TRIUMPHANT - Herald the Unsung (Cyclone Empire) - 06/05/2014 @ 07h56
Suivre les premiers pas de TRIUMPHANT est un véritable jeu de pistes, nul besoin de boussole ou de carte mais plutôt d’un dictionnaire des groupes, car le quintet autrichien aime visiblement la complication car à ses débuts en 2007 il s’est d’abord appelé FRANTIC TORMENTOR, puis en 2008 MANIC DISEASE, en 2009 NEKROMANTIK, puis retour à MANIC DISEASE de 2010 à 2013 avant de prendre le nom qu’on lui connait désormais suite à l'arrivée de deux nouveaux membres l'an dernier (à la batterie et à la guitare rythmique).

Les tyroliens se sont engouffrés dans la brèche du revival black/thrash des origines, on y retrouve pêle-mêle tout l’attirail de l’époque : bracelets à clous, bottes... à clous (c'est bien y'en a qui suivent) et vestes à patchs, ainsi qu’une ambiance musicale totalement en phase avec leur dégaine. Amateurs des premiers VENOM ou de SODOM jetez-y une oreille attentive car ce premier album est vraiment une tuerie et les mecs réalisent un quasi sans-faute.

Tout d’abord saluons le travail de recherche du groupe qui a ressorti des oubliettes l’excellent peintre tchèque Josef Mandl (1874-1933) dont le magnifique tableau "Triumfator" qui date de 1916 a servi de pochette au disque, et de là à croire que le nom de cette toile leur a inspiré celui qu’ils portent actuellement il n’y a qu’un pas.

Ensuite on ne peut pas dire qu’il y ait tromperie sur la marchandise et sur l’ambiance générale, en effet rien que la longue introduction nous projette dans leur univers sombre avec au menu de la pluie froide qui tombe, des chants grégoriens, des croassements de corbeaux et une ambiance funéraire parfaite qui sert de tremplin idéal pour lancer la machine qui va s’emballer dès les premières notes de l'excellent "Nachzehrer". Marqué par une vitesse ultra-rapide et tout en blast il concentre l'essence même du black metal originel avec une haine et un chant de Bekim Leatherdemon totalement possédé et qui n'est pas sans rappeler Erik Danielsson pour le côté écorché et criard, et quelques aigus légers y sont même présents. La production est totalement adaptée à l'ensemble car elle conserve ce côté old-school tout en étant parfaitement équilibrée pour les guitares qui sonnent naturelles, la basse est audible et présente, et enfin la batterie qui est sans effets inutiles tout en ayant un son puissant.

"Život Ispod Obrnutog Krst" nous transporte aux origines du thrash tout en y intégrant des passages plus lourds et lents sur sa deuxième partie, à la fois classique et efficace il a la particularité d'être chanté en serbe, leur vocaliste en chef étant né en Bosnie-Herzégovine. Vous trouvez que ça manquait de VENOM ou de BATHORY ? On en trouve justement sur le très court mais puissant "Necrotic Force", avant la première gifle monstrueuse du disque le bien-nommé "Devotion". Celui-ci est en effet totalement dévoué au Malin, terriblement sombre il comporte également des passages épiques qui alternent entre black et thrash, ajoutez à cela au milieu des 6 minutes du morceau un passage lent qui est parlé et récité telle une prière noire, et il vous pénètre au fond des tripes, il est fait de telle manière qu'on pense à un gourou ou un occultiste prononçant des incantations.

Après un petit intermède bien glacial et bienvenu on repart avec le court et efficace "Fullmoon Over Transylvania" avant de reprendre une autre baffe sur le morceau-titre et ses 9 minutes monstrueuses. Si le début est totalement dans la lignée des tempos rapides de l'album l'attention se porte principalement sur sa seconde partie plus heavy et où un côté épique digne de DESTRÖYER 666 (période "Phoenix Rising") pointe le bout de son nez, tout en étant agrémenté de quelques blasts bien amenés et un solo de fin juste terrible.

Après tout ça il faut malheureusement signaler une petite baisse de régime pour terminer, c'est ce qui arrive avec déjà la dernière plage de l'album, sobrement nommée "Triumphant" et qui est beaucoup plus quelconque au début mais c'est surtout après le break central que cela se gâte car le chanteur s'essaie au chant glam à la mode des 80's, sauf qu'il n'est pas Rob Halford ou Vince Neil et cela s'entend hélas. Si la musique tient la route en revanche le chant aigu n'est pas adapté du tout et c'est sur une impression mitigée que l'écoute de ce dernier morceau se termine.

Heureusement ce défaut précité ne remet pas en cause la qualité des autres compositions et c'est tant mieux car les autrichiens ont frappé très fort et nul doute qu'après un peu plus d'expérience et de vécu musical le combo d'Innsbruck fera encore plus mal dans l'avenir, c'est tout ce qu'on espère.




Rédigé par : GabinEastwood | 16/20 | Nb de lectures : 11689




Auteur
Commentaire
Keyser
Membre enregistré
Posté le: 06/05/2014 à 13h16 - (112017)
Grosse grosse claque, album génial. Et moi j'adore le dernier morceau, le plus heavy et old-school!



zozo
Membre enregistré
Posté le: 06/05/2014 à 15h34 - (112018)
Bonne surprise aussi, le meilleur groupe de black/thrash teuton depuis les incontournables DISASTER, une petite touche BATHORY qui fait du bien et un son aux petits oignons...

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker