WANING - The Human Condition (Antonym) - 18/06/2012 @ 08h36
Existant depuis 2007, les Suédois de WANING sont du genre discrets. D’ailleurs je suppose que le nom est parfaitement inconnu pour bon nombre d’entre vous, tout au plus le groupe a vu ses mérites vantés par Wasted pour leur premier album Population Control (2008) à l’occasion des best-of de fin d’année et de posts sur le forum, et une news a été postée pour la sortie de The Human Condition, second album dont il va être question dans cette chronique. Après un premier album paru chez le label italien Eerie Art (DEN SAAKALDTE, VHERNEN, le premier GLORIOR BELLI), WANING tombe encore plus dans la discrétion en échouant chez le tout jeune label suédois Antonym Records, dont The Human Condition est la… deuxième sortie après… la réédition de Population Control. Label non distribué (merci Internet et les webshops) et il convient de préciser que The Human Condition, sorti début février, n’était à l’origine disponible qu’en format numérique, avant un pressage en CD digipack fin avril. Bref, pour l’exposition aux masses on repassera, mais les curieux sauront comment donner une chance à WANING qui nous propose une musique de qualité.

Musicalement donc, WANING est assez inclassable. S’il convient de parler de « Black-Metal », le quintette suédois n’est pourtant pas adepte de corpsepaints et de production 4 pistes, ni de casquettes et de vocaux pré-pubères. WANING pratique plutôt en vérité un Black assez progressif, mais avec une approche très mécanique. Une sorte de croisement entre du ENSLAVED (récent) et des groupes à connotation plus industrielle comme V:28 et VOID (période Posthuman) ou encore RED HARVEST. On les rapprochera également d’un autre groupe suédois, OBITUS, qui compte dans ses rangs un de leurs guitaristes. WANING n’est pas pour autant un groupe qu’on pourrait qualifier d’« Industriel », bien que développant un côté assez froid et décharné. Et si les trémolos en grande puissance de Population Control pouvaient faire de WANING un groupe un peu « Post-Black », ce n’est plus vraiment le cas sur The Human Condition qui change un peu son fusil d’épaule, bien que l’on reste dans la lignée de ce premier opus avec des gimmicks facilement reconnaissables.

The Human Condition, c’est donc un Black progressif qui sait varier son propos. Tout au long des 8 morceaux de cet album, on oscillera donc entre des riffs bien durs, portés par une production assez abrasive, évoluant parfois en un mur de guitares particulièrement écrasant ; et des passages plus intimistes, presque dépressifs, breaks semi-acoustiques et abaissements de tempo à l’appui (pour un album dont le tempo est plus lourd qu’agressif dans sa globalité). Le tout étant accompagné de la voix rocailleuse de L.R.A, qui se mue parfois en des vocaux plus écorchés, et du jeu de batterie tout en finesse de C.S. Le morceau d’ouverture "Beneath A Septic Sun" résume bien tout le propos de WANING d’emblée, et développe en parallèle des rythmes diaboliquement accrocheurs. Les Suédois maintiennent alors cette tension et leur ambiance suffocante par le biais des plus percutants "End Assembly" et "To the Smouldering Next", véritables perles qui montrent un WANING pas loin du sommet de son art. Mais maintenir le niveau sur tout un album aurait été difficile et en se concentrant plus sur les atmosphères, le groupe connaît un petit coup de mou en milieu de disque malgré un morceau-titre très pesant, la faute à un "Continuum" trop long et à un "Through Fields of Mercury" un peu anecdotique. Mais ce que nous propose WANING reste tout à fait appréciable et heureusement, The Human Condition va se réveiller sur la fin avec l’excellent "Void" aux riffs implacables, et le final "Cynic Eye" parfait de bout en bout.

Si tout n’est pas encore parfait, The Human Condition est un très bon album dans sa globalité, montrant un groupe qui a très vite trouvé son propre son, encore en constante évolution, et qui sera amené à devenir encore plus intéressant dans le futur. Une véritable progression par rapport à Population Control, même si ce second opus est moins monolithique et plus intimiste, tout en conservant cette ambiance négative et décharnée qui est vraiment la marque de fabrique de WANING. Un album peu facile à aborder mais qui devient très vite assez obsédant, même si les morceaux demeurent inégaux. Emballé dans son digipack très sobre, The Human Condition est un album à tester pour tous les amateurs de Black progressif proposant des ambiances un tant soit peu apocalyptiques, pour donner une chance à un groupe plutôt unique dans sa vision et son travail du genre.

http://www.facebook.com/WaningOfficial - 149 visite(s)

SoundCloud - 127 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 11566




Auteur
Commentaire
gulogulo
Membre enregistré
Posté le: 18/06/2012 à 09h25 - (102573)
moins accroché qu'au premier, personnellement

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker