VEIL OF MAYA - Matriarch (Sumerian) - 09/07/2015 @ 07h19
Revoilà la sensation du Sumeriancore sur le devant des bacs mais attention, des choses vont changer, beaucoup de choses. Premièrement, VEIL OF MAYA a changé de chanteur en 2014, Brandon Butler (présent depuis 2007) a laissé sa place à Lukas Magyar. Deuxièmement, le groupe se montre enfin plus ambitieux avec un album qui dépasse les 33 minutes ! Bon, on en arrive à 36 unités, mais c’est déjà ça et ça change de [id] et Eclipse qui n’atteignaient même pas la demi-heure, et du coup les morceaux proposés s’allongent un peu, sans jamais toutefois dépasser 4 minutes. Troisièmement, le style lui va évoluer également, se servant des deux premiers points de changement. Voyons un peu tout ça en détail histoire de savoir ce que Matriarch, cinquième « full »-length de VEIL OF MAYA, a dans le ventre.

Lukas Magyar succède donc à Brandon Butler, qui avait pour habitude d’évoluer entre un registre crié et growlé. Pour Lukas, c’est un peu le même topo, si ce n’est qu’il alterne surtout des voix plus ou moins graves plutôt que de balancer des simples screams et growls Deathcore. Mais attention grosse nouveauté vu que le sieur Magyar va également nous proposer des chants… clairs ! Ce qui va donc considérablement rafraîchir la musique de VEIL OF MAYA. Une musique qui va alors s’élargir à d’autres horizons, toujours sous l’égide du Sumeriancore. Si jusque-là, le groupe était parfois maladroitement classé dans le Djent et évoluait plutôt dans une forme personnelle de Deathcore technico-progressif, Matriarch va montrer que les américains se situent désormais clairement à la croisée des chemins entre Deathcore -toujours progressif- et Djent, un virage à la AFTER THE BURIAL en somme. Mais VEIL OF MAYA repique plutôt au Djent son côté aéré, celui de PERIPHERY, plutôt que des quelconques MESHUGGeries. Le chant clair de Lukas Magyar est même très proche de celui de Spencer Sotelo, nous donnant alors quelques moments posés qui n’auraient pas fait tâche sur n’importe quel album de PERIPHERY. VEIL OF MAYA continue cependant toujours d’exprimer ses talents par le biais de son Deathcore technique débridé, mais Matriarch avec ses moments à la cool complétant désormais les passages plus rythmés et foufous, fait plutôt penser à un STRUCTURES qui aurait totalement réussi son truc à l’époque de Divided By. L’originalité de [id] et Eclipse s’étiole donc un peu, ce qui n’empêche pas le groupe d’être en réussite, avec cette fois une production puissante et parfaite d’ailleurs (il était temps).

Le départ bien fat sur "Nyu" renforce encore la comparaison avec STRUCTURES vu qu’on a finalement le droit à une sorte d’intro bien percutante breakdownesque à la "At Las[t]". Mais dès l’excellent "Leeloo", on retrouve les particularités du style de VEIL OF MAYA, avec ces riffs Deathcore très sévères truffés d’expérimentations rythmiques complexes, parfois sautillantes, souvent mélodiques. L’évolution ou plutôt la révolution commence ensuite avec "Ellie", avec son départ mélodique résolument PERIPHERien ainsi que son refrain, mais VEIL OF MAYA parvient à rester VEIL OF MAYA et fait toujours mouche grâce à sa capacité à se faire enchevêtrer rythmiques syncopées et leads de manière hyper rapide et donc très entraînante. Un single comme "Mikasa", monstre rythmique mais toutefois mélodique épuré par un refrain tranquille, entérine donc le « nouveau » style de VEIL OF MAYA, qui a pris les bases d’avant et y a ajouté du Djent mélodique à chant clair. Et les bases restent là et sont en forme, en témoignent les deux tueries que sont "Phoenix" et "Teleute", accompagnées de l’interlude-titre histoire de respirer un peu, car ce sont deux énormes cartons riffiques qui cognent sec à chaque seconde et qui démontrent tout le talent des américains pour livrer le meilleur du Deathcore progressif, avec encore à la clé ces travaux géniaux au niveau des schémas rythmiques/leads.

Maintenant, le côté plus « djent à la fraîche © pour l’été » a, à vrai dire, parfois du mal à convaincre. Outre la trop grande proximité avec PERIPHERY, assez flagrante sur la partie centrale de "Lucy", des morceaux comme "Aeris" et "Three-Fifty" ont du mal à convaincre et créent même une cassure en milieu d’album, on a quand même affaire à du VEIL OF MAYA et le trop-plein mélodique amené par ces morceaux a un peu de mal à être digéré. Pire encore, c’est la même chose pour les deux derniers morceaux, "Daenerys" et "Lisbeth", ils sont de trop et du coup on risquera de trouver que Matriarch est… trop long ! Un véritable comble, des albums comme [id] et Eclipse auraient mérité d’en avoir un peu plus et là il y en a trop, pas dans le registre que l’on attendait forcément en plus. Certes le VEIL OF MAYA donnant dans le Deathcore technique est parfois dense, mais là même en épurant le propos il y a quand même une légère indigestion. Tout ça pour dire que Matriarch n’est pas un modèle d’équilibre et d’homogénéité, VEIL OF MAYA a changé, a fait évoluer son style, pas encore au point. Mais si les passages plus « djent à chant clair » sont soit plaisants, soit trop convenus, le groupe cartonne toujours au niveau de son Deathcore technico-progressif qui lorsqu’il est en avant, ne fait pas les choses à moitié. Mieux encore, des morceaux comme "Leeloo", "Ellie", "Phoenix" et "Teleute" font partie de ce que le groupe a fait de mieux, il reste en grande forme et niveau chant metal/core leur nouveau hurleur fait le job. Mais Matriarch laisse tout de même un sentiment mitigé à cause des choix du groupe, qui resteront à confirmer et à améliorer par la suite, toutefois l’ensemble reste plaisant et bien bon en son genre, et les écoutes s’enchaînent facilement pour s’agiter frénétiquement dès que les parties techniques cossues sont de sortie. Ce qui est déjà très bien et fait toujours partie de l’identité unique de VEIL OF MAYA.




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 8570




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker