VERMIN WOMB - Permanence (Throatruiner) - 03/10/2014 @ 08h54
Larsen. Larsen. Tak Tak. Bruit. Violence. Annihilation. Voila brièvement résumé, le début de chaque morceau de « Permanence », premier e.p de VERMIN WOMB. Pourtant malgré le bordel ambiant on reconnait une touche bien particulière. On reconnait ce son de guitare, on reconnait cette voix de sanglier. Mais oui c’est bien ce gros sac d’Ethan McCarthy, sorte de Rick Ta Life grindcore/crust, qui revient nous chatouiller les oreilles avec son nouveau groupe, plus proche de l’incandescence de CTTTOAFF que du sludge gras et sale de Primitive Man. On ne va pas se mentir, VERMIN WOMB plaira aux amateurs de CTTTOAFF tant on y retrouve cette impression de déluge de sons, de larsen, de bruits et de cris qui forment un grand tout incroyablement compact et barbare. Mais cette fois-ci le dreadlocké a su conserver une approche plus punk, et plus crust que dans ses précédents projets. La où CTTTOAFF sentait l’émeute de rue en Enfer et Primitive Man les égouts de l’Enfer, VERMIN WOMB sent le squat, la bière frelatée et le punk à chiens. Toujours en Enfer, parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne.

« Permanence » grâce à sa courte durée, 18 minutes, gagne des points et fonce droit au but : le bastonnage façon crustcore plombé. Mais un plomb qui serait tombé dans la boue. Sur « Grave » par exemple, on entrevoit les réminiscences de Primitive Man avec un gros ralentissement de rythme au niveau des coups de marteaux. Ça fait toujours mal mais de manière moins directe, genre char Leclercq. « You Know Nothing » et « Bitterness » sont les deux meilleurs exemples de ce que propose VERMIN WOMB. Une musique toute en agressivité mais moins abrasive (enfin ça ramone quand même sévèrement hein) que ce que nous propose habituellement McCarthy la faute à une production qui respire un peu plus, la noirceur et l’impression d’étouffement sont moins présentes. La musique est moins compacte, moins massive, plus crust quoi. Un disque qui devrait parler aux adeptes de crust, de grind, de powerviolence, de d-beat musclés. Un bel ouvrage du sieur McCarthy qui se situe toutefois un peu en dessous de ce que proposait CTTTOAFF. Surtout en termes d’intensité et de violence pure. VERMIN WIOMB bastonne et sent un peu le moisi, comme tout bon grind crust.



Permanence. - 77 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 7/10 | Nb de lectures : 10418




Auteur
Commentaire
excelwhite
Membre enregistré
Posté le: 03/10/2014 à 17h05 - (113847)
Bon gros défouloir putride ct'album.



cava76
Membre enregistré
Posté le: 03/10/2014 à 19h41 - (113850)
Jouissif



daminoux
Membre enregistré
Posté le: 04/10/2014 à 10h13 - (113857)
enfin un vrai retour Ethan McCarthy.. CTTTOAFF en version moins chaotique et plus death... moi ça me va...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker