WOLVSERPENT - Perigaea Antahkarana (Relapse) - 13/12/2013 @ 08h19
Originaire de Boise dans l'Idaho, les deux acolytes de WOLVSERPENT (composé de Britanny Mc Dowell (Batterie/Violon) et de Blake Green (voix/guitare)) nous proposent aujourd'hui avec « Perigaea Antahkarana » leur deuxième et nouvel album après une première démo et une compilation qui les avait fait remarquer par les bruitistes de tout poils.
Formé en 2005, WOLVSERPENT n'a pas attendu très longtemps après son premier album "Blood Seed" (paru en 2010) pour nous proposer une nouvelle œuvre gargantuesque ! On est donc ici en présence d'un double album de près de 80 minutes de musique... découpé en seulement cinq morceaux ! Quand on sait par dessus le marché que le groupe a écrit plusieurs versions des morceaux que nous avons aujourd'hui entre les oreilles, on ne peut que saluer le travail accompli !

Auteur d'un Drone lorgnant autant vers le metal que vers l'ambiant le plus sombre, WOLVSERPENT a depuis peu posé ses valises chez Relapse où ils ont pris le temps de peaufiner cet album ambitieux (produit au passage par Mell Dettmer qui à notamment travaillé avec SUNN O)))) et où ils explorent autant leur facette métallique "occulte" que leurs psychoses bruitistes les plus étranges. Pas effrayé à l'idée de défricher de longues minutes opaques de musique nébuleuse ? Alors on est parti !

Naviguant entre le black à casquette, l'ambiant, le sludge, le Drone et l'occulte, WOLVSERPENT mixe ici un sacré paquet d'influences "électriques" et éclectiques auquel ils ajoutent de nombreuses "noiseries" et un violon particulièrement inspiré.
Évidemment costaud et plutôt lourd à digérer, ce « Perigaea Antahkarana » fait tantôt penser à SUNN O))) puis à HORSEBACK, et dans une certaine mesure à un groupe comme WOLVES IN THRONE ROOM... la patate en moins. Car si à plusieurs reprises WOLVSERPENT réussit de superbes performances sonores originales et créatrices, à d’autres, il s’embourbe tout seul dans son "bordel" et finit écrasé sous les décombres des fondations qu'il tentait de bâtir.

A mon gout, WOLVSERPENT est, sur cet album, vraiment bon sur deux chansons : l'inquiétante "A breath in the shade of time" (de plus de 22 minutes) et la puissante "Within the light of fire". Le reste du temps, ils proposent de bons moments entrecoupés de passages plus laborieux où ils finissent par se mordre la queue en se perdant dans leurs errances sonores. Et en chemin évidement, ils m'ont laissé sur le bord de la route.
Bien que le son général soit plutôt bon (voire très convaincant dès lors que le groupe tape dans l'ambiant et lors des parties de violons) cela se gâte quand on commence à entendre la batterie... et tout particulièrement la caisse claire qui a un son particulièrement rachitique.

Du coup, le misérable "pet" qui marque le temps donne un aspect maigrelet aux frappes de Britanny Mc Dowell qui, du coup, a du mal à imposer ses rythmes. Si on ajoute à cette difficulté son jeu assez minimaliste, les problématiques finissent par s'additionner : Les Blast beats sonnent mous et les grosses caisses trop mises en avant donnent un aspect déséquilibré à l'ensemble.

La guitare elle aussi, sonne assez mal dès lors que le six cordiste frappe dans les médiums. Ses expérimentations chaotiques et bruitistes finissent par crachoter comme un tubar en fin de carrière et l'occulte finit par se cacher derrière des symboles malfaisants tout rikikis et peu impressionnants. Ces problématiques sonores plombent pas mal l'ambiance du skeud et font du coup apparaître en gros plan toutes les longueurs de ce skeud qui possède pourtant d'indéniables qualités.

En effet que cela soit sur les première minutes bucoliques de "In Mirros of Waters", les corbeaux de mauvais augure de "Threshold : Gateway", les chrysalides brutales de "Within the light of fire" ou l'incantation maléfique de "A breath in the shade of time", il y a vraiment de la bonne came sur cet album.
Tous les passages joués au violon sont particulièrement réussis et certaines expérimentations sonores minimalistes (et ouvertes à interprétations...) sont vraiment envoûtantes et réussies. Les effets larsens sont eux aussi très bien maîtrisés et participent à plusieurs endroits à bâtir un mur sonore presque au niveau de ce que fait un HORSEBACK dans ses meilleurs moments... ce qui n'est pas peu dire !

En essayant peut être de donner du relief à ses délires sonores, WOLVSERPENT finit par se montrer tour à tour brutal puis "petit bras", inquiétant puis désintéressant. J'imagine sans peine que pour certaines personnes l'entrée dans l'album se fera aussi facilement que pour d'autres elle sera impossible. C'est peut être en voulant tirer dans plein de directions que le groupe s'est perdu sur la route et à fini par oublier le sel aux endroits où ils auraient du charger la mule !

Bref, un album en demi teinte qui me laissera tout de même le souvenirs de passages très bien achalandés. A la prochaine WOLVSERPENT !


Rédigé par : Pamalach | 12/20 | Nb de lectures : 11416




Auteur
Commentaire
DD
IP:88.170.99.241
Invité
Posté le: 13/12/2013 à 08h27 - (110371)
excellent album qui a beaucoup tourné chez moi.
il faut dire que leur performance au Stella Natura m'a vraiment convaincu.

Bernard
Membre enregistré
Posté le: 16/12/2013 à 08h18 - (110413)
Album qui tourne également assez régulièrement chez moi.

Bernard
Membre enregistré
Posté le: 27/12/2013 à 22h03 - (110543)
En fait cet album est génial!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker