XERIÓN - Cantares das Loitas Esquecidas (Schwarzdorn) - 29/11/2010 @ 08h26
Comme vous êtes des gens cultivés, il ne vous a pas échappé que la Galice forme une région particulière de l'Espagne. Si on ne s'intéresse qu'à l'aspect musical dans la tradition galicienne, ces voisins des Portugais à l'histoire locale bien riche se rapprochent... des Celtes. D'ailleurs, il y a peu, 2009 a été décrété l'année de la Galice au festival interceltique de Lorient (et ça fait pas mal d'années que les Galiciens défilent en Bretagne chaque année).

Bon, tout ça pour dire que Xerión a bien la possibilité et l'intention d'exploiter un terreau culturel important. Et d'ailleurs la formation ne s'en prive pas depuis ses débuts en 2001. Le nombre de démos et de splits est conséquent, et Cantares... n'est que le second opus à voir le jour en dix années d'existence. Le décor est planté, on s'ouvre une cerveza et c'est parti pour 47 minutes de black qu'on imagine pagan à mort, avec probablement des morceaux de gaïta dedans.

Bon, ben en fait, c'est pas tout à fait ça. Hormis quelques élans épars (et pourtant assez affriolants), Xerión s'adonne à un black avec synthé d'un classicisme époustouflant. Et pourtant, quand le groupe sort les flûtiaux, il y a matière à se réjouir. La gaïta de "O Espertar do Xerión" rend vraiment bien. Mais son exploitation sur l'album est complètement anecdotique. Xerión reste trop dans des limites d'un terrain balisé par d'autres.

Outre le côté déjà-entendu des riffs, je trouve certains passages carrément empruntés. La partie mid-tempo de "A Alquimica Dexeneracion da Lalma" est pompée sur Nehëmah jusqu'aux croassements. La partie centrale de "Nas Verdes Fragas..." c'est du Kampfar pur jus. Et dans le reste, il y a beaucoup de passages enchaînés à la serpette de druide et pas mal de remplissage, voire de riffs assez naïfs. Ca part même un peu dans tous les sens, le groupe balançant même du folk metal teuton à base de oooh oh ohh ohh sur "Onde a Victoria Agarda", avant de retourner vers du black miteux à la Ancient (oui, je persiste, Ancient c'est miteux). Bref, cet album ne m'a pas transporté plus loin qu'à ma chaine hifi et c'était pour en changer.

A noter toutefois, une reprise à la sauce ibérique du groupe allemand Taunusheim, via le titre éponyme de Nebelkämpfe. C'est peut-être un des titres où Xerión fait le plus preuve de créativité. Album moyen pour ma part, que je ne saurai pas trop à qui conseiller tellement la scène pagan regorge de bien meilleurs éléments. Julio, sache que tu resteras à jamais notre unique dieu ibère et que tes langoureuses caresses ventrales seront louées pour les éons à venir.

http://www.otronodexerion.com - 219 visite(s)

- 138 téléchargements


Rédigé par : Prince de Lu | 10/20 | Nb de lectures : 12227




Auteur
Commentaire
ennemi
IP:79.81.213.32
Invité
Posté le: 29/11/2010 à 10h02 - (89352)
j'aime assez ce groupe (sur les démos que j'ai)même si les synthés sont très envahissants, 'fin bon la chro donne trop envie de jeter une oreille sur cette galette

Xarion
Membre enregistré
Posté le: 29/11/2010 à 15h14 - (89354)
Alors là, je crie au plagiat !

lex-man69
Membre enregistré
Posté le: 30/11/2010 à 05h52 - (89365)
album vraiment tiède.
je l'ai chroniqué pour un autre webzine et mes conclusions sont les mêmes.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker