VAN HALEN - A Different Kind Of Truth (Interscope/Universal) - 11/04/2012 @ 07h24
VAN HALEN fait partie du carré d’as des groupes de Hard Rock américains apparus dans les années 70 qui ont totalement façonné le genre pour les décennies suivantes, avec ALICE COOPER, AEROSMITH et KISS. « A different kind of truth » signe non seulement le grand retour de VAN HALEN après un trop long hiatus discographique (leur dernier album en date est sorti en 1998!) mais aussi, et surtout, le comeback de David Lee Roth au chant 28 ans après « 1984 »!
VAN HALEN a connu une période trouble à partir de 1996. Cette année coïncide avec la première tentative de retour du line-up originel, pour un best of comprenant deux nouveaux morceaux avec Diamond Dave. Cet essai ne sera qu'un feu de paille et une nouvelle embrouille empêchera ce line-up légendaire d'aller plus loin dans ses aventures. VH recrutera alors Gary Cherone (le chanteur d'EXTREME) et sortira le controversé « III » en 98. Une collaboration de courte durée puisqu'elle prendra fin l'année d'après. Et ensuite, de 2000 à 2004, c'est le blackout… Tout juste apprend-on qu'Eddie Van Halen est atteint d'un cancer de la langue, dont il guérira totalement en 2002 fort heureusement. L'été de cette même année 2002, les ennemis jurés David Lee Roth et Sammy Hagar finissent par s'unir en tournant ensemble aux Etats-Unis pour prendre un peu d'argent aux fans frustrés de VAN HALEN... En 2004 c’est avec Sammy Hagar que VH revient, et un autre best of (double cette fois) sur lequel on retrouve trois morceaux inédits spécialement enregistrés avec Hagar. Tout cela ne durera que le temps d’une tournée l'été 2004, avant que le torchon brûle à nouveau entre les frères VH et Hagar (l'alcoolisme d'Eddie ayant une grande part de responsabilité...). Mais cette fois-ci, Sammy repart avec un allié : Michael Anthony, qui en a marre de subir les simagrées des deux frères depuis trop longtemps et qui a juste envie de prendre du plaisir à jouer de la musique.
Enième coup de théâtre en 2007 : David Lee Roth est officiellement de retour et VH tourne enfin avec DLR au chant en 2007/2008 (Eddie ayant préalablement fait une cure de désintox), et Wolfgang Van Halen (le fils d'Eddie) à la basse, qui n'avait que 16 ans à l'époque! On attendra ensuite quatre ans avant d'avoir enfin entre les mains ce nouvel album tant attendu.
Pendant ce temps, Sammy et Michael ont fondé le « supergroupe » CHICKENFOOT avec Joe Satriani et Chad Smith. Et ce nouveau VH doit forcément pouvoir supporter la comparaison avec le très réussi second album de CHICKENFOOT sorti en octobre dernier...

Eh bien que les fans se rassurent, « A different kind of truth » est -ô miracle- du niveau des meilleurs albums de VAN HALEN période David Lee Roth!
A vrai dire il n'y a qu'une seule faute de goût sur ce disque, c'est le morceau d'ouverture : « Tattoo ». Titre qui a été incompréhensiblement choisi comme premier single de l'album, alors qu'il s'agit clairement de la chanson la plus faible de l'opus!? On est plus dans le registre Hard FM (avec clavier) emprunté par VH à partir de « 1984 » et sur sa deuxième partie de carrière avec Sammy Hagar que dans le Big Rock originel.
Mais hormis cette chanson, tout le reste vaut le détour. Deux mots au passage sur la prod de l'album, qui est remarquable. Co-produit par les VH bros il faut dire, et sur lequel on retrouve évidemment ce son de guitare et de batterie identifiables entre tous.
Le niveau monte heureusement d'un cran avec « She's the woman », titre exceptionnel, avec un putain de riff de guitare. C'est du VH old-school, fun et festif. Pareil avec « You and your blues » qui est lui aussi d'un très haut niveau, et où la voix inimitable de Diamond Dave fait des merveilles. Ces deux morceaux ont d'ores et déjà l'étoffe de classiques du groupe, ni plus ni moins.
Et ça enchaine comme ça sur tout l'album. Avec deux accalmies : « Blood and fire » et « Stay frosty », titre qui rappelle d'ailleurs le bluesy « Ice cream man » sur le mythique premier VH (et qui prouve encore que la voix de Dave est parfaite pour le Blues, cf. son mésestimé album solo « Your filthy little mouth »). On a droit aussi à des morceaux heavy (« China town » avec son rythme effréné à la « Hot for teacher »), dotés de bons gros riffs bien « fat » (« Bullethead », « As is »).
Un titre totalement à l'ancienne comme « The trouble with never » nous rappelle à quel point VAN HALEN a influencé bon nombre de groupes américains des années 80/90 comme EXTREME, MR. BIG ou BULLETBOYS par exemple. D'autres morceaux comme « Outta space », « Big river » ou « Beats workin' » sont vraiment, là aussi, complètement nostalgiques et auraient pu figurer sur n'importe quel album de VH avant « 1984 ».
Et je ne crois pas si bien dire, car il faut savoir que 9 des 13 titres qui composent ce nouveau disque sont en fait tirés de vieux morceaux écrits entre 76 et 84 qui n'ont jamais vu le jour de manière officielle (au mieux ont-ils été enregistrés sur des démos ou joués en live à l'époque)! La démarche peut évidemment surprendre, et on peut légitimement se dire qu'ils ne se sont pas trop foulés sur ce coup-là... Mais quand on voit la qualité de ces chansons, on se dit effectivement que ça aurait été un gâchis de ne jamais les sortir officiellement!
A vrai dire il n'y a qu'un seul titre, « Honeybabysweetiedoll », qui sort un peu des sentiers battus. Il est presque « expérimental », avec cet effet de basse au début et ces riffs très heavy, truffés d'harmoniques. Et quel solo hallucinant! Assurément un des grands moments de l'album que ce morceau-là.

Bien entendu la fête aurait été complète si Michael Anthony était de la partie, et le line-up originel par conséquent réuni. Mais force est de reconnaître que Wolf fait illusion sur l'album (c'est moins le cas sur scène, où il est encore un peu jeune et n'a pas autant de présence qu'Anthony). Le son de basse et les choeurs (un tantinet moins haut perchés que Michael) sont dans le même esprit que ceux d'Anthony, et Wolf se fond finalement très bien dans la nouvelle alchimie du groupe.
Et que dire du retour en grâce d'un des guitaristes les plus importants de l'histoire du Rock, qui révolutionna cet instrument à la fin des années 70? Qu'Eddie Van Halen est de nouveau au top, et ça fait forcément très plaisir! Il nous ressort bien sûr son bon vieux tapping à deux mains (technique qu'il a popularisée) sur 3, 4 morceaux. Et ses riffs sont en majorité énormes!

Tous les imbroglios de ces 16 dernières années nous avaient presque fait perdre tout espoir de revoir VH à son meilleur niveau, et c'est pourtant chose faite avec « A different kind of truth »! On est dans la même démarche que le dernier KISS ou le dernier RATT, à savoir une approche totalement old-school et nostalgique, mais qui fonctionne à 100%!
Espérons maintenant que le train VH (symbolisé par la pochette) soit revenu sur de bons rails pour longtemps, et que le prochain opus soit un peu plus aventureux et nous offre d'autres chansons dans la veine de « Honeybabysweetiedoll ».
En tout cas VAN HALEN vient de sortir son meilleur album depuis « Fair warning » (1981), et je peux vous dire que ce n'est pas un mince exploit!

http://www.van-halen.com - 141 visite(s)


Rédigé par : Stéphane | 17/20 | Nb de lectures : 13136




Auteur
Commentaire
Bernard
Membre enregistré
Posté le: 11/04/2012 à 10h29 - (101529)
En tant qu'ancien gros fan du VH originel (l'écoute du premier album du groupe m'a fait tomber du côté sombre de la force il y a un sacré bail maintenant...) je n'arrive toujours pas à trouver une homogénéité à ce nouvel album.
Il y a de très bons titres (merde ce 'Honeybabysweetiedoll'!) mais j'ai plutôt l'impression d'une sorte de patchwork. Ici ça à la saveur de 'Fair Warning', là ça sonne comme un morceau du 'II', etc.
Bref, pas totalement emballé par l'ensemble, pour l'instant je lui colle un 14/20. On verra avec le temps.

buru
Membre enregistré
Posté le: 11/04/2012 à 10h40 - (101530)
Si seulement ils pouvaient venir jouer en Europe ça serait parfait...



fabu
IP:83.134.15.244
Invité
Posté le: 11/04/2012 à 16h43 - (101532)
agréablement surpris par cet album , je m'attendais à pire après l'écoute du single mais le reste est bien meilleur :)

Dittohead
IP:90.32.124.61
Invité
Posté le: 12/04/2012 à 10h53 - (101539)
Pour moi aussi une agréable surprise. J'avais laché l'affaire après "1984" mais j'ai jeté une oreille sur ce skeud tout de même.
Ce sont de vieux morceaux et cela s'entend, il y a des putains de riffs, Eddie nous sort quelques solos dont il a le secret, et pour moi aussi le single Tatoo est le morceau faible de cet opus.

Floyderz
Membre enregistré
Posté le: 16/04/2012 à 13h01 - (101592)
Ça fausse quand même un peu le truc que se soient de vieux morceaux, non?
Je serais curieux de vois ce qu'ils peuvent composer aujourd'hui...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker