VOYAGER - V (IAV/Nightmare) - 05/02/2015 @ 07h46
Tranquillement, la sonde Voyager continue son voyage hors de notre système solaire jusqu’à ce qu’elle n’émette plus… et tranquillement, le groupe australien VOYAGER continue son voyage qui semble pourtant avoir du mal à se poursuivre hors des frontières australiennes. Ceci malgré des albums de bonne qualité dans un style personnel, du Metal progressif très (très) mélodique qui s’inspire de grands noms du Metal prog’ pour nous livrer sa tambouille certes très gentillette mais hyper plaisante. I Am The ReVolution (2009) avait été l’album qui avait permis de révéler le groupe grâce notamment à des tubes comme "Lost", "The Devil in Me" ou encore "Common Ground", même si leur premier album Element V (2003) avait déjà de solides arguments dans sa besace en rappelant notamment les débuts de AYREON. Loué pour ses qualités notamment celles du chanteur Daniel Estrin souvent comparé à Morten Hakret de A-HA, VOYAGER peut également agacer de par son côté un peu kitsch, il suffit de regarder le clip de "Sober", morceau qui figurait sur leur second album UniVers (2007) pour s’en convaincre… VOYAGER n’est donc pas à mettre entre toutes les oreilles, mais si vous en étiez resté à I Am The ReVolution, dernier album sorti de leur part chroniqué sur VS, l’évolution du groupe risque bien de vous surprendre. A savoir que The Meaning Of I (2011) avait vu le groupe prendre un tournant bien plus moderne, bien mieux produit (j’ai toujours trouvé la prod de I Am The ReVolution assez minable, ce qui gâche même l’album), plus catchy et moins « prog mélodique tout mignon », sorte de croisement entre un DREAM THEATER archi-simplifié et un NEVERMORE en moins extrême.

V, désignant sobrement leur Vème album et remettant en lumière le « V » toujours mis en évidence sur les noms d’albums sauf pour The Meaning Of I, s’ouvre donc par le très typé Metal moderne "Hyperventilating", aux riffs presque Djent (!) mais qui évoque surtout le touché rythmique utilisé dans les albums solo de JEFF LOOMIS. D’emblée, VOYAGER nous balance alors un des morceaux les plus efficaces de son répertoire, se rangeant aux côtés de l’excellent "The Meaning Of I". Mais hormis la voix si particulière de Daniel Estrin, ce n’est pas forcément représentatif du son typé VOYAGER même si l’on sent bien la filiation avec The Meaning Of I et le style désormais bien plus moderne du groupe. Avec "Breaking Down", nous retrouvons donc du pur VOYAGER et un pur tube de VOYAGER : des mélodies, des belles lignes vocales, quelques synthés futuristes et un ensemble terriblement accrocheur, bien loin des élucubrations des purs groupes de prog’. A partir de là la sonde VOYAGER est donc relancée avec sa trajectoire habituelle, partons donc à la recherche de nouveaux hits : "You the Shallow", "Embrace the Limitless", "The Domination Game", "It’s A Wonder" et surtout le fantastique final "Seasons of Age" sont donc les morceaux forts de V, que ce soit grâce aux instrumentations de premier choix ou aux refrains immédiats. Des hits qui se retrouvent au milieu d’autres particularités, comme le très mélodique "A Beautiful Mistake" avec du chant féminin mais surtout des beaux schémas rythmiques, l’interlude "Fortune Favours the Blind", mais surtout le réenregistrement moderne et très réussi de "The Morning Light" qui était le premier morceau de Element V (passé l’intro).

Si VOYAGER semble avoir atteint l’aboutissement de son style, il n’échappe pas pour autant au déchet et au remplissage, aussi "Orpheus", le très (trop) aérien "Peacekeeper" et l’interlude piano-voix "Summer Come Always Again" me semblent dispensables, le groupe australien en venant parfois à se réapprocher de trop près de la frontière du kitsch. Ensuite, si un morceau comme "Hyperventilating" est déjà adopté seul le temps nous permettra de dire si les autres morceaux marquants de V deviendront les vrais tubes que sont devenus les "Stare Into the Night", "Seize the Day", "The Meaning of I" et les tueries de I Am The ReVolution. Donc en l’état je préfère The Meaning Of I (leur meilleur album au final) à V, mais d’une courte tête et l’important à retenir, c’est que VOYAGER est en forme, même s’il aura probablement besoin d’un nouveau renouvellement dans le futur, mais à priori quelques nouveaux hits et ça passera sans soucis. Car après tout l’intérêt de VOYAGER reste le même depuis ses débuts, c’est le plaisir pris en dégustant ce Metal prog simple et posé, qui permet de se détendre entre deux disques plus velus ou même entre deux disques de prog’ plus complexe. VOYAGER a finalement atteint son but, délivrer du « petit » Metal prog léché, accrocheur et bien fait, sur base d’influences connues mais avec une personnalité évidente notamment marquée par un vocaliste talentueux. Ne reste plus qu’une véritable reconnaissance…




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 9216




Auteur
Commentaire
Gaahl
Membre enregistré
Posté le: 05/02/2015 à 14h39 - (115628)
merci pour la découverte c'est terrible

Will
IP:86.200.161.47
Invité
Posté le: 05/02/2015 à 21h59 - (115637)
Tuerie absolue.

dances of death
IP:149.154.234.13
Invité
Posté le: 07/02/2015 à 09h44 - (115650)
Ca a vraiment l'air bon ce groupe. La chronique donne vraiment envie de découvrir leur musique en tous cas.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker