WAR INSIDE - S.u.t.u.r.e (Finisterian Dead End) - 23/02/2016 @ 07h37
Depuis quelques temps la scène extrême nantaise est vraiment inspirée et en grande forme, il suffit d’écouter les excellentes sorties d’INCIPIENT CHAOS et de MALKAVIAN pour s’en apercevoir, en plus de ces réussites indéniables on peut désormais rajouter les hargneux de WAR INSIDE dont ce deuxième opus va incontestablement les faire grimper dans la hiérarchie régionale et même hexagonale. Car depuis ses débuts en 2008 le quintet a gravi progressivement les échelons confirmant les espoirs placés en eux, puisqu’après un passage réussi au Metal Corner du Hellfest 2013, il a assuré l’année suivante des dates aux côtés d’OTARGOS, SVART CROWN, SEVERE TORTURE et même BELPHEGOR avant de sortir le très bon « Welcoming The Crow » dans la foulée. Du coup après avoir signé chez les bretons de Finisterian Dead End le combo toujours emmené au micro par Thomas aka « Terreur » (REGARDE LES HOMMES TOMBER) s’est surpassé pour le coup avec son Blackened Death-Metal à la fois moderne, sombre et mélodique.

Car autant le dire de suite on a droit à une des premières grosses baffes française de ce début d’année, puisque le monstrueux « Demiurge » nous montre directement tout leur éventail musical car on a droit d’entrée à un mélange de blast et de passages rapides, le tout relevé par le chant criard et inspiré (aux légers relents Hardcore), avant ensuite que l’ensemble ne s’alourdisse et que la double ne prenne le dessus pendant un petit moment, cependant les gars lâchent les chevaux une dernière fois pour bien clôturer les débats, le tout étant agrémenté d’un côté très actuel à la puissance ravageuse. Puisque outre la qualité de cette première compo (qui ne fera que se confirmer sur les suivantes) il faut mettre également à l’honneur la qualité de la production qui rend vraiment justice au son du groupe, celle-ci trouve en effet le parfait équilibre entre chaque instrument (le son de caisse claire très sec, la basse bien présente) et réussit à sonner actuelle sans tomber dans le plastique ni le synthétique trop souvent présent, ce qui est franchement agréable.

En outre les mecs ont la bonne idée de varier leur jeu ainsi que les tempos pour offrir plus de densité à l’ensemble, cela saute aux yeux sur l’excellent « The Milgram Whore » où des passages syncopés s’allient à merveille aux parties plus Black, blastées et alourdies, ou encore sur la tuerie « Body Bones » au côté massif implacable qui a aussi la bonne idée d’avoir un excellent solo tout en touché et en mélodie, qui montre que les mecs maîtrisent leur sujet à merveille même quand la brutalité se fait plus discrète. On savait que son frontman est à l’heure actuelle est un des meilleurs hurleurs de la scène nationale, il le confirme en enchaînant les screams et les growls avec une facilité déconcertante et un professionnalisme à toute épreuve, sur « Name Us Defective » il le démontre encore tout en étant secondé par Romaric de MALKAVIAN (tiens donc un copain nantais, qui plus est signé sur le même label) qui tient bien la comparaison avec celui-ci où après une petite intro de batterie au rythme échevelé les deux comparses s’en donnent à cœur joie et se font plaisir.

Histoire de se poser un peu l’instrumental « Penance » est le bienvenu car avec son côté mélancolique et apaisant il tombe à pic avant de redémarrer sur les chapeaux de roue avec « Cold As Dead » qui écrase tout sur son passage par sa lourdeur, avant ensuite d’accélérer et d’exploser durant la seconde partie permettant à la section rythmique d’étaler tout son sens du groove et de l’écriture, ce point-là se retrouve d’ailleurs sur « Maggots On Candies » taillé sur le même modèle et qui donne envie de remuer la tête dans tous les sens tant on se sent happé par leur musique. Enfin « Connivance » et « Rictus » sont tout aussi remarquables, le premier en y ajoutant un solo très inspiré qui permet de faire le lien avec les breaks, et le second en se montrant le plus écrasant et brutal possible tant le côté mitraillette de son marteleur se fait imposant et impressionnant.

Au bout des quasiment trois-quarts d’heure on a le sourire jusqu’aux oreilles (et ce dès la première écoute) tant l’inspiration et la cohésion sont au rendez-vous, et là où les gars sont forts c’est qu’ils arrivent à être techniques sans trop en faire et de passer d’un style à l’autre sans difficultés majeures, le tout avec un bagage impressionnant (il suffit d’écouter les harmonies et la précision d’Edouard et Nicolas aux guitares et de Tom derrière ses fûts – qui abat un boulot de malade) où l’on sent qu’ils ont pris le temps pour placer chaque note et solos (ces derniers sont d’ailleurs peu nombreux pour gagner en efficacité) tout en y insérant un peu de old-school par ci et un soupçon de thrash par-là, bref une totale réussite à saluer et à encourager qui montre une fois encore la vitalité de la scène de l’Ouest et française en particulier.




Rédigé par : GabinEastwood | 16/20 | Nb de lectures : 6877




Auteur
Commentaire
senior canardo
IP:94.199.125.58
Invité
Posté le: 25/02/2016 à 12h57 - (119496)
c'est bon ça ! merci pour la decouverte !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker