ZANDELLE - Shadows Of The Past (Pure Steel) - 26/03/2012 @ 07h59
On sait toujours à quoi s’attendre avec les New-Yorkais de ZANDELLE. Dans le circuit depuis une bonne quinzaine d’années maintenant, la formation américaine pratique un heavy metal tout ce qu’il y a de plus basique et conventionnel, ce qui ne l’a pas empêché de se constituer une fanbase fidèle, à défaut d’être conséquente. "Shadows Of The Past" n’est pas à proprement parler la nouvelle offrande studio du groupe mais bien un album d’anciens morceaux remis au goût du jour, agrémenté de quelques bonus.

Dix titres initialement publiés à la fin des années 1990 ont donc été réenregistrés pour l’occasion. Quatre sont issus de l’E.P. éponyme paru en 1996 et six proviennent du premier opus studio de ZANDELLE, "Shadows Of Reality" (1998). Sans être mauvaises, ces compositions ne brillent tout simplement pas par leur ingéniosité et leur originalité. Dans le sillage du référentiel "Painkiller" de JUDAS PRIEST (énorme source d’inspiration des Américains), « Evil Entity », « Soul Of Darkness » et « The Warrior » ne sont que de vulgaires resucées des morceaux les plus agressifs des Metal Gods britanniques. Même s’il porte son combo à bout de bras depuis plus d’une décennie, le vocaliste George Tsalikis ne convainc que rarement dans son habit de Rob Halford du pauvre. Les musiciens qui l’accompagnent font quant à eux le boulot, mais il ne faut pas s’attendre à des prouesses techniques.

Les fanatiques de heavy traditionnel trouveront néanmoins leur bonheur au détour de quelques titres bien envoyés. Sans éviter les clichés les plus éculés du genre, « Ecstasy » ou « Medieval Ways » se révèlent être des titres solides et efficaces. On pense tour à tour aux IRON MAIDEN, MANOWAR, GAMMA RAY et autres SAVATAGE tout au long de "Shadows Of The Pas"t, mais la petite touche d’amateurisme qui caractérise le combo new-yorkais lui confère paradoxalement un capital sympathie important. Même la ballade « Angel », repompe déguisée du « Alone Again » de DOKKEN, parvient à faire son effet. Alternant les titres maladroits (« Darkness Of The Night ») et d’autres plus carrés où le groupe est davantage inspiré (« Bringer Of Doom »), ZANDELLE navigue sans cesse entre deux eaux, peinant en fin de compte à se démarquer de ses influences.
Afin de compléter cette dizaine de morceaux réenregistrés, les Américains ont tenu à rajouter quelques bonus. « Unleashed », inédit issu des sessions de l’album "Vengeance Rising" (2006), n’apporte pas grand-chose, au contraire du nouveau titre « Scream My Name », plus intéressant et davantage moderne dans l’esprit. En revanche, la reprise de WHITESNAKE, « Bad Boys » passe plus difficilement… Et prouve au passage que n’est pas David Coverdale qui veut…
On notera enfin que Pure Steel Records a eu la bonne idée de faire figurer sur un deuxième disque les versions originales des morceaux réenregistrés. Si les compositions restent bien évidemment les mêmes, on en vient par contre à se demander si ZANDELLE ne sonne pas plus authentique sur les bandes d’époque. A chacun de voir selon ses préférences, mais votre serviteur trouve que ces titres sonnent mieux dans leur contexte d’époque. Ce qui du coup, remet quelque peu en question le bien-fondé et l’utilité de "Shadows Of The Past"…

http://www.zandelle.net/ - 101 visite(s)

Shadows Of The Past – Promo Trailer - 88 téléchargements


Rédigé par : up the irons | 11/20 | Nb de lectures : 10862




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker