WITHOUT FACE - Deep Inside (Hammer/Dark Symphonies) - 01/02/2002 @ 22h53
Voilà une poignée de musiciens qui n'ont aucune raison de se voiler la face, même si le nom de leur groupe indique le contraire. Without Face nous viennent de Hongrie et éclatent aux yeux de la scène metal par l'intermédiaire du trop méconnu label américain Dark Symphonies, dont le credo est d'élargir les frontières de la liberté et de l'individualité stylistique, ce qui se ressent chez la plupart des noms de leur catalogue, tels que Autumn Tears ou Maudlin of the Well pour ne citer que les plus en vue en Europe. Déjà couronné par l'adhésion du public hongrois, "Deep Inside" ne fait que renforcer cette vision des choses avec une musique singulièrement mature et innovatrice pour un premier album. En vulgarisant, ce qui est encore la méthode la plus efficace pour comprendre de quoi il est question, on peut qualifier "Deep Inside" de passerelle tortueuse entre une vision traditionnelle du gothic metal avec chant féminin et le sceau très marqué d'un jeu tendant la main vers le progressif.

Loin d'hésiter sans but concret entre ces deux mondes, Without Face se font les porte-paroles de leur réunion en produisant un fameux alliage de délicatesse et de sophistication, sans oublier les guitares rageuses et le chant brutal qui maintiennent constamment le tout au-dessus du marais insipide où nagent bon nombre de groupes fleur bleue, notamment allemands, dépourvus de substance bien palpable (cf. Lacrimosa pour ne dénoncer personne). Outre les refrains étonnamment entraînants où chants masculins et féminins s'entrecroisent, on peut s'extasier sur les textures assez complexes que tissent les guitares et la batterie, rejoints à l'occasion par des claviers utilisés avec retenue. Il en résulte des compos tout sauf linéaires, mais qui n'oublient pas pour autant d'aller à l'essentiel en soutenant une dynamique de tous les instants, à peine entrecoupée de jolies pièces de synthé à l'ambiance funéraire, comme le trop court "Deepression" (26 secondes de splendeur seulement...). Without Face ménagent également pas mal de rythmiques syncopées qui fixent des mélodies à la fois belles et atypiques - il suffit d'écouter le refrain à l'énergie démontée de "The Picture" pour s'en convaincre. Certains d'entre vous ont éventuellement un petit nom qui leur trotte dans la tête à la suite de cette description. Vous ne voyez pas ? Allez, un effort que diable... Bon, OK, je vous file un coup de main: Without Face n'est pas sans rappeler fortement les Hollandais d'Orphanage, avec un son et des vocaux toutefois moins mystiques.

Tiens, parlons en des vocaux, puisque c'est le point crucial sur lequel Without Face devront travailler le plus à l'avenir. Le duo opérant derrière les micros me semble en effet encore un peu tendre pour soutenir la comparaison avec une musique qui flirte déjà avec la classe des suzerains. D'un côté nous avons la dénommée Juliette à la frimousse adorable qui, bien qu'elle semble mettre beaucoup de conviction dans ce qu'elle chante, ne possède pas (encore) le don de faire passer le ton juste au bon moment, et se retrouve ainsi parfois émotionnellement en désaccord avec les couleurs du paysage instrumental. En face sa contrepartie masculine ne s'appelle pas Roméo (c'eût été léger...) mais Andras, vocaliste de niveau intermédiaire dont le principal défaut est de vouloir faire étalage d'un panel de chants qu'il ne maîtrise pas tous (death, black, thrash, clair, théâtral...) et de se rendre par là-même plus envahissant que polyvalent. Qui plus est il faudra que le beau gosse freine un peu ses phéromones sur certaines parties où ses interventions soudaines trop féroces dévorent les trois quarts de l'espace sonore, sans parler du fait qu'elles fracassent bien trop sèchement l'élan de la musique et qu'il est d'autant plus difficile d'en reprendre le fil par la suite. De là à parler de nuisance, restons raisonnables ; il ne faut pas demander le ciel tout de suite, et savoir se contenter des 35 petites minutes de ce "Deep Inside" qui fleure bon la révélation.

Une révélation qui pourrait bien faire grand bruit si Without Face confirment rapidement cette mise en bouche par un hors d'œuvre consistant.




Rédigé par : uriel | 15/20 | Nb de lectures : 5787




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker