WEEPING BIRTH - The Crushed Harmony (Apathia) - 19/11/2015 @ 06h33
WEEPING BIRTH, faut reconnaître, c’est du brutal. On connaît des polonais qui en prennent au petit déjeuner. Faut quand même admettre que c’est plutôt une musique d’hommes. Vladimir Cochet, quand il se fait des nervous breakdowns, il éparpille façon puzzle aux 4 coins du Vaud. Le suisse flingueur dynamite, disperse, ventile. Pourtant on le connaît pas comme ça, à faire son Metal sympho raffiné avec MIRRORTHRONE. Mais WEEPING BIRTH, qui a existé un peu avant MIRRORTHRONE et UNHOLY MATRIMONY (!), c’est autre chose. Un autre niveau de Metal extrême, la classe laissant place à la violence. Si A Painting Of Raven And Rape (2003) sonnait surtout comme une version plus death et plus rapide du Black sympho de MIRRORTHRONE, Anosognosic Industry Of The I (2008), pourtant composé à la même époque, lui emboîtait le pas de manière assez impressionnante, avec 73 (!!!!!!!) minutes de brutalité, sans concessions et presque non-stop. La foire aux blasts hyper frénétiques, aux vocaux bien agressifs et aux compos ayant pris une autoroute allemande pour échapper à la sévérité des suisses dans le domaine de la limitation de vitesse. Peut-être trop méconnu, WEEPING BIRTH est pourtant un des combos européens les plus incroyables en matière de Death/Black brutal. Si je n’ai jamais accroché ni à MIRRORTHRONE ni à UNHOLY MATRIMONY, WEEPING BIRTH avait su me séduire de par son côté très bourrin donnant un défouloir assez jouissif.

Seulement de par sa durée, Anosognosic Industry Of The I était tout autant indigeste qu’il était décapant, alors que A Painting Of Raven And Rape était lui inégal. The Crushed Harmony, arrivant après une période de 7 ans au cours de laquelle Vladimir Cochet a bien tempéré sa productivité (le seul Croître, Décoître de UNHOLY MATRIMONY est sorti en 2009), va signer le retour du suisse avec un projet que l’on attendait pas (MIRRORTHRONE est inactif depuis autant d’années) et un 3ème album cette fois-ci court, 32 minutes seulement. Est-ce le signe que la violence extrême va être au rendez-vous de manière condensée, pas vraiment car WEEPING BIRTH va quelque peu changer de visage. Notons déjà que les claviers ont disparu, que les voix Black sont très parcellaires, que la voix death se fait bien plus profonde, que la prod s’améliore drastiquement et que la BAR n’est pas mise en mode automatique tout le long du disque. WEEPING BIRTH est donc presque devenu un pur groupe de Brutal Death, la composante Black s’étant quasi-totalement envolée, mais les quelques mélodies et incursions techniques sont encore au rendez-vous, plus que prévu d'ailleurs. Des mélodies et des plans techniques qui, en plus de la batterie plus dosée, vont donc considérablement aérer l’art extrême de WEEPING BIRTH, mais qui rassurez-vous reste tout de même bien brutal et surtout percutant. Si Apathia parle de VITAL REMAINS, HATE ETERNAL et ZYKLON, c’est surtout vrai pour les deux derniers mais Vladimir réussit à réunir avec brio bon nombre d’influences à la fois européennes et américaines avec juste ce qu’il faut de modernité. HOUR OF PENANCE, CRYPTOPSY, BEHEMOTH et bon nombre de ses compatriotes polonais peuvent aussi être évoqués, The Crushed Harmony me fait également penser à une version encore plus vitaminée du dernier opus de ABYSMAL DAWN. Un beau programme.

Dès les premières secondes de "Atonality", nous constatons qu’en 6 ans d’absence Vladimir a mis les formes pour ses projets avec une production absolument colossale, The Crushed Harmony remportant haut la main le titre du son de guitare le plus lourd de 2015 pour le genre. Avec sa « nouvelle » voix bien rauque, WEEPING BIRTH évolue donc vers un Brutal Death moins frénétique (tout est relatif) et plus rouleau-compresseur, plus sombre aussi, même si trémolos, sweepings et solos jalonnent le tout, bien moins étouffant que pour Anosognosic Industry Of The I (qui avait cependant son charme), mais toujours intense d’une autre manière. Et les tueries s’enchaînent bien vite. "A Surface" poutre bien dans la lignée de "Atonality", les leads/soli sont à l’honneur mais les rythmes bien puissants aussi. "Resurrection of Resentment" est une grosse déglingue, assurément le hit imparable de cet opus et sa piste la plus rapide aussi, décapant de A à Z à coups de blasts assassins et d’un refrain énormissime. Le morceau le plus proche de Anosognosic Of The I, mais désormais WEEPING BIRTH se montre moins linéaire. "Sunburnt" est là pour le prouver avec son riffing très moderne, entre assauts syncopés et moments BEHEMOTHiens, le tout se révélant imparable à souhait. Démarrant de manière grandiose, "Hatefilled" entreprend pourtant de nous achever avec des explosions Brutal Death particulièrement écrasantes, alors que Vladimir continue à nous abreuver de ses nombreux leads techniques et mélodiques, ici bien plus prégnants que par le passé.

D’ailleurs hormis le très cossu "Hollow", la seconde partie de The Crushed Harmony met bien plus en valeur sa composante plus mélodique et aérée, prouvant que l’ultraviolence sans pitié de Anosognosic Industry Of The I appartient au passé. "Meant to Be Wrecked" propose d’ailleurs des plans Death plus lourds, presque MESHUGGesques, laissant une bonne place aux leads pour s’exprimer. "Life in A Blood Spasm" joue également la carte de la lourdeur « épique », appuyée par les blasts mais tempérée par les mélodies presque omniprésentes. Enfin, le final-titre s’offre des rythmes plus appuyés et moins brutaux et s’offre un dernier étalage classieux de mélodies. Les choix de Vladimir pour le WEEPING BIRTH v.2015 peuvent donc paraître étranges quand on sait que son projet était réputé pour son déballage assumé de violence et d’urgence, mais même si The Crushed Harmony est un peu déséquilibré (tous les tubes se retrouvant au début), le pur Brutal Death de cet album fonctionne du tonnerre, gommant les défauts des deux premiers albums en faisant évoluer et en épurant un peu le style, plus moderne et plus technique, moins fatiguant et moins prévisible. C’est qu’on en redemanderait presque pour ce disque plus de moitié moins long que son prédécesseur qui ne prenait pas de gants, mais qui est en franche réussite en élaguant un peu le propos plus centré sur le Brutal Death, moins dense mais tout aussi intense, direct mais avec des fioritures. Un « petit » album qui a tout d’un grand, qualité des compos et production notamment, proposant une version plus raffinée d’un Brutal Death primaire, vrai tour de force quand on sait que le projet se distinguait surtout pour poutrer un max sans jamais s’arrêter. Très vite accrocheur, même si les différentes subtilités s’assimilent sur la durée, The Crushed Harmony propose quelques pépites et se révèle au final comme un bon petit brûlot de Brutal Death, moderne et accessible, et terriblement efficace dans une grandiose bourrinerie.




Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 7512




Auteur
Commentaire
rimbe
IP:90.14.149.29
Invité
Posté le: 19/11/2015 à 23h45 - (118693)
C'est drôle cette manie de faire des phrases chez les chroniqueurs IIIIIII
Hahahaha ! trés bon papier ZeSnake, on voit que monsieur a des références et connait ses classiques. Par ailleurs excellent album.

Asmodan
IP:193.190.183.5
Invité
Posté le: 20/11/2015 à 09h44 - (118697)
"WEEPING BIRTH est pourtant un des combos européens les plus incroyables en matière de Death/Black brutal"

Mouais enfin, rien de bien glorieux de faire des blast beats ravageurs et du brutal à la BAR...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker