TWITCHING TONGUES - Disharmony (Metal Blade) - 22/01/2016 @ 07h12
Si vous êtes un régulier de ces belles pages, vous devez sans doute savoir que « In Love There Is No Law » est un de mes albums favoris de ces dernières années et représente la quintessence ultime d’un groupe qui ne fera certainement jamais mieux en matière de cohérence artistique. La jaquette, l’atmosphère, le son, les compositions, tout s’imbriquait parfaitement pour donner une œuvre atypique, cohérente et qui avait parfaitement digéré ses influences pour sortir un disque de hardcore metal aux doux relents de cold wave. Difficile d’embrayer après ça, mais les frères Young sont des gars qui aiment les défis et, bien conscient qu’il sera difficile de renouveler l’exploit décident de changer un peu la recette pour apporter à ce « Disharmony » un petit goût de nouveauté. Ce sera chose faite, la nouveauté est là. Mais le plat à un petit arrière goût de faisandé assez désagréable.

Les frères Young sont des stakhanovistes du hardcore, des gars qui multiplient les projets, les groupes, les collaborations et les occupations, surtout Taylor d’ailleurs, et il semblerait que cette abondance de projets commencent doucement à leur nuire car comme dit ma chère maman : « Quand on fait trop de choses en même temps, on finit par ne plus en faire aucune correctement ». En effet ce TWITCHING TONGUES souffre des défauts récurrents des dernières livraisons estampillées Young Bros. A savoir un manque de finitions, un côté un peu bordélique, comme si le disque avait été sorti à la va vite sans une dernière relecture histoire d’enlever l’excès de gras et de passer un dernier coup de polish. Le disque manque de cohérence globale. Trop de riffs, trop de changements de rythme, de sorties de route et le fil rouge de chaque morceau trop flou que pour guider efficacement l’ensemble. Bref, on a clairement oublié de sortir le GPS chez TT.

"Disharmony" est le disque de la frustration car il contient les germes d’un grand disque mais au final se vautre un peu et fait figure de maillon faible dans la discographie jusqu’alors impeccable du groupe. On retrouve les grandes lignes de TWITCHING TONGUES : le son metal, les moshparts hardcore, la mélodie, la voix si particulière, les influences hardcore alternatif nineties, les atmosphères gothico-cold wave et cette touche anachronique, intemporelle propre au projet. Pourtant tout ça est ici noyé dans un trop plein de plans différents et d’essais non transformés. On ne tiendra pas rigueur aux frères Young et à leurs acolytes de tenter des choses, à aucun moment, on regrettera seulement que ces tentatives, pour la majeure partie, ne touchent pas au but. Un exemple parmi d’autres, un des meilleurs morceaux de cet album est une reprise d'AGNOSTIC FRONT. Ça en dit beaucoup. Mais, entrons plus précisément dans le corps du disque pour essayer de comprendre ce qui ne va pas.

Maintenant, entendons nous bien, « Disharmony » n’est en aucun cas une vielle saucisse, ça reste un disque honorable et ambitieux, mais raté sur la majeure partie de ces aspects principaux. En termes d’atmosphères, on ne ressent pas grand-chose à son écoute alors qu’elles sont habituellement un des points forts du groupe. TT tente de rendre hommage au metal old school, de la fin des années 80 et du début des années 90 mais souvent, cela semble forcé comme s’ils tentient absolument de suivre à la lettre un cahier des charges. On trouve quelques réminiscences de Candlemass sur certains morceaux mais tout ça ne s’insère pas de manière homogène à la structure et à leur son. Le premier morceau, « Disharmony », résume parfaitement l’entièreté du disque : de bons moments, des riffs efficaces mais tachés par une platitude globale et un manque de cohérence. Jamais, on ne se sent emporté ou touché par la musique. On écoute, on headbangue, on apprécie certains passages mais au final, tout ça glisse sur nous comme les mauvaises odeurs d‘un RER de banlieue en plein été.

TWITCHING TONGUES marque des points avec ses morceaux les plus « aventureux », les titres plus orientés gothique voire baroque pour certains. « Sacrifice Sin », « Arrival » et surtout « Love Conquers None », de loin le meilleur titre du disque qui, lui, parvient à coller des frissons et à s’élever au niveau des classiques du groupe que sont « Preacher Man », « World War V » ou « Insane and Inhumane ». « Love Conqeuers None » convainc grâce à un refrain impeccable bâti sur une partie de double pédale hallucinante et ses ambiances romantico-glaciales qu’on retrouve enfin. Pour le reste, on est toujours face à un mix entre un Death Metal à la Bolt Thrower (on va fin ir par comprendre que les frangins en sont fans), du hardcore type Life Of Agony, Vision Of Disorder, Carnivore et, je trouve, quelques sonorités metal gothique ou proto doom à la Candlemass.

Les morceaux sont globalement plus long et plus fouillis, le flow global de l’album coule beaucoup moins bien que chez son prédécesseur qui s’avalait d’une traite grâce à une logique de composition et une cohérence sans failles tandis que « Disharmony » donne l’impression d’une suite de morceaux eux même composés, pour certains, d’une suite de riffs de guitares parfois très bons d’ailleurs, de parties plus atmosphériques et de patterns de batteries divers et variés. La voix de Colin a un peu évolué aussi, je la trouve moins propre et moins précise que précédemment. Son timbre s’est alourdi et sonne plus « metal », comme l’intégralité de l’album. Ensuite les placements et lignes vocales sont moins percutantes, moins évidentes, le songwriting vocal en a pris un petit coup. On sent cette volonté d’explorer les voies du metal dans le chant qui se met ainsi au service de la musique, plus en retrait. Le son est plus saturé, moins fluide et plus compressé, prêt à exploser par moments, un son made in Taylor Young finalement, avec ses qualités et des défauts. Les atmosphères, si elles sont moins prégnantes sont, par contre, bien rendues au niveau sonores.

« Disharmony » est, comme je le disais plus haut, un disque frustrant qui démontre beaucoup de choses, balance quelques passages vraiment dantesques sur « Love Conquers None » ou « Cruci-Fiction » par exemple, mais donne l’impression de chercher une fausse complexité pour se donner une crédibilité plus metal que hardcore. On se laisse pousser les cheveux, on prend du poids, on envoie des solos, on signe chez Metal Blade, tout ici sent le Metal à plein nez mais bon, à choisir je préfère une approche moins chevelue mais une plus grandes cohérence et de meilleurs morceaux. Un album qui possède ses bons moments mais un peu chaotique et manquant singulièrement de liant.



http://www.twitchingtongues.com/ - 113 visite(s)

Ecoute intégrale - 46 téléchargements


Rédigé par : Seb On Fire | 12.5/20 | Nb de lectures : 7206




Auteur
Commentaire
jayftbx
Membre enregistré
Posté le: 22/01/2016 à 10h07 - (119208)
C'est ça, comme si le titre de l'album annonçait finalement la couleur. J'ai bien du mal à l'écouter d'une traite. Ça commence pas mal, ça termine pas mal, et le milieu est un joyeux foutoir, qui effectivement entre par une oreille et sort par l'autre. L'ensemble manque effectivement de cohérence, c'est bien con parce que leurs précédents efforts étaient bien droits dans leurs bottes, ne déviant jamais de leur cap. "Je suis déception", absolument.



Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 22/01/2016 à 12h14 - (119216)
Même avis que le collègue et Jay. Album difficile à apprécier par son manque de cohérence, là où le précédent était au poil du début jusqu'à la fin. Vraiment dommage.



Velvet Kevorkian
Membre enregistré
Posté le: 23/01/2016 à 11h26 - (119223)
Ah, et je trouve, perso, leurs influs death metal plus prises du côté de chez MORBID ANGEL.



Dodo la saumure
IP:92.148.94.36
Invité
Posté le: 24/01/2016 à 18h31 - (119229)
Perso, je perçois plutôt une influ Melting Bananas et un background orienté vers les Skinny Fluffies et chez Iron State of Pregnancy of Death

CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 27/01/2016 à 17h52 - (119243)
L'extrait gratte les bas fonds de l'océan. Le chant a notamment autant de patate qu'un flan aux pruneaux.

catch33
IP:109.9.0.195
Invité
Posté le: 28/01/2016 à 20h26 - (119248)
J' ai jamais aimé le hardcore, encore moins le " gros lourdaud " mais j'aime vraiment bien la chanson en écoute. Le côté metal ? En tout cas je vais essayer l'album.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker