TORTURERAMA - It Begins At Birth (Dolorem) - 02/02/2015 @ 07h38
Tel un petit poucet bien ordonné, c’est un à un que TORTURERAMA avait fait bien attention de semer derrière lui avec son premier MCD autoproduit il y a quatre ans (‘Left as Remains’) tous les ingrédients nécessaires pour comprendre où ils voulaient en venir. Mastering assuré par le maestro Tomas Skogsberg, design signé par Erik Danielsson de WATAIN, un break en forme de clin d’œil au titre « Dreaming in Red » de DISMEMBER et bien sûr, CE foutu son de guitare… N’en jetez plus, on était en pleine java-du-swedeath assumée, et tant pis si les coupables du jour sont belges…

Quatre ans, quoi de neuf du côté de Flandres ? Peu. Et beaucoup en même temps. De leur propre aveu, ils ont surtout continué à bosser tranquillement dans leur coin tout en aménageant leur salle de répétitions en studio d’enregistrement, tout en essayant de trouver le juste équilibre entre hommage appuyé et personnalité propre. Et à l’écoute de ce deuxième MCD, originellement sous format de démo K7, ça paye. Pour reprendre une analogie qui parlera à ceux à qui s’adressent principalement ces quinze minutes de Swedeath dégoulinant : la différence entre ‘Left As Remains’ et ‘It Begins At Birth’ est la même qu’entre ‘Like An Ever Flowing Stream’ et ‘Indecent & Obscene’ de son grand frère DISMEMBER. C’est-à-dire qu’après un premier jet misant tout sur une brutalité immédiate et sans détour, la suite se fait plus subtile, plus sournoise aussi mais pas moins perverse.

Certes, Skogsberg n’est plus là pour assurer la continuité mais ils ont embauché l’un de ses nombreux fils spirituels, à savoir Fredde de MASSIVE ASSAULT pour le mastering, donc niveau son, c’est le changement dans la continuité. Le pire est que le tout a été enregistré dans la salle de répétitions du groupe mais de cette faiblesse ils ont su faire une force, le tout sonne très spontané et cru mais jamais faiblard ou imprécis. C’est d’ailleurs à pieds joints dans la barquette à frites que l’on saute dès les premières secondes de « Sheppard of a Secret Realm » qui ouvre les hostilités, pédale HM-2 en bandoulière.

Sauf que ni vu ni connu, sans crier gare, le scalpel se fait plus tranchant. Alors peut-être est-ce dû au récent changement de line-up qui a vu, entre autres, l’ex-GORATH et actuel DEATH PENALTY Raf Maukens passer de la basse à la guitare ou alors à cette fameuse ‘maturité’ que nos amis musiciens adorent invoquer dès qu’ils ont une nouvelle cargaison à nous vendre, mais voilà le résultat est là. Swedeath-à-mort certes et donc par définition assez prévisible mais sauvage, vicieux et franchement morbide, comme le prouve brillamment le titre lancinant qui clôture le bal « Flesh Ripping Sounds ». A la limite, les seuls défauts de ce mini CD sorti initialement sous forme de simple démo, ce sont sa disponibilité (seul 100 exemplaires ont été pressés !) et sa brièveté, seize minutes. En même temps, on soupçonne fortement ce genre de petite pépite de fonctionner aussi bien parce qu’elle sait se faire courte et sans détour. En tous cas bande de Zoltar deathophiles, la conclusion, vous la voyez venir à trois kilomètres non ? Baille or daïe !




Rédigé par : Olivier 'Zoltar' Badin | 8/10 | Nb de lectures : 8983




Auteur
Commentaire
gardian666
Membre enregistré
Posté le: 02/02/2015 à 21h59 - (115584)
La première sortie du tout jeune label tourangeau Dolorem et on peut dire que pour une première, c'est du très bon !



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker