TVMVLVS SERAPHIM - Centenarians divine lvnacy (Beyond Prod/Adipocere) - 22/06/2003 @ 00h29
Difficile pour le neophyte de définir la "musique" de Tvmvlvs Seraphim. Déjà le remplacement des "U" par des "V" risque de faire comprendre à certains qu'on s'éloigne largement du métal de base pour s'aventurer dans les sphères torturées de la musique expérimentale. A mi-chemin entre de l'indus épuré au maximum et du dark ambient, ce projet italien ne fait pas dans le domaine bruitiste et grinçant entrevu dans certaines productions de groupes comme Atrax Morgue ou Genocide Organ. Il se rapprocherait plus d'un Raison d'Etre qui aurait perdu son sens de la mélodie. En effet, la majeure partie des cinq longs morceaux est composée de deux ou trois couches de bruits divers se supersosant et dont seuls quelques chuchotements émergent. Ne parlons pas de vocaux, il n'y en a pas. L'impression de se retrouver dans une crypte humide et glauque est récurrente et seuls quelques passages plus lumineux comme la fin de "Gates of pvrification" vous rassureront sur le fait que ce cd a bien été composé par un être humain. L'atmosphère pesante et semi-electronique de "Rvins of agarttha" est en tout cas certaine d'achever l'auditeur lambda qui trouvera en ce disque l'interprétation parfois dérangeante d'une paranoïa sans cesse grandissante ne trouvant ni issue, ni accalmie. Soyons clairs, si Tvmvlvs Seraphim tient approximativement la route dans le milieu du Dark Ambient/Noise, son manque de variété évident -certains plans semblent se répéter- ne le mets pas au niveau des plus grands. Le manque de mélodie n'en fera pas un Arcana, le manque de sonorités plus noisy n'en fera pas un Merzbow, et l'absence totale de percussions le bannit définitivement de tout ce qui peut être considéré comme rituel ou purement industriel. Même s'il est certain que mes comparaisons peuvent être considérées comme abusives ou trop faciles pour les plus connaisseurs d'entre vous, une chose est sûre : ce disque manque cruellement de quelques envolées d'inspiration qui auraient pu en faire une référence. Il sera éventuellement utile pour sonoriser un reportage sur les catacombes ou pour s'exercer à la méditation mais je préfère définitivement les formations qui basculent carrément dans les styles que Tvmvlvs Seraphim ne fait qu'effleurer. A force de rester coincé entre mélodie et bruit, on finit par s'embourber irrémédiablement dans un style peut-être un peu bancal qui ne touchera pas grand monde. Si ce disque était un long tunnel sombre, il n'aurait comme seul défaut de n'avoir ni début, ni fin. On reste quasiment immobilisé dans un schéma bien trop restrictif pour faire ressurgir de l'émotion. Dommage.


Rédigé par : Loufi | 08/20 | Nb de lectures : 7080




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker