WATERTANK - Destination Unknown (Solar Flare) - 10/09/2015 @ 06h56
La destination est peut-être inconnue pour les membres du groupe mais pour celui qui écoute ce disque et qui a grandi en écoutant du « rock » dans les années 90, il va vite savoir là où les nantais de WATERTANK veulent l’emmener. Un endroit qu’en ce temps là on appelait encore post-rock ou post-hardcore. Un endroit dans l’espace temps où le post hardcore s’appelait Quicksand ou CIV et le post rock était représenté par Fugazi. C’est à dire un savant mélange de mélodie, de virulence, de tristesse, d’énergie ou comment continuer à rester crédible dans la rue tout en jouant, dans le même temps, enfin, de la vraie musique. Ceux qui ont connu les groupes précités savent de quoi je veux parler, les autres vont faire de jolies découvertes, un peu anachronique certes mais ce serait con de mourir idiot.

En plus des influences dont j’ai déjà parlé, WATERTANK a du beaucoup écouter Helmet dans ses jeunes années tellement l’influence de Paige Hamilton est prégnante et parcourt en filigrane tout le disque. Suffit d’écouter « Dcvr » qui tant dans les riffs de guitares lourds et géniaux de simplicité que dans le timbre de voix ou les lignes mélodiques rappellent les trop sous estimés avant-gardistes newyorkais. Mais assez parlé des autres, place à « Destination Unknown » un disque séduisant sous bien des aspects qui grâce à des influences bien digérées parvient à livrer de sacrés bons morceaux. Bon, comme par hasard, pile au moment où j’écris ça, débarque « Last/Lost Hope » ; le seul titre vraiment dispensable de l’album sorte d’hommage raté aux Foo Figthers qui sonne comme si un groupe de campagne s’était mis en tête de devenir les nouveaux Dave Grohl. Ok Dave est un mec vraiment cool, mais il n’y en a qu’un, les gars. Une fois ceci évacué, le reste ne sera que positif.

A commencer par le son racé et puissant qui sonne franchement old school mais avec la touche de modernité qui évite la nostalgie gratuite et référentielle. Les huit titres restants sont tous suffisamment variés que pour ne pas ennuyer qui que ce soit une seconde, bien référencés (c’est toujours cool pour un chroniqueur en vacances j’avoue) sans tomber dans le plagiat honteux et sans âme. On retrouve par exemple des petits éléments noisy de Fugazi noyés sous les gros riffs chaleureux de Torche dans « Doomed Drifters ». « Automatic Reset » ou « Fever » sont deux très bon titres d’ouverture, point de chichis, on balance du gros heavy rock juste ce qu’il faut de pointu pour marquer son territoire et plaire aux chemises à carreaux, lunettes à grosses montures. Une fois passés ces deux premiers morceaux signature, les nantais peuvent tenter des choses. Plus mélancolique sur « Contrails » qui séduit avec ses airs de Weezer tristoune avant de bifurquer vers out autre chose de plus lourd et basé sur un riff impeccable de groove et de rondeur.

« Scheme » flirte avec un post hardcore plus désenchanté, moins hargneux, plus étiré, plus planant, porté par des guitares plus fines et une basse qui prend les devants et donne les pulsations de la composition. On continue de descendre avec le final « Destination Unknown » qui s’approche du post-rock tel qu’on le conçoit aujourd’hui mais à la sauce WATERTANK. Voila qui clôt un bon disque qui se permet de belles variations sans vraiment sortir des rails. Un disque de mecs qui se verraient bien metalleux mais qui ne peuvent s’empêcher de regarder les films expérimentaux de Jonas Mekas et les films pour ados mélancoliques de John Hughes. Un disque de rock fait par mecs trop crédibles que se fringuer chez The Kooples et qui, en secret, écoutent Minor Threat et Teen Idles. Un disque de mecs qui, dans leurs têtes, ont eu vingt ans en l’an 2001. Pierre Bachelet.



Ecouter. Télécharger. Acheter - 77 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 15/20 | Nb de lectures : 7552




Auteur
Commentaire
Madrigal
Membre enregistré
Posté le: 10/09/2015 à 11h11 - (117813)
super album, très influencé Torche/Floor mais super album quand même !



Madrigal
Membre enregistré
Posté le: 10/09/2015 à 11h11 - (117814)
et par Helmet aussi comme le précise la chronique ! 90's mon amour !



BassFrog
IP:176.108.194.36
Invité
Posté le: 10/09/2015 à 21h25 - (117815)
Album qui passe tout seul,
Contrôlé, maîtrisé, efficace. Mais venant du groupe il n'y avait aucun doute là dessus!

A titre personnel, je regrette un peu l'orientation prise sur ce disque, à savoir un côté plus """progressif""" par rapport à ce qu'ils avaient pondus sur leur EP et premier disque.

C'est bien fait, c'est bien amené, mais chez eux ce que je trouvais jouissif c'était ces riffs à l'efficacité et à l’immédiateté imparable! Bon, y'a quand même à boire et à manger niveau riff sur celui-ci, mais la multiplication des passages introspectifs dilue l'efficacité globale.

Sinon, super son de gratte !

Très bon disque quand même

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker