VERDUN - The Eternal Drift's Canticles (Head) - 08/06/2016 @ 07h07
J’avais adoré le précédent EP de Verdun, The Cosmic Escape of Admiral Masuka. Leur sludge poisseux, simple mais jamais simpliste comme leur science de la dynamique habile, mêlant doom et posthardcore, m’avait clairement emballé. Le passage au LP ne m’aura guère déçu non plus. The Eternal drift’s canticles reprend là où on avait laissé le groupe. La mixture est la même. Elle est cependant sublimée par l’apport d’éléments plus « spatiaux » et de mélodies nouvelles.

Articulé autour de 5 longs titres pour 55 minutes de musique, ce premier véritable album ne s’éloigne pas de la base du son Verdun. Le son chaud, organique est toujours présent. Les longues montées en puissance aussi, façon Neurosis ("Mankind SeppUKu", "Glowing Shadows") jusqu’à l’explosion rythmique. Les ingrédients sont connus ; ils n’en demeurent pas moins toujours aussi agréables à entendre. La nouveauté réside cependant dans cet enrobage « spatial » surprenant autant que pertinent ("Mankind SeppUKu" encore) où la voix un brin robotique vient s’accoupler sans difficulté avec la voix sludge plus sourde.

Il convient également de noter que les structures ont, pour ma part, gagné en richesse. Alors que le EP comportait des atours essentiellement monolithiques, les titres étant conçus comme un bloc, dès "Mankind SeppUKu", on relève des lead aériens ou hypnotiques (sur "Dark Matter CrisIS" encore), des arrangements spatiaux, des cassures et autant de « mini ponts » qui viennent considérablement enrichir la musique du groupe autant qu’ils l’aèrent (dès 6’24 par exemple mais on retrouve cette construction sur tout le titre). On notera également une accentuation des mélodies, qui donnent une coloration là encore plus « douce », plus aérienne à l’album, moins étouffante que sur le EP.

Car l’autre différence majeure, pour ma part, réside dans l’atmosphère globale que dégage ce premier album. Alors que The Cosmic… suintait l’étouffement et la désolation, The Eternal me paraît plus lumineux. A tel point que cela rejaillit sur la lourdeur même des morceaux, qui me paraît en retrait. La menace n’est pas écartée ; l’apport d’aspects drone (le départ de "Self-Inflected MutAlitation") la fait revenir sur le devant de la scène. Mais là encore, le fait de coupler ces passages de mélodies bien senties ou de lead tournoyants renforce le caractère « lumineux » de l’album (voir encore le départ et les cassures de "Dark Matter CrisIS"), même si la voix sludge, enragée, rappelle toujours les fondations du groupe ("Glowing Shadows" est d’ailleurs le morceau le plus proche du EP à ce titre, visqueux et poisseux en diable, de loin le plus lourd de l’album).

"Jupiter’s Coven" clôt l’album sur une pièce maîtresse. Les lead mélodiques se taillent la part du lion. Le final est magnifique de mélancolie. De désespoir contenu. La progression est en elle-même remarquable, après une ouverture toute en lourdeur et rampante. Le pont qui se let en place dès la 6ème minute brise totalement la dynamique mais de façon pertinente, pour relancer le morceau sur d’autres bases, plus tribales, plus lancinantes, plus rock également. Les arrangements sont nombreux, les lead aériens arrosent littéralement le morceau.

Verdun est un groupe à très gros potentiel. Dans le doom sludge, les français rejoignent les rangs d’autres excellents représentants, tels Eibon ou Cult of Occult. Et se placent en haut, avec eux, de la chaîne alimentaire doom.




Rédigé par : Raziel | 16/20 | Nb de lectures : 6838




Auteur
Commentaire
RBD
Membre enregistré
Posté le: 08/06/2016 à 23h38 - (120359)
Lumineux ! Mais oui ! En live aussi cette évolution est très sensible avec le nouveau répertoire. Je dirais même que la matière Sludge s'estompe vers un Doom traditionnel plus typique et pur.

Je les vois régulièrement (il y a deux mois à peine) et connaissant plusieurs membres je ne saurais être très objectif. Mais c'est très bien quand même, dans ce genre, pour autant que je puisse parler de ces styles.

Il faudrait signaler enfin que le chanteur qui a enregistré l'album et dessiné la jaquette s'est retiré ensuite, amicalement. Son successeur est Portugais et apporte un meilleur timbre sur l'anglais.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker