VANIR - The Glorious Dead (Mighty) - 23/12/2014 @ 22h38
Troisième album pour les danois de Vanir qui n’ont jamais été les meilleurs – ni les pires – dans leur style viking folk metal. The glorious dead se situe dans une bonne moyenne en comparaison de la masse de bouses qui inondent aujourd’hui le Valhalla.

"Fall of the eagle" débute sous de bons auspices, avec une musique dynamique ("Overlord") et de jolis arrangements à la cornemuse (et une jolie cornemusienne aussi, mais ça c’est une autre histoire). Le titre est bien construit, agréable, agressif ce qu’il faut sans écarter la mélodie et les bonnes idées – la cornemuse donc. Cette trame se retrouve sur le second titre, "March of the giants", dont on note de suite que l’idée de la cornemuse va être exploitée jusqu’à la corde. Les riffs thrash collent bien au mid-tempo et aux cassures apportées par la cornemuse. Même si l’inspiration ne transpire pas de chaque lead, les morceaux s’écoutent avec plaisir. Vanir ne révolutionne pas le genre, il n’en a sans doute pas la prétention, mais il délivre une musique plutôt bien faite, à défaut d’être palpitante.

Le son est chaud, relativement organique, ce qui est un plus pour ce type de musique. On distingue sans peine tous les instruments et on suit sans heurts la progression des morceaux. L’alternance de riffing thrash et de lead plus « hardcore », plus saccadés, s’assimile sans difficulté et sert bien les morceaux proposés. De même des leads heavy qui enjolivent certains titres avec bonheur (le pont sur "I Valkyriernes Skod"). Quant à la voix, sa profondeur évite toute mièvrerie, qui la rapproche plutôt du bon gros death que des bêtises à la Korpiklaani.

Mais, car il y a un mais. La cornemuse qui était une vraie bonne idée, devient avec le temps une mauvaise idée. Sa place est clairement excessive car on la retrouve comme argument sur tous les titres, dont elle constitue parfois l’architecture même au point d’occuper sans raison tout l’espace ("Written in blood", "The glorious dead").

On pourra regretter également le manque de morceaux vraiment épiques, qui rappellent la glorieuse époque viking. Par exemple, "I Valkyriernes Skod" amorce sur une intro plutôt en ce sens, dotée d’un tempo lent agréable, d’une voix profonde et presque narrée mais l’idée n’est pas poussée à son terme (idem pour "Overlord") et la cornemuse revient de suite se mêler de la partie… Dommage.

Si l’artwork est identique en laideur aux précédents albums, on pourra également regretter que Vanir n’ait guère forcé son talent. Si l’album est plutôt agréable, il n’est pas non plus transcendant. Mais peut-être aussi que, dans ce style, tout ou presque a déjà été dit.




Rédigé par : Raziel | 13/20 | Nb de lectures : 9413




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker