WILD - Happiness is not Allowed (Autoproduction) - 09/10/2015 @ 08h28
Malgré son titre, l'initiative derrière cet EP de WILD est plutôt positive. Ce 6 titres* mis gratuitement à disposition, permet en effet aux nordistes de marquer le coup en célébrant comme il se doit leur 10ème anniversaire, 10 années (et même un peu plus en prenant en compte l'époque Wild Karnivor) plutôt bien remplies si l'on se réfère à leur biographie disponible sur leur site internet (assez bien détaillé au passage).

Chacune des 6 compositions a la particularité de voir la présence d'un invité issu de la scène française et l'on ne parle pas d'illustres inconnus : Arno Strobl (CinC , We All Die (Laughing)), Samuel Bourreau (ex Hacride/Mistaken Element), Julien Truchan (Benighted), KK (Trepalium), Arno (Black Bomb A) et Stephane Buriez (Loudblast) forment ainsi ce chouette casting.

Et si l'initiative d'« Hapiness is not Allowed » est positive, son contenu strictement musical fait parfaitement écho à la sentence sus-mentionnée. Le thrash/death metal de Wild se veut incisif et globalement sombre, peu de mélodies palpables ressortent de ces presque 30 minutes relativement homogènes et intenses où les différents vocalistes créent les différences.
La production est assez sèche et massive, la basse renforce distinctement un jeu de batterie accrocheur, où l'équilibre caisse claire/grosse caisse est appréciable. Au passage, les lignes de basse sont nettement audibles et apportent régulièrement d'un point de vue rythmique.

Le style de Wild se veut direct et sans trop de formalités, il ne s'agit pour autant pas d'une exécution bas du front, les guitares s'expriment avec clarté, distillant de solides riffs (« Eternal Cycle », « Erinyes ») et quelques leads bien sentis (« Inside », le tapping sur « Paranoid Schizophrenia ») voire des soli pas vilains (« A Buried Memory » qui offre une dernière minute excellente).
« Ol Type X » quelque peu marqué par la signature vocale de Kéké, le plus technique « Erinyes » et le vicieux « Paranoid Schizophrenia » (la violence monte d'un cran avec un Julien Truchan reconnaissable entre mille) ont chacun leur particularité mais gardent une trame musicale globalement similaire ; il ne s'agit en aucun cas de titres répétant les mêmes plans, ils s'enchaînent simplement avec cohérence.

En définitive, voilà une action à souligner et saluer, en phase avec la célébration effectuée ; un joli cadeau pour toutes les personnes qui suivent Wild depuis des années et une bonne porte d'entrée pour celles souhaitant découvrir à moindre frais (c'est peu de le dire) la formation nordiste.

* La piste bonus est en fait une reprise de Machine Head (« Davidian ») avec Chuck de Ghusa (et ex-No Return) et Julien Cassarino (Psykup, ex-Manimal). N'étant pas vraiment un amateur ou adepte de Machine Head, j'ai juste le sentiment que cette cover est assez fidèle à l'originale.




Rédigé par : gardian666 | 08/10 | Nb de lectures : 7656




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker