2000 au profit de la photo et du Photoshop, expliquant la perte d'influence de Wåhlin ou de Seagrave par exemple.

Je ne trouve pas l'influence de Bosch très perceptible dans son travail, ni dans la forme ni dans le fond. En revanche, c'est un artiste profondément romantique, très contemplatif, qui sait magnifier la désolation. Dernièrement, la précision du dessin est impressionnante, parfois très sophistiquée. Outre un très fort retour du bleu, on remarque l'apparition d'un nouveau thème graphique avec la statut (ou l'aspect statut) renforcé par l'utilisation d'un aspect "hachuré" donnant du détail.

S'il est reconnu pour sa palette bleue, on est surpris par la récurrence des teintes rouges, allant du vermillon au carmin, se risquant parfois à des rencontres très intéressantes (ex : Necrophobic). Il utilise quelque fois le vert et le marron, et plus rarement il s'aventure dans des "délires" de couleurs (ex : Laudamus, quelle horreur).

## Divers thèmes récurrents ##

Légende B : bleu – R : rouge – D : divers (souvent du vert quand même)

Halls, entrée, crypte :
--
Epitaph - Seeming salvation (1992) - plus que Friedrich, on pense à Goya ici. - R
Morgana Lefay - The secret doctrine - 1993 - B
Dark Tranquillity - The gallery (1995) - R
Morgana Lefay - Sanctified - 1995 : presqu'un crossover en fait - B / R
Opprobrium - Discerning Forces (2000) - R
Edge of Sanity - Crimson 2 (2003) - R
Apostasy - Cell 666 (2004) - R
Evocation - Tales from the Tomb (2007) - D
Hypocrisy - A Taste of Extreme Divinity (2009) - R / D

Château, forteresse :
--
Tad Morose - Leaving the Past Behind - B / D
Merciless - Unbound (1994) : celle-ci se discute car on retrouve aussi le thème du hall.
Emperor - In the nightside eclipse (1994) - B
Dark Funeral - The secret of the black arts (1996) - B
Sacramentum - Far away from the sun (1996) - B
Hollow - Modern Cathedral (1997) - B
King Diamond - Voodoo (1998) - B
Raise Hell - Holy target (1998) - R
Crystal Eyes - Dead City Dreaming - B / D
Graveworm - Engraved in Black - D
The black Dahlia Murder - Nocturnal (2007) - B

Influence de C. D. Friedrich, romantique :
--
Utumno - Across the Horizon - 1993
Dissection - Storm of the light bane (1995) - B
The Equinox ov the Gods - Images of Forgotten Memories (1996) - R/D
Memory garden - Mirage (2000) - D
Dissection - Live Legacy (2003) - B
Wintersun - Wintersun (2004) - B
Lake of Tears - Greatest Tears Vol. I (2004) - D
Lake of Tears - Greatest Tears Vol. II (2004) - D
Sanctify the Darkness - Suicidal Angels - R
Bathory - Nordland I (2002) - B
Bathory - Nordland II (2003) - B

Influence Bosch (tirée par les cheveux) :
--
Setherial - Endtime Divine (2003) - R
Sathanas - Crowned infernal (2007) - D

Monstre / entité maléfique (souvent seul(e), de face et en pose) :
--
Therion - Symphony Masses: Ho Drakon Ho Megas (1993) - R
Luciferion - Demonication (The manifest) (1994) - B
Nifelheim - Nifelheim (1994) - D
Therion - Lepaca Kliffoth (1995) - R
Nifelheim - Devil's force (1998) - R
In Aeternum - Forever blasphemy (1999) - R
Evergrey - Solitude dominance tragedy (1999) - B
In Aeternum - The pestilent plague (2000) - R
Meduza - Now and Forever - Meduza (2002) - R/B
Dissection - Maha Kali (2004) - R
Incrave - Dead end (2008) - R

Composition, "collage" (un peu fourre-tout mais parlant) :
--
Tiamat - Clouds (1992) - B / R
Atheist - Elements (1993) - D
Tiamat - Wildhoney (1994) - R
At the gates - Slaughter of the Soul (1995) - R
Bathory - Blood on Ice (1996) - B
Memory garden - Verdict of posterity (1998) - D
Sins of Omission - The creation (1999) - R
Benediction - Organised Chaos (2001) - D

Crossover (combinaison de thèmes déjà utilisés) / auto-citation (reprise d'une de ses couvertures en y injectant au moins un thème supplémentaire) :
--
Merciless - Unbound (1994) : pour les raisons sus-citées
Ablaze my Sorrow - If Emotions Still Burn (1996) - Femme / Fleur
Morgana Lefay - Maleficium (1996) : Hall / Monstre - R
Cemetary - Sundown (1996) : Monstre / Symbole - R
Necrophobic - Darkside (1997) : Hall / Château
Godgory - Resurrection (1999) - R
Soulreaper - Life erazer (2003) : Monstre / Composition - R
Antestor - The forsaken (2005) : Le Soulreaper de Dissection sans contemplation - B
Morgana Lefay - Grand Materia (2005) : Hall / Monstre - B / R
Earth Flight - Blue hour confessions (2011) : Wildhoney avec la femme. - R

On retrouve de manière récurrente la femme et les fleurs tout au long de son travail, Tiamat et Diabolique étant au centre de ces thèmes. A noter que le personnage de la femme avec les fleurs ne vient pas de Diabolique mais sauf erreur apparait avec Ablaze my Sorrow. Bien sûr, on n'oublie pas, outre le Soulreaper de Dissection, le squelette de Witchery.

Deux derniers thèmes sur lesquels je m'attarde moins car moins importants graphiquement dans l'oeuvre de Necrolord à mon avis :

- l'héroic-fantasy (Auberon, Crystal Eyes, Narmia, Thundersteel, etc)
- les symboles (Amorphis, Crimson Midwinter, Crown of Thorns, Extol, Scum, The Generals, etc).

Quelques travaux récents :
--
Netherbird - Monumental Black Colossal (2010) - B
Thulcandra - Fallen Angel’s Dominion (2010) - B
Evocation - Apocalyptic (2010) : très influencé par Dürer celle-ci. - D
Thulcandra - Under a Frozen Sun (2011) - B
Aeon - Aeons black (2012) - B
Infinity - Non De Hac Terra (2012) - B
Protector - Reanimated Homunculus (2013) - B

## Au final, mon top 5 ##

en essayant de mélanger l'aspect iconique et les qualités graphiques objectives :

Emperor - In the nightside eclipse (1994)
Tiamat - Wildhoney (1994)
Dissection - Storm of the Light's Bane (1995)
Netherbird - Monumental Black Colossal (2010)
Thulcandra - Under a Frozen Sun (2011)





panzerfaust
IP:83.77.74.52
Invité
Posté le: 15/10/2013 à 09h38 - (1643)
@Ivan Grozny : merci très instructif!!

Blurg
IP:90.45.40.51
Invité
Posté le: 15/10/2013 à 13h15 - (1644)
Même s'il est incontestable qu'oser le orange sur un album aussi dark que Wildhoney était un coup de maître (et pas que sur la cover), globalement, il dessine quand même plutôt avec ses pieds et sombre joyeusement dans le kitsch. Mais on lui en demande pas davantage non plus.

Un illustrateur honnête, mais certainement pas un artiste selon moi. Je trouve ses compositions naïves, peu inspirées voire niaises, aléatoires et moyennement exécutées d'un point de vue technique et "anatomique". Ca ne réduit en rien la qualité de l'écrin de Wildhoney, mais quand on voit la quantité de trucs sans intérêt qu'il a pondues à coté de ça, je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il a juste eu un coup de bol, et qu'il ne fait globalement rien de plus que de de l'illustration peu inspirée afin de remplir son frigo et payer ses factures.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 15/10/2013 à 14h03 - (1645)
Blurg : voici un avis pour le moins tranché ! J'ai l'impression de lire les avis péremptoires du monde de l'art sur la BD il y a quelques années. Mais c'est intéressant d'en discuter si tu veux bien.

Qu'est-ce qu'un artiste selon toi ? Plus précisément, qu'est-ce qui définit un artiste dans l'exercice particulier de la pochette de disque, puisque c'est de cela dont il s'agit ? Peut-on déjà être un artiste dans l'exercice particulier de la pochette de disque ?

Le coup de bol dont tu parles s'entretient. Il existe bien sûr au départ puisqu'il faut bien commencer, et avoir la chance un jour de travailler sur la pochette d'un album suffisamment reconnu pour faire parler de soi. Mais ensuite il faut confirmer. Maintenant concernant Wåhlin, il est meilleur techniquement au moment où ses œuvres illustrent des disques moins importants. Les pochettes peintes ont perdu de leur attrait depuis une bonne dizaine d'années. Que penses-tu de ses derniers travaux ?

Dans le sujet présent, la technique ne fait pas tout. Nous parlons aussi de pouvoir d'évocation. C'est le cas pour tous les arts "détournés" de leur usage premier, comme les originaux de BD. Est-ce seulement la qualité intrinsèque de l’œuvre qui prime ici ?

panzerfaut : ;-)

Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 15/10/2013 à 16h46 - (1646)
La pochette de Laudamus me fait beaucoup penser à celles d'Iron Maiden (Somewhere in Time, mais pas seulement...).

Pour l'influence de Bosch, je trouve qu'on peut aussi inclure le dvd d'Hypocrisy, Hell over Sofia - 20 Years of Chaos and Confusion.

Quant à la pochette faite pour Earth Flight, où l'on retrouve un soleil similaire à celle de Wildhoney, la pochette de Dismember, Massive Killing Capacity, et le symbole du chaos sur celle de Crimson Midwinter, tout ça me fait penser que l'univers (au moins pictural) de Warhammer a pu l'influencer (même à petite échelle). De toute façon, de même qu'il n'y a pas de sot métier, il n'y a pas de sotte inspiration :)

Enfin, juste une remarque : depuis quand un illustrateur n'est-il pas un artiste ? Franchement, c'est pas parce qu'une toile finit sur des pochettes d'albums ou sur des couvertures de bouquin qu'elle vaut moins, artistiquement parlant, que celles qu'on trouve dans les musées. D'ailleurs, vu certaines merdes qu'on peut parfois y trouver, dans ces fameux musées, ce n'est plus gage de qualité que d'y être exposé. Qui plus est, que je sache, nombre de toiles qui nous restent des siècles passés sont des ouvrages commerciaux commandés aux artistes : il me semble bien que c'est le cas de la Joconde... Pour finir, je dirais qu'il n'est pas nécessaire d'être un grand technicien pour faire de l'art, surtout que la technique, sans être imperméable à l'art, me semble plus tenir de la raison que de l'émotion (encore que, peut-être est-ce un mélange des deux... allez savoir !)... Enfin, bon, c'est juste mon avis :)

Blurg
IP:90.45.33.81
Invité
Posté le: 15/10/2013 à 17h44 - (1647)
La différence entre l'art et l'illustration c'est l'intention et l'origine. L'illustrateur cherche avant tout à vendre sa marchandise, là où l'artiste pratique son activité quel que soit le retour sur investissement. Ce qui fait l'art, c'est aussi son côté remarquable par rapport à son environnement et son époque. Or, des illustrateurs qui produisent la même chose que Necrolord, y'en a des dizaines de milliers. C'est juste qu'ils ne sont pas au même endroit, et je pense que c'est uniquement grâce à ça qu'il a pu faire sa petite place.

L'étron (et je pèse mes mots) que constitue la cover de Blood on Ice (album que j'apprécie énormément au demeurant, preuve que ça a rien à voir) est aussi artistique que ces satanés t-shirts de loup au clair de lune qu'affectionnent les fans de Johnny évoqués plus haut. Mais en plus d'avoir une compo pourrie, c'est mou et dégoulinant, les couleurs choisies comme s'il avait pas eu d'autre teinte sous la main, les tracés sont hésitants et irréguliers. Et ce n'est pas une irrégularité volontaire poussée par une volonté artistique, faut pas non plus avoir fait l'ENSBA pour s'en rendre compte. C'est l'irrégularité d'un gus qui n'a pas le coup de crayon franc.

Et puis l'autre truc qui me frappe, c'est que je m'étais même pas rendu compte que tout ça avait été pondu par le même gus, alors que j'ai bon nombre de ces albums sur mes étagères. Preuve qu'il n'a pas le style particulier frappant qui rend un artiste unique. Ca aurait pu être le même gonze qui a fait les couvertures des bouquins Warhammer dans les années 90, j'aurais pas vu la différence. Inversement, dans le même registre, Frazetta, on le reconnaît du premier coup d'oeil. Royo aussi on le reconnaît (pourtant j'aime pas ce qu'il fait). Même des mecs qui font des comics à la base on les reconnaît (Chan, Buscema, même Kev Walker parmi les récents). Que faire d'un gus dont le boulot est interchangeable avec celui de dizaines d'autres?

En fait, je pense que Necrolord est un borgne au royaume des aveugles. 99% des pochettes des albums de métal sont sans intérêt et se basent sur une volonté artistique très primaire. Ce mec-là a pondu des covers moyennes qui sortaient de l'ordinaire médiocre des covers Metal, et paf, par jeu de nuance, il se retrouve catapulté artiste. Ben mollo les mecs, je trouve qu'il faut pas pousser mémé. Je dis pas que c'est forcément mieux ailleurs, mais tout ça reste quand même à des parsecs de l'éclair de génie ayant engendré un Dark Side of the Moon non?

Je précise que j'ai beaucoup d'estime pour le cover (et le contenu) du livret de Wildhoney, et que c'est aussi pour ça que je suis particulièrement critique avec le reste de la production de ce monsieur. Wildhoney m'a sauté aux yeux. Le reste, soit ça m'a fait ni chaud ni froid, soit j'ai trouvé ça mauvais et "produit à l'arrache". Alors que y'a dans el tas des albums que j'aime autant que Wildhoney. Pourquoi? Necrolord est ainsi pour moi un one-hit-wonder dont le niveau technique et artistique est aisément dépassé parce celui du contenu des centaines de milliers de trucs remplissant les bases de données de Deviantart et Wizards of the Coast.

Sinon, Moshi', l'étoile du chaos à huit branches, c'est Moorcock à la base :P.




Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 15/10/2013 à 18h27 - (1648)
Je me contenterais de dire que j'aime beaucoup ce que fait Necrolord :) Je ne pense pas qu'un débat sur mes goûts, que j'assume totalement, serait très productif...

Pour ce qui est de Moorcock, c'est tout à fait possible, mais il me semblait qu'ils l'avaient aussi utilisée dans Warhammer. (De toute façon, dans la sword and sorcery, quand il est question de chaos, il y a souvent une influence de ce grand maître :) D'ailleurs, après vérification, c'est bien Moorcock qui en est à l'origine, mais Warhammer l'a réutilisée.)

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 15/10/2013 à 21h24 - (1649)
C'est vrai que le maelström de Blood on Ice est kitsch, mais les traits sont beaux et fins.

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 16/10/2013 à 02h02 - (1650)
Blurg : Tu donnes une définition, à mon sens, très élitiste de la définition d'artiste. Historiquement, c'est tout à fait injuste de dire que l'artiste pratique son art quelque soit le retour sur investissement. L'art a presque toujours été une question de commande. Leonard de Vinci ou Rembrandt ont vécu aussi de commandes, le premier a d'ailleurs passé sa vie à chercher des mécènes. Si la question est de savoir si Necrolord est un illustrateur de génie, je réponds tout de suite non, il n'y a aucun doute. Mais cette composante exceptionnelle du savoir-faire, si elle est importante, n'est pas exclusive à la qualité d'artiste.

Citer Dark Side of the Moon, d'accord, mais en allant dans ce sens, on pourrait alors cataloguer tout le métal comme mineur par rapport au classique, par exemple. Que pèse la discographie de Metallica face Der Ring des Nibelungen de Wagner ? C'est une voie sans issue et bien peu pertinente. Qu'il y ait des milliers d'illustrateurs techniquement meilleurs que Wåhlin, dont certains avec des techniques fabuleuses, peut-être. Certains illustrateurs arrivent par exemple à reproduire des effets photoréalistes en couleur, à la peinture, absolument bluffants. Quel intérêt au delà de l'anecdote ?

Concernant la pochette de Blood on Ice, nous semblons être d'accord. Mais il s'agit pour moi d'un raté (il y en a d'autres), et peut-être a-t-il répondu à une volonté particulière du commanditaire. Il y a des distinctions à faire parmi tout son travail. Necrolord est né en 1971. Ses travaux les plus connus ont été produits alors qu'il avait 25 ans, souvent moins. Qu'il n'ait pas eu le coup de crayon toujours franc et assuré à l'époque, c'est certain, mais lui coller une étiquette ad vitam eternam alors même qu'il a beaucoup progressé depuis me semble rapide. Après si tu n'aimes pas, c'est bien sûr autre chose.

C'est compliqué d'échanger sans savoir réciproquement le vécu et l'expérience de chacun. Pour moi, le style de Necrolord se reconnait, en tout cas pour ses oeuvres caractéristiques, d'un coup d'oeil. Pourtant des illustrations, j'en vois beaucoup et régulièrement. Quand tu cites Frazetta ou Royo, c'est intéressant puisque certaines de leurs oeuvres ont été utilisées comme pochette. J'aime par exemple beaucoup la pochette de Geasa - Angel's Cry (Royo), mais le reste comporte certains clichés irréductibles qui rend ces travaux dans leur contexte d'utilisation assez peu intéressants.

Quelqu'un comme Necrolord, a apporté (est-ce le premier, je ne sais pas), quelque chose de vraiment romantique, au sens "Friedrichien" dans l'approche de la pochette métal. Et malgré l'aspect marketing du travail, le fait d'avoir pu contribuer visuellement au succès de certaines disques – sans être putassier – témoigne d'une démarche d'artiste. Frapper l'imaginaire collectif n'est jamais anodin.

Blurg
IP:90.45.33.81
Invité
Posté le: 16/10/2013 à 10h04 - (1651)
Waip en effet, j'ai une vision très élitiste de l'art.

Pour faire un parallèle, il n'y a que très peu de personnes que je considère comme étant des amis (ça tient sur les doigts d'une demie-main), là ou d'autres en ont souvent des dizaines dizaines, et les hiérarchisent ensuite en "amis de toujours", "meilleurs ami", ou autre. Moi je classe direct en "ami" et "pas ami". Coup de rasoir d'Occam qui simplifie le raisonnement et fait gagner énormément de temps en permettant de se concentrer sur ce qui est finalement le plus important pour nous.

Parce que tout est une question de temps finalement. J'ai jamais eu le temps d'apprendre le russe assez correctement pour lire Tolstoï dans le texte, Necrolord peut donc attendre :).

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion







Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker