THE VEIL - An Electrical Sun (Saint Voodoom/Finisterian Dead End) - 11/09/2013 @ 08h11
Je ne sais pas si le Metal à chanteuse va redevenir à la mode (s'il l'a été un jour), mais il semble se réafficher sans vergogne ces derniers temps, malgré les true metalleux toujours honnis par le genre. J’ai vu quelques groupes à chanteuse (français de surcroît) être mis en avant par des boîtes de promo récemment, comme ELYOSE par exemple. Voici maintenant, également dans un apparat électronique, THE VEIL. Enfin on ne pourra pas accuser ce groupe basé à Nantes et à Londres de faire dans un quelconque opportunisme vu qu’il existe depuis 2005 et a signé 3 EPs avant An Electrical Sun, son premier album. Mieux encore, Stefan Bayle et Neb Xort d’ANOREXIA NERVOSA ont participé au projet par le passé, qui compte actuellement dans ses rangs deux personnes ayant contribué au groupe allemand SAMSAS TRAUM, dont la chanteuse Jensara Swann. Tout ce beau monde nous propose donc son premier full-length, via leur propre label Saint Voodoom sous licence du label breton Finisterian Dead End (qui avait co-sorti le très bon album de PICTURED l’an dernier, influencé par mes grands amis de CARCASS, même si j’ai pas trop aimé leur dernier album).

« Metal à chanteuse » serait, à l’instar de GRAVITY par exemple, bien restrictif pour qualifier THE VEIL. Le groupe œuvre dans des sphères certes Gothic-Metal, mais du côté industriel de la Force, avec ses riffs acérés et bien sûr de nombreux bidouillages électroniques et parfois symphoniques. Rien de bien novateur pour autant, jusque dans le concept apparemment steampunk, même si THE VEIL ose et travaille pour se démarquer des cent mille autres formations du genre. Jensara nous présente une très belle voix, pas la voix féminine du siècle mais la maîtrise est là, surtout que la bougresse use de pas mal de variations pour aller de pair avec la musique, oscillant entre l’épique et le sombre. On s’en rend compte dès l’introductif "Ghostship" et le plus posé "Beautifully Broken". Les riffs oscillent entre accès métalliques et moments plus mélodiques, dommage que selon les morceaux ils sont soit en retrait dans le mix, soit saturent un peu trop (malgré une très bonne production dans l’ensemble). La batterie se fait peu entendre, et vocaux (uniquement féminins, les coéquipiers de Jensara ne s’adonnant pas à la growlounette) et claviers/effets électro occupent la majeure partie de l’espace sonore de An Electrical Sun.

THE VEIL s’adonne à un travail électronique très varié et on sera surpris des sonorités d’entrée de "1908" qui sont très rétro et déroutantes, même pour un groupe du genre. Au début de cet album de 44 minutes, le groupe se cherche quelque peu, et même si le résultat est plutôt convaincant (le refrain prenant de "1908", les orchestrations et chœurs de "Electrogrammaton") l’album a un peu de mal à décoller surtout que le tempo reste soutenu. Par contre dès le 6ème morceau sur 10 ("Clockwork Flowers"), THE VEIL est lancé, remet les grattes en avant, et ne connaîtra aucune baisse de forme jusqu’à la fin de An Electrical Sun. La seconde partie du disque est donc tout simplement excellente, de l’implacable "Clockwork Flowers" aux riffs en béton, au très Electro "Nikolas and the Magnetic Storm", en passant par le plus rentre-dedans "Swallow the Black Ink", le quasi-tube "Viva Nokturna" et le très Metal-Indus "Call of the Trobador".

Du coup, cette fin d’album plus incisive, alors qu’on pouvait s’attendre à avoir affaire à un disque lambda de Gothic-Metal qui s’amuse avec des bidules électro, est plutôt surprenante. THE VEIL a donc déjà trouvé un certain équilibre, même si l’album est au final hétérogène, et qu’on risque de décrocher avant que ça ne devienne vraiment intéressant. Mais rien n’est insurmontable et au bout, nous avons donc un très bon album d’Electro-Metal à chanteuse. Si des ajustements sont nécessaires sur la forme (à savoir ce mixage un peu inégal), il y a déjà un fond très intéressant, même si rien n’est vraiment original dans la mixture proposée. Mais avec une chanteuse de qualité, une composante électro variée et bien amenée, et quelques riffs accrocheurs, THE VEIL a de quoi convaincre et An Electrical Sun est un premier full-length réussi dans sa globalité. Le style ne conviendra pas à tout le monde, c’est certain, mais cet album est à posséder pour tout fan de Gothic-Metal electro, pour qui THE VEIL est une formation à suivre de près.


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 11953




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker