TRASH AMIGOS - Hijos de la Chingada (War Anthem/Season of Mist) - 20/01/2012 @ 08h24
Le nom du groupe, le titre de l'album, les tenues des musiciens, on croit fortement être en présence d'un groupe mexicain, non ? Bah non effectivement. Trash Amigos, formé en 2010 et faisant du thrash, est bien composé de quatre Pedro (cf. nom des bonhommes), mais en provenance de Suède. Sous ces pseudonymes mexicains un peu clichés, on retrouve pêle-mêle, des ex ou actuels membres de formations comme Merciless, Death Breath, Nirvana 2002, parmi les noms plus réputés du lot. Autant dire qu'on a pas affaire à des nouveaux venus, et que Trash Amigos doit être plutôt considéré comme un projet annexe, avec un état d'esprit un peu plus fun que les groupes de death metal cités au-dessus.

Malgré toute l'expérience qu'ont ces gaillards, le thrash de Trash Amigos n'a rien de très original, et c'est pourquoi sa relative courte durée (37 minutes) lui sied parfaitement. Dès que retentit «Hatefuel», on sait déjà à quoi s'en tenir, ce titre bien speed et furieux a de quoi mettre tout le monde d'accord d'entrée. Pourtant, la suite n'est pas aussi 'évidente', comme ces titres mid tempos de nature sombre, comme «Last Sky» aux sonorités menaçantes ou «New Evil», me rappelant le Pantera période 'The Great Southern Trendkill' (les sons dissonants et les guitares plus poisseuses). Les morceaux plus excessifs et virevoltants ne sont pas en reste non plus («Non Omnis Moriar» idéal pour lancer des pits), mais aussi efficace soit la musique de Trash Amigos, il est facile de remarquer à quel point le groupe ne cache pas ses influences ; et plus particulièrement celle de Slayer, dont le groupe s'inspire bien au-delà du simple clin d’œil. Si la plupart des riffs rappellent le boulot de la paire Hanneman / King, certains font carrément de la pompe, comme «Nightmare» qui déploie à s'y méprendre le même riff que 'Raining Blood' (la ressemblance est troublante). Certaines parties de «Mind Castration» pourrait faire penser à un mélange des titres 'Blood Red' et 'Silent Scream', quand l'influence crossover qui ressort de «Divided», situe ce dernier dans la veine du Slayer des années 2000 (bien que Slayer ne fasse pas du crossover).

Les soli, majoritairement, sont aussi bordéliques et foireux que peuvent (ou pouvaient) l'être ceux des légendes du thrash, ajoutant si c'était vraiment nécessaire un autre point commun entre Trash Amigos et Slayer. Le jeu de batterie, pas aussi jouissif que celui de Lombardo ne manque pas non plus de s'en inspirer à travers notamment des parties de double pédale sauvages et bien placées. Et si Pedro Pico, vocaliste hargneux de la formation n'est pas un clone d'Araya, sa voix étant plus grave et écorché (elle ne sonnerait pas dépayser sur un album de hardcore old school je pense), certaines intonations et manières d'exprimer les mots sont assez typiques du chanteur chilien.

Le groupe se permet de finir l'album sur un instrumental, «Plata O Plom», piste hispanique et un poil épique (telle une BO de western) à base de guitares flamenco qui donne à l'opus un finish décalé, mais assez exaltant. Pour ainsi dire, si cet album est très efficace, il me paraît délicat de trop l'encenser, le groupe devant gagner en personnalité et identité. Pas grand-chose d'autre à ajouter, la prod', elle, est correcte, pas trop léchée ni trop faible. En somme, de quoi passer quand même un bon moment pour tout amateur de thrash, c'est toujours ça de pris.




Rédigé par : gardian666 | 13,5/20 | Nb de lectures : 11513




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker