VI - De Praestigiis Angelorum (Agonia/Season of Mist) - Selection VS du 28/12/2015 @ 09h36
"De praestigiis angelorum" est typiquement le genre d'album qui met la puce à l'oreille. Un nom de groupe qui n'en est pas vraiment un (VI ? vi vi vi...), un trio composé de fines gâchettes ayant en point commun une expérience passée ou présente au sein d'AOSOTH et ANTAEUS, un batteur échappé de la confrérie des doux dingues de MERRIMACK, mmmh...c'est intrigant. Jusqu'à ce que l'oeil ne bloque nerveusement sur les dernières lignes d'un feuillet promo suspect : "for fans of Deathspell Omega, Funeral Mist, Aosoth, Ascension, Svartidaudi, Antaeus", mmmh...c'est louche.

Ben non, en fait c'est pas louche, c'est juste plein de bon sens. Car ce premier album composé par la fine fleur du black metal made in France est hypnotique, froid, obscur, malsain et orthodoxe jusqu'au bout du cilice. Et en cela, il paraît donc logique pour son label de l'affilier à ce qui se fait de mieux en la matière aux quatre coins de l'Europe, de DEATHSPELL OMEGA à ASCENSION en passant par FUNERAL MIST. Un examen plus approfondi révèle cependant certaines nuances qui font de ce premier album des parisiens un exercice bien plus ambitieux et personnel qu'une simple copie propre et attentionnée des formations précitées.

Il ne faut qu'une poignée de minutes pour s'en rendre compte, VI n'est pas tout à fait comme les autres. Côté son, il se pare d'une production vigoureuse et authentique, loin des blocs froids et massifs habillant certains pontes du genre, qui fait respirer chaque instrument de manière distincte sans pour autant abandonner ce côté âpre, mystérieux propre à l'univers qu'il suggère. Un univers fait de chair et d'os, de vices et de pêchés, de mystérieuses silhouettes qui s'effacent dans la pénombre, de bougies à la flamme bleutée et vacillante illuminant un autel où trônent des restes d'offrandes noircies. Côté compo, VI excelle dans un maelström de riffs tranchants qui transcendent autant qu'ils hypnotisent, une marque de fabrique sulfureuse à faire tousser n'importe quel fumeur de Morley. Oui, la vérité est ailleurs pour notre trio qui ne cède pas au doute et fait preuve d'une technique redoutable dans ses compositions sans jamais tomber dans la branlette de manche stérile. Comme le prouve avec classe cette section rythmique audacieuse qui sait également surprendre avec de nombreux breaks qui en laisseront plus d'un sur le vitrail (l'incroyable montée en puissance de "Voilà l'homme qui ne te prenait pas comme seigneur", le travail rythmique explosif où les blasts côtoient de purs moments de grâce sur "Il est trop tard pour rendre gloire..." et le final imposant de "Plus aucun membre ne sera rendu" à en coller la chair de poule aux vieux coqs les plus exigeants).

Mais la véritable prouesse de cette ode au côté obscur de la force est de rendre tout cela complètement intelligible, presque naturel. Prenez par exemple "La terre ne cessera de se consumer", morceau qui devrait servir d'examen d'entrée au bac orthodoxe tant ses structures et sa progression sont d'une logique imparable. Celui-ci commence d'abord avec une mouture mid-tempo bien compacte qui se mue abruptement en une embardée rythmique de toute beauté. Cette foutue force, encore elle, habite chaque seconde de ce riff tournoyant qui vient percuter de plein fouet des plans de batterie sauvages et maîtrisés. Un véritable brise-glace qui amorce un changement de bord improbable avec une mélodie en trémolos qui jaillit en milieu de parcours, subtile et effrayante, entraînant ainsi l'auditeur toujours plus loin dans l'obscurité. Avant de repartir toutes griffes dehors pour un finish dévastateur qui le laissera vidé, à bout de souffle. Rideau. On ferme.

Le verdict tombe, implacable. Les écoutes répétées et attentives de cet exercice de haute voltige ne font qu'accentuer l'impression tenace d'avoir entre les paluches tremblantes un véritable mètre-étalon en la matière. Oui, "De praestigiis angelorum" est de ces montagnes russes, hautes et vertigineuses, dans lesquelles on embarque avec le coeur qui s'emballe, persuadé que l'on va vivre là une expérience inoubliable que l'on s'empressera de raconter, haletant encore sous le coup de l'émotion, à ceux et celles qui sont restés en bas.

Une seule question demeure maintenant... faudra-t-il encore attendre sept ans pour savourer à nouveau un tel morceau de bravoure ?




Rédigé par : TarGhost | 17,5/20 | Nb de lectures : 9938




Auteur
Commentaire
Saturnian
IP:85.201.232.45
Invité
Posté le: 28/12/2015 à 12h51 - (119034)
de tres loin l'album Black de l'année,voire tous genres confondus!

Osef
IP:86.249.8.25
Invité
Posté le: 28/12/2015 à 14h47 - (119035)
Quelle tarte ! C'est quoi cette année 2015 de DINGUE en Black Metal, c'est incroyable la qualité et la richesse à laquelle on a eu le droit.

GzU
IP:78.192.105.48
Invité
Posté le: 28/12/2015 à 15h15 - (119036)
Après plusieurs écoute, je le trouve vraiment bon ! La batterie est dingue, et je suis heureux de retrouver la voix de deus Despectum !

Un super album de BM made in France qui s'écoute plus d'une fois avec ambiance, puissance, et tout se qui fait que j'écoute ce style !

Merci à eux et vivement dans 7 ans (s'il leur faut 7 ans pour sortir ça, j'attends sans soucis, on n'est pas là pour consommer nan ?)

ThisDirtyDog
Membre enregistré
Posté le: 28/12/2015 à 15h25 - (119037)
sans conteste l'album de 2015



Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 28/12/2015 à 17h03 - (119038)
Excellent disque, une sélection plus qu'approuvée !

Nem Vapeur
IP:109.208.254.71
Invité
Posté le: 29/12/2015 à 10h23 - (119040)
Acheté il y a peu,

Enorme disque de Black de cette année.

ecrasatator
IP:89.87.67.153
Invité
Posté le: 30/12/2015 à 08h50 - (119042)
Des ressemblance avec le génial CHRISTICIDE ?

LADLOProd
Membre enregistré
Posté le: 30/12/2015 à 22h12 - (119050)
Très curieux d'écouter. J'avais trouvé l'EP bien fade. A en lire la chronique et les commentaires, je vais me régaler!!

AegoroN
Membre enregistré
Posté le: 31/12/2015 à 00h51 - (119051)
Recherche ostensible de l'effet désiré pour toujours en appelle l'abandon par suintement de la demi-molle.

Godfroid
IP:92.143.78.155
Invité
Posté le: 31/12/2015 à 09h05 - (119053)
Un vrai talent de composition malheureusement plombé par une production étouffé (j'ai un probléme avec le son de la batterie en mode blast) et un chant black sans relief.
Bref ca manque de peche, dommage pour cette fois.

Bras cassé
Membre enregistré
Posté le: 02/01/2016 à 04h21 - (119055)
Mille fois d'accords avec Targhost, une vraie petite!

Cöuille Mölle
IP:80.12.59.77
Invité
Posté le: 13/01/2016 à 15h41 - (119143)
Je mettrais de côté l'excellentissime "Regarde tes morts...." et "Il est trop tard...." qui sont de loin mes favoris.
Sur le reste j'ai du mal avec certains riffs à mon goût peu convaincants, et surtout avec la prod qui manque cruellement de profondeur et de patate.
Mention spéciale à la batterie de haut niveau, les petits grooves placés ci et là défoncent tout, ça apporte vraiment un plus à l'album.

Nacht
IP:83.155.8.133
Invité
Posté le: 24/01/2016 à 14h57 - (119226)
Hey ecrasatator, Upheaval of the Soul de Christicide me semble être un album autrement plus inspiré que ce De Praestigiis Angelorum. Il y a des riffs accrocheurs certes, mais ça sent le réchauffé...vu, vu, rerevu...même si bien éxécuté.

dix2der
IP:86.197.122.69
Invité
Posté le: 30/01/2016 à 10h48 - (119264)
une belle chronique, on sent pas les dents

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker