ZAKK WYLDE - Book Of Shadows II (eOne) - 23/05/2016 @ 07h23
Quand on écoute les magnifiques paroles de « Tu t’laisses aller » de Charles Aznavour on pourrait presque se dire qu’elles ont été écrites pour le père Zakk, en effet depuis déjà presque une décennie celui-ci se laisse vivre enchaînant les disques très moyens (« Catacombs of Black Vatican »), voire carrément insipides (« Shot To Hell »), tout en multipliant les prestations scéniques en pilotage automatique et ennuyeuses où l’on a droit systématiquement à son pauvre solo d’une dizaine de minutes et qui au lieu de sublimer sa guitare la fait carrément vomir. Du coup à l’instar du cinéma quand l’inspiration se fait désirer et/ou que sa carrière se met à stagner quoi de mieux que de donner une suite à un classique qui a fait ses preuves, c’est ce à quoi il s’attelle aujourd’hui en décidant plus de vingt ans après sa conception de se pencher sur le successeur du magnifique « Book Of Shadows », mais à l’instar du 7ème art il est toujours risqué de s’attaquer à une suite longtemps après sa sortie, et là encore ce constat s’impose.

Car si le guitariste ne prend plus de risques depuis longtemps, il a aussi la fâcheuse habitude de vouloir caser le maximum de compos par album au risque d’affaiblir l’ensemble, et celui-ci ne déroge pas à la règle car on a droit à pas moins de soixante-quatre minutes pour quatorze titres, ce qui aurait pu être facilement raccourci d’un bon quart-d’heure (soit la durée initiale de son prédécesseur qui était parfaite) surtout quand on a l’impression (à juste titre) que le tout est moins inspiré et pas mal recyclé. Pourtant quand démarre les premières notes de « Autumn Changes » on a de quoi être optimiste car il s’inscrit pile dans la suite logique du premier opus où l’on retrouve les éléments qui ont fait son charme, puisqu’on navigue entre guitare sèche et légèrement électrique, petit solo mélodique ainsi que la voix posée et douce, du coup sans sauter au plafond cette entrée en matière est réussie, mais cependant tout cela va être de courte durée car comme trop souvent sur ses dernières sorties il y a à boire et à manger au niveau des compositions.

En effet un des principaux problèmes est la durée excessive d’un certain nombre de nouveaux morceaux, du coup on remarque que quand ceux-ci vont à l’essentiel ils y gagnent en accroche et en plaisir, c’est le cas avec les réussis « Lost Prayer », « Eyes of Burden » (aux accents très LYNYRD SKYNYRD), « Yesterday’s Tears » et « Useless Apologies » (où la batterie est absente et à l’ambiance folk/pub assumée). Le reste n’est pas mauvais car « Lay Me Down » est vraiment intéressant, « Darkest Hour » lui contient quelques idées de Jeff Buckley ou encore « The Levee » qui continue son exploration du rock sudiste avec un clin d’œil guitaristique aux ALLMAN BROTHERS, mais ceux-là se retrouvent plombés par une durée nettement excessive qui leur fait perdre de leur attrait. A côté de cela on a les mielleux « Tears Of December » et « Sleeping Dogs » qui sont ennuyeux et mollassons au possible et qui créent du coup une sensation de déséquilibre.

Et puis contrairement à l’original qui avait une vraie atmosphère agréable et intimiste (tout en gardant une véritable trame du début à la fin), ici on est en présence trop souvent d’un ennui profond car la structure des différentes plages est hyper-similaire entre les unes et les autres (du coup un côté interchangeable flagrant se fait sentir tout au long de l’écoute), n’étant pas aidées en cela par une section rythmique qui fait le boulot mais qui se répète trop fréquemment. En revanche la production se révèle impeccable et chaude, permettant au bûcheron du sud d’étaler ses talents de chanteur (il fait un vrai effort sur la voix car il récite les paroles sans les bouffer) et de guitariste, car ses solos tout en mélodie et en toucher sont d’une grande finesse et montrent que quand il le veut il peut encore réserver de bonnes surprises dans ce domaine. Cependant l’ambiance "musique au coin du feu pendant l’hiver" qui peut être agréable durant quelques minutes finit par lasser sur la durée, tout comme le côté sirupeux de certains passages qui peut vite agacer et lasser l’auditeur le plus compréhensif.

Du coup c’est un résultat en demi-teinte auquel on a droit, et surtout très loin de valoir le premier épisode de ses aventures en solitaire romantiques et introspectives, car autant celui-ci revient encore régulièrement sur les platines autant celui-là prendra rapidement la poussière malgré des qualités présentes, du coup on peut se demander s’il n’aurait pas mieux valu qu’il se limite à un EP en ne conservant que les meilleurs titres, ce qui aurait eu plus d’impact et d’intérêt à la fois pour lui et pour ses fans.




Rédigé par : GabinEastwood | 13/20 | Nb de lectures : 6196




Auteur
Commentaire
noohmsul
Membre enregistré
Posté le: 03/06/2016 à 12h12 - (120281)
J'aime beaucoup le morceau sleeping dogs, mais à part ça je suis assez d'accord, l'album est mou, répétitif et ennuyeux... Très largement en dessous du premier, qui lui était fantastique !



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker