YELE SOLMA - Bokor (Antiq) - 13/08/2013 @ 01h38
A l’époque où j’avais découvert YELE SOLMA, Lazareth (le compositeur et l’interprète de ce projet singulier) était à la recherche d’un label pour distribuer sa K7.
Distribué peu de temps après (uniquement en format K7) par Antiq Records, « Bokor » à finit par faire un joli petit bout de chemin dans l’underground grâce à l’originalité de sa démarche et à la force de sa musique.
Aujourd’hui largement plus connu que ce qu’il n’était au départ, ce « Bokor » est aujourd’hui ré édité en format Cd, l’occasion pour moi de vous reparler de ce « Dark Ritual Vodoo Ambiant » remarquable, certainement parmi les albums les plus originaux que j’ai écouté ces dernières années…et peut être d’ailleurs LE plus original.

Avant toute chose, et histoire de ne pas raconter cinquante mille fois la même chose, je vous propose, si vous ne connaissez rien au projet, de vous replonger dans l'interview de Lazareth (disponible sur Vs et qui explique la genèse du projet ainsi qu’une multitude de détails très intéressants) ainsi que dans la chronique de la première K7, histoire d’avoir des détails sur la production « originale ».
Ceux qui connaissent déjà ont bien entendu remarqué que l’artwork avait été changé par rapport à la K7 originale qui comportait simplement une photographie d’un de ces fameux sorciers Vaudou qui ont influencé cet album. C’est plutôt pas mal, mais je préfère la force de la photo originale.
Le son à également évolué par rapport à la K7, puisque le tout à été remixé et remastérisé amenant ainsi de nouveaux aménagements sonores, plus manifestes que je n’aurais pu le croire au début. Au départ en effet, je n’aurais pas cru que le nouveau mixage changerait tant que ça la physionomie des chansons mais il se trouve que certains passages ont à présent un visage différents (A noter que c’est peut être uniquement mon ressentit et que certains auditeurs ne trouveront peut être pas les ambiances si différentes que ça par rapport aux incantations originales).
Certains « cris » d’animaux prennent désormais le pas sur certains instruments quand ces derniers n’en viennent pas aux mains avec les voix qu’ils finissent par envelopper totalement de leurs sonorités malsaines. Niveau bonne surprise par contre, j’ai l’impression que les percussions ont plus de force et sonnent moins bordéliques. Cela m’apparait d’une manière particulièrement manifeste lors de «"Tiimé a'tchika roggo saoga" (Danse de l'impénétrable fétiche waké) et son final de percussions incroyables. Un pur régal de ré écouter cette pièce absolument magique.

J’avoue que cette nouvelle édition, si elle diverge assez peu de la sœur K7, me semble un peu moins immersive et moins cradingue. Je reconnais cependant que la clarté sonore et au rendez vous et qu’il est désormais plus aisé de percer les secrets des chansons que sur la précédente version qui était un peu plus « Raw » et où il fallait vraiment creuser et écouter à fort volume pour distinguer les détails. Je vous laisse donc juge de l’écoute, chacun se fera son opinion et de toute façon aucune crainte à avoir, BOKOR n’est pas encore prêt à servir de bande sonore à une publicité pour les crèmes glacées.
L’écoute de ce « Bokor » reste donc encore une aventure toujours aussi particulière et dérangeante. La force de l’œuvre reste toujours intacte. Je reviens pour finir sur le fait que j’ai rarement entendu quelque chose d’aussi particulier, immersif, passionnant et personnel que ce « Bokor » et que si c’était à refaire, je mettrais plus de 16/20 à cette œuvre unique.
Avec le temps, plusieurs Vseurs ont correspondu avec moi pour me parler de Yele Solma ou pour me demander des précisions sur le projet. Vous n’êtes pas obligé de me croire, mais cela ne m’est pas arrivé tous les jours de recevoir des M.P pour me parler d’un skeud que j’ai chroniqué. La musique à suivi sa route et c’est une très bonne chose.

Pour terminer enfin, le géniteur de cette œuvre m’avait parlé d’une suite à ce « Bokor ». Cela parlerait toujours du Vodoo mais cette fois ci non plus au Burkina Faso mais à Haïti. Je piaffe d’impatience depuis d’entendre ce nouveau skeud, en espérant qu’il sera aussi fort que ce « Bokor ».
Chers amis(es) amateur de musique originale, de sensation fortes et de skeuds sortant des sentiers battus, n’hésitez pas à aller jeter une oreille sur cet album fabuleux. Je ne vous garantis pas que vous allez aimer, mais au moins je puis vous assurer qu’ici, on n’a pas affaire à un artiste se contentant de plagier ses glorieux ainés sans vergogne. La grande classe.


Rédigé par : Pamalach | Réédtion/ | Nb de lectures : 12227




Auteur
Commentaire
ono
IP:91.151.76.50
Invité
Posté le: 13/08/2013 à 11h32 - (108587)
Passé à côté de la sortie originale à cause du format, je suis bien content que ça ressorte en CD : )

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker