VEIL OF MAYA - Eclipse (Sumerian) - 14/03/2012 @ 08h04
A la lecture des trois mots « Veil », « Of » et « Maya » à la suite, je crois que les fans de CYNIC commencent déjà à frétiller. Tout comme quand TEXTURES s’est formé. Seulement si le nom de ce groupe américain possède la même origine que le morceau de CYNIC sur Focus (à savoir, un poème de Ralph Waldo Emerson), il est moins sûr qu’il s’agisse ici d’un hommage au légendaire groupe de Techno-Death. Ceci étant dit, VEIL OF MAYA est également américain et les mots « Death » et « Technique » sont utilisables pour qualifier leur musique. De là à ce que les fans de CYNIC en viennent à aduler VEIL OF MAYA, il y a une marge qu’il faut évaluer de suite…

VEIL OF MAYA est formé à Chicago en 2004. Comme la forme de leur logo le laisse penser, le groupe fait donc du Deathcore (tant pis pour les fans de CYNIC, c’est probablement pas pour vous !). Enfin, surtout sur leur premier album All Things Set Aside (2006), qui n’était pas d’ailleurs très folichon pour le genre, avec un chant assez casse-pieds et des compos sans grande saveur. Pourtant le groupe se démarquait déjà par son approche assez technique et alambiquée. VEIL OF MAYA commencera donc à faire parler de lui en 2008 avec une signature chez Sumerian (un des premiers groupes à être signé chez l’écurie qui monte avec THE FACELESS et BORN OF OSIRIS) et la sortie du très bon The Common Man’s Collapse. L’évolution du groupe vers une musique toujours plus progressive et alambiquée deviendra alors remarquable, et le groupe eut droit à un petit coup de pouce pour vraiment se faire connaître, à savoir que [id] (2010) a été considéré comme un album de Djent (en plein essor à l’époque, d’ailleurs il me semble que cet album est sorti pile-poil au même moment que Periphery), alors que le groupe n’a pas vraiment de caractéristiques typiques du genre. Hormis quelques plans polyrythmiques, on évolue plutôt dans un Deathcore progressif assez personnel, même si l’évolution de VEIL OF MAYA est comparable à celle d’un AFTER THE BURIAL par exemple. Avec une rigueur quasi-métronomique (un disque tous les 2 ans), voilà que nos amis américains sortent (déjà !) leur quatrième album, Eclipse, toujours sous l’égide de Sumerian.

Musicalement, la recette est la même que celle débutée sur The Common Man’s Collapse et mise en exergue par [id] : un deathcore aux structures alambiquées, alternant passages qui cognent et leads mélodiques, ainsi que vocaux core/black et growls deathcore, au sein de morceaux courts et directs mais assez variés, pour une musique bien évidemment ultra-moderne avec la prod clinquante qui va bien. Prod qui s’améliore nettement par rapport à [id] qui manquait un peu de percussion dans l’ensemble, et c’est tout le groupe qui s’améliore en même temps, du coup. VEIL OF MAYA semble désormais maîtriser pleinement son style qui s’avère être ultra-efficace tout en restant complexe, avec des musiciens de talent. Eclipse c’est donc [id] en mieux, tout simplement, montrant un groupe pas loin de l’apogée de son évolution. Difficile de ne pas se laisser piéger par cette musique entraînante à souhait (si on apprécie le style de base) et taper du pied ou faire du air-guitar furieux sur les rythmiques alambiquées qui pètent bien. Après l’introductif à gros riffs "20/200", "Divide Paths" envoie du bois et VEIL OF MAYA démontre très vite son pouvoir d’efficacité à base d’un deathcore technique débridé. Le tout explose sur ce véritable tube qu’est "Punisher", un morceau tout simplement énorme ! On s’enquille alors sans décrocher les plus mélodiques "Winter Is Coming Soon" et "The Glass Side", "Enter My Dreams" qui ressemble à s’y méprendre à du THE BLACK DAHLIA MURDER passé à la moulinette progressive, le plus agressif "Numerical Scheme" (avec des ambiances MESHUGGesques), et les excellents "Vicious Circles" et "With Passion and Power" (avec un passage blasté carrément Black).

Eclipse est donc un excellent disque. C’est dit. Pourtant il y a un truc qui me chagrine un peu : il ne dure que 28 minutes ! Certes, [id] n’en faisait déjà que 29, mais je pense que le groupe a la capacité pour faire des morceaux un peu plus longs (et en a déjà fait par le passé avec brio, sur The Common Man’s Collapse notamment). Ici, des pistes comme "Divide Paths" et "Punisher" se font presque couper la chique alors qu’on sent que le groupe a de la matière pour les faire durer au moins une minute de plus (sachant que les morceaux durent en général entre 2'30 et 3'30). En allant plus loin, si l’on exclut l’introductif "20/200" et l’instrumental "Eclipse", on atteint à peine 25 minutes pour 8 « vrais » morceaux. Soit un EP quoi… Eclipse n’est ni Reign In Blood ni un album de ROTTEN SOUND, bien que tout soit relatif. Après tout, ces 28 minutes se suffisent à elles-mêmes (surtout pour une musique assez dense, rapide et complexe) et Eclipse demeure excellent malgré tout, mais on en fait vite le tour et avec son gimmick « albums de 30 minutes environ pas beaucoup plus », j’ai l’impression que le groupe se fixe des limites qu’il pourrait largement outrepasser. C’est un peu dommage.

VEIL OF MAYA confirme avec cet album, qui est tout simplement son meilleur opus à ce jour, son statut de chef de file du Deathcore progressif. Les zicos sont inspirés, ont du talent à revendre, les passages rythmiques dépotent, les mélodies sont superbes (l’apport discret du clavier est également un petit plus par rapport aux albums précédents), les chants sont parfaitement amenés, les morceaux sont accrocheurs malgré leur aspect alambiqué. Que demander de plus ? Que le groupe se contente vraiment de plus de 28 minutes, m’enfin ce n’est que mon avis. Un style « tendance » qui ne s’adresse pas à tout le monde (autant dire que si ça ne vous parle pas, passez votre tour), mais qui a le mérite de proposer des groupes et albums de grande qualité. Et un dernier truc : pour moi, VEIL OF MAYA n’est pas un groupe de Djent, donc à ne pas juger en tant que tel. Eclipse est un excellent disque pour un groupe qui a réussi à évoluer dans le bon sens au fil des sorties, et mon petit doigt me dit que ce n’est pas fini et qu’il pourrait encore nous surprendre…

http://www.facebook.com/veilofmaya - 166 visite(s)

Vicious Circles - 123 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15.5/20 | Nb de lectures : 14649




Auteur
Commentaire
FabMTS
Membre enregistré
Posté le: 15/03/2012 à 12h25 - (101018)
Excellent album, j'ai eu un peu peur en entendant "Vicious Circles" mais l'album est une putain de tuerie! Travailler avec Misha Mansoor leur a fait beaucoup de bien.



Etienne
IP:90.26.63.26
Invité
Posté le: 06/12/2012 à 20h41 - (104995)
Je viens de l'acheter, après les avoir vus au Luxembourg en première partie d'August Burns Red : ils sont monstrueux. Gros coup de cœur pour "Numerical Scheme" :)

Meridian
Membre enregistré
Posté le: 29/08/2014 à 16h00 - (113366)
Excellent album, les seuls reproches étant sa durée (trop courte !) et sa production (mix assez froid et austère). Je suis assez impatient d'entendre une nouvelle livraison, même si le single "Subject Zero" est carrément bof...



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker