WRETCHED - Son Of Perdition (Victory/PIAS) - 03/07/2012 @ 08h44
Désolé mais je ne peux pas m’empêcher de rire sous ma cape en voyant toutes ces tentatives récentes à côté de la plaque de VICTORY pour se refaire une virginité, eux qui n’ont pourtant de cesse depuis dix ans de bouffer dans la pire des tambouilles metalcore et emo à méchouille pour ados prébubères. Comme si par delà tous les dollars et les sponsors d’avec Eastpak ou Hot Topic, un reliquat de leur désormais bien lointaine conscience hardcore les poussait soudainement à se racheter une conduite. D’où quelques signatures surprenantes depuis deux ans, dont les ultra-brutos de chez brutos PATHOLOGY par exemple ou ce WRETCHED, déjà auteur pour la marque au bouledogue d’un ‘Beyond The Gates’ pas franchement mémorable l’année dernière. Un peu comme si signer des groupes de death (ou en tous cas, ce qu’ils croient être du death) était leur façon à eux de se la jouer rebelle…

Le problème, c’est que pour suivre cette démarche à fond, il aurait fallu choisir un autre groupe que WRETCHED. Le bougre n’en pourtant pas exempt de qualités : arrivé aujourd’hui à son troisième album, il a par exemple quasiment faire disparaître les dernières traces irritantes de metalcore qui polluaient encore le disque précédent. Et ses deux guitaristes aiment bien s’échanger les solos jusqu’à plus soif. Sauf qu’il ne suffit de faire appel au Suédois Pär Olfsson et de parsemer sa musique de blastbeats pour gagner ses galons de gros-méchants-qui-tuent. Surtout que comme à l’écoute de ‘Beyond The Gates’, la comparaison avec THE BLACK DALIHA MURDER refait surface toutes les trois minutes – surtout dans la façon qu’a le dénommé Adam Cody à d’alterner entre chiant criard et grogné. A ceci près que la musique sur ‘Son Of Perdition’ est agitée de convulsions, ses auteurs de se différencier en se la jouant technique, au point d’en devenir parfois difficiles à suivre. Surtout que comme son prédécesseur, il coupe lui-même sa chique à mi-parcours avec un instrumental en trois parties de près de neuf minutes (« The Stellar Sunset Of Evolution ») qui fait figure de CYNIC du pauvre dont les trois premières minutes ne servent à rien. Le genre de truc dont la seule existence ne semble être justifiée que par la volonté de ses interprètes de montrer que ouais, ils maîtrisent ‘comme des bêtes’ leurs instruments.

Tout cela paraît donc froid, clinique et un chouia surjoué. Alors ce n’est pas EMMURE non plus mais ajoutez à cela une production typiquement américain (sous-entendu : suspecte car triggée de partout) et cette foutue manie qu’ont à l’heure actuelle les groupes de death US dit ‘modernes’ de tous sonner comme une machine ultra-performante mais sans âme et vous vous retrouverez avec ‘Son Of Perdition’, l’album Kleenex du mois.

http://www.wretchedthrash.com/ - 144 visite(s)

facebook - 126 téléchargements


Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 10/20 | Nb de lectures : 12106




Auteur
Commentaire
William
IP:92.151.126.69
Invité
Posté le: 04/07/2012 à 23h33 - (102889)
Heu, j'ai envie de dire très bon album, tout comme les 2 d'avants, je ne comprends pas pourquoi ce groupe se fait lyncher ici.

DeathCrumble
IP:92.137.116.94
Invité
Posté le: 06/07/2012 à 19h39 - (102904)
D'accord avec William, album très sympa ! Certes ils n'inventent rien, mais personellement je le trouve bien efficace ! Et puis la triptyque The Stellar Sunset Of Evolution est très réussi, meme si la premiere partie n'est pas indispensable.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker