TRISTITIA – One With Darkness (Holy Records) - 13/06/2005 @ 09h28
Depuis un certain temps le label Holy Records s’emploie à fouiller dans ses archives, histoire de redonner une chance aux albums qui ont marqué le début du label. Après la réedition il y a quelque temps du deuxième album de Tristitia « Crucidiction » que je conseille vivement à tout amateur de doom l’honneur est aujourd’hui fait au premier, et qu’il est bon de se replonger dans ces ambiances sombres et torturées.

On retrouve ici le vrai Tristitia, c’est à dire celui ou cohabite un chanteur au registre singulier et un guitariste hors pair. En effet, Thomas Karlsson sera toujours le seul et unique vrai chanteur de Tristitia pour les fans du groupe, capable d’incarner à merveille un moine possédé par Belzébuth avec un chant clair au ton sentencieux. Etrange et inquiétant ce registre se prête à merveille à la lourdeur des compositions et à l’ambiance mystico-religieuse du doom lyrique. Chacune de ses interventions en chant clair prend une tournure dramatique qui en fait de véritables sermons, les titres des morceaux en sont d’ailleurs les parfaits révélateurs : « Kiss the Cross » ou « One with darkness » par exemple. Souffrant du syndrome « King Diamond » ce type de chant peut clairement diviser les auditeurs : on adore ou on déteste. Mais quand on se trouve du côté des adorateurs, c’est carrément l’extase. Son chant dark quant à lui se marrie parfaitement à la noirceur qui émane de la guitare de Luis B. Galvez. Ce dernier, tête pensante du groupe a réussi l’exploit de fusionner la guitare acoustique classique aux sonorités hispaniques avec la noirceur du doom. A ce titre, les plages instrumentales qui émaillent l’album sont de véritables perles : « sorrow », « Burn the Witch » , « Adagio 1809 » dégageant à la fois une profonde tristesse et une mélancolie intense. La guitare électrique n’est pas en reste, des riffs lourds, oppressants mais diablement bien sentis se chargent d’enfermer la musique de Tristitia dans les ténèbres, aidés en cela par une production très crue et assez sourde mais oh combien adaptée au style.
Agissant comme un véritable trou noir, aucune lumière ne se dégage de cette musique qui a pour but de vous attirer dans les ténèbres. Pour cela tous les moyens sont mis en œuvre : des tempos très lents, étouffants même sur lesquels s’exprime tout le feeling de Luis B. Galvez, sorte de guitar heroe de l’ombre «winds of sacrifice ». Ses solis au son cristallin, jamais démonstratifs sont carrément ensorceleurs, servant à merveille les compos sur lesquelles ils viennent se greffer « Ashes of the Witch ». Quand le besoin s’en fait sentir le groupe utilise un synthé pour accentuer les ambiances cérémonieuses « Reminiscences of the Mourner» mais de façon très légère, on est bien loin de la surcharge symphonique qui a sévit quelques années plus tard dans le style. Le tout est ici très dépouillé, on retrouve souvent la guitare seule avec la batterie, pas besoin d’en faire des tonnes pour instaurer la lourdeur nécessaire (paradoxal non ?). Il en va de même pour l’utilisation discrète d’un violon qu’on ne trouve que sur quelques titres en fin d’album.

Cette réédition s’accompagne de quatre titre bonus. « Prelude of solitude » issu de ces mêmes cessions d’enregistrement et qui figurait sur la Holy bible Vol I. « The other side » qui est pour sa part issu de la démo de 1993,ainsi que « Envry The Dead » et « Mark my words » exhumés de celle de 1994. Le son est certes assez brut mais les morceaux démontraient déjà clairement qu’on ne rigolait pas du côté de chez Trititia.
Finalement dix ans ont passé depuis cet album et le plaisir d’écoute reste le même. Le succès ne fut pas le même que pour My Dying Bride mais j’encourage les fans des britanniques à jeter une oreille sur l’œuvre de ce groupe. Il sortirait aujourd’hui je ne lui mettrai que 16.5/20 sachant inconsciemment que le groupe fera encore mieux avec « Crucidiction »



Rédigé par : Dark Tranquilou | Réedition Obligatoire/ | Nb de lectures : 11988




Auteur
Commentaire
BozKiller
Membre enregistré
Posté le: 13/06/2005 à 10h35 - (16340)
De loin mon préféré du groupe, cet album renferme toutes les idées novatrices que Luis B Galvez avait en stock. le mélange des styles, grace a une maitrise de la guitare classique claire et nette, fait tout le charme de ce disque. IL faut malgre tout, comme le souligne ce bon DT, supporter le chant, partie integrante de l'entite TRISTITIA.




Silenius
Membre enregistré
Posté le: 13/06/2005 à 13h16 - (16352)
Cet album fait partit chez moi des indéboulonnables.Ce fût la rencontre d'un style à l'époque qui me colle maintenant à la peau.Une ambiance particulière se dessine à l'écoute de cette oeuvre grace au talent de Mr Galvez.Reste des hymnes du genre commme Reminiscences Of The Mourners ,le superbe Dance Of The Selenites et bien sur Kiss The Cross.
Je crois que je dois posséder pratiquement toutes les sorties Holy de l'époque ce qui est trés loin d'être le cas maintenant.Un petit coup de vieux de la part du label?






darkantisthene
Membre enregistré
Posté le: 13/06/2005 à 23h27 - (16377)
pur joyau de noirceur désespérée et lyrique
un chant auquel il faut toutefois s'habituer mais "l'effort" en vaut la peine

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker