WHITE CIRCLE CRIME CLUB - A Present Perfect (Conspiracy) - 01/06/2007 @ 09h41
Back to 2005. Je suis à Londres, Piccadilly circus. C’était l’époque où la sainte trilogie converse-meshcap-Tshirt « John deer » faisait de moi le parfait soldat de la condition Trendy. J’étais grave dans la place.
En goguette donc dans ce sympathique quartier de la capitale britannique, j’entre dans le HMV en quête d’un truc qui va me permette de briller à mon retour sur Paris. Et là, paf ! Je tombe sur l’excellent « Crime » des Blood brothers. Enfin un disque qui fait avancer le
noise-punk. Enfin on arrive à se sortir de Sonic Youth. Ce groupe avait pour moi posé quelque chose de neuf et de différent.
Alors évidemment si je commence à parler des Blood brothers pour introduire la chronique du dernier album des « White circle crime club » c’est que la proximité de ces deux groupes est grande. Trop grande de prime abord.

Dès l’ouverture de ce « A present perfect » je me demande si il ne s’agit pas d’un side project des pré-cités BB, « Reversed Revivals » reprenant exactement les mêmes ingrédients que l’album « Crime » des américains, à savoir un riff punk rock bien envoyé, appuyé par un double jeu de voix parlées et criées, aiguës à la limite de la rupture. Je fais donc quelques recherches, ne connaissant pas le groupe auparavant. Non, la formation est bien
distincte et belge de surcroît. En revanche, beaucoup de dates communes, beaucoup de scènes partagées. La filiation est donc bien présente.

Mais après une dizaine d’écoutes, je dois avouer que la première et négative impression de déjà-vu a disparu. Parce que là où les blood brothers se tournent plutôt vers le punk, Les WCCC ouvrent un nouvel horizon vers la pop noise de groupe tel que Pavement. Pavement que l’on entend au loin derrière un magnifique « that was now » en clôture d’album.
Les compositions sont extrêmement variées, et le champ exploratoire du groupe semble peu limité. La presque-ballade « The white and deaf » en milieu de set vient scinder l’album et introduire une seconde partie d’album plus posée mais plus expérimentale aussi. « Focus on eternity » en l’hypnotique exemple avec la récurrence d’un beat électronique couplé à la répétition du titre du morceau.

Il m’a fallu du temps pour apprécier cet album et je conseille à ceux qui voudraient se pencher sur le cas WCCC d’être patient : « A present perfect » n’est pas d’un accès super aisé. Mais les bonnes choses se méritent dit-on…

http://www.whitecirclecrimeclub.com - 250 visite(s)

My Space - 291 téléchargements


Rédigé par : Be-on | 13.5/20 | Nb de lectures : 9791




Auteur
Commentaire
Le Slave Barbu
Membre enregistré
Posté le: 01/06/2007 à 19h24 - (42802)
Mouais...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker