THE PINEAPPLE THIEF - Tightly Unwound (Kscope/Wagram) - 03/08/2009 @ 09h58
Le chanteur et guitariste Bruce Soord est le cofondateur de feu Vulgar Unicorn qui publia 3 albums de prog atmo entre 1995 et 2000. Après son split, il eut l’idée de former The Pineapple Thief pour et autour de lui et lui seul. Ce qui explique l’absence de crédits aux autres intervenants sur le livret de "Tightly Unwound". (Egoïste le petit Soord ?). T.P.T compte une discographie riche de 7 albums hélas pas tous égaux en qualité.

Quand on examine de près son C.V, il est tentant de faire un parallèle avec P.TREE. Même origine, la Grande Bretagne, un leader omnipotent et un style dans la mouvance bien que moins fouillé et peu enclin à l’agressivité métallique.

En fait, il est plus judicieux de rapprocher le style de T.P.T de Radiohead ou Coldplay auxquels viendraient se greffer quelques influences Floyd ou Porcupine Tree.

Depuis "Abducting The Unicorn" en 1999, franchement intéressant à plus d’un titre, Soord n’a cessé de faire dériver sa formation vers cette pop atmo classieuse qui voit son aboutissement avec "Tightly Unwound". On peut le regretter tant les albums des débuts avaient suscité envie et espoir (notamment les trois premiers). Mais après "Variations On A Dream" en 2003, le soufflé est retombé et ma bienveillance et mon flegme à son égard ont pris du plomb dans l’aile.

Une fois que l’on a dit ça, il devient difficile de vendre le groupe à ceux qui ne le connaissent pas. Pourtant, il n’y a pas que du mou dans le genou dans la musique des Anglais. En étant patient, on peut même découvrir quelques douceurs et autres confiseries qui valent qu’on s’y arrête quelques instants.

Ce qui marque avant tout dans le style TPT c’est le chant ; très anglo-pop, il est dans la droite ligne de celui répandu sur cette même scène. Un chant proche de celui de Thom Yorke, Chris Martin et autre Richard Ashcroft. Il est bon de toute façon. Car on peut dire tout ce que l’on veut de la musique de ces formations en vogue mais pas qu’ils ne savent pas chanter.

Bruce Soord lui maîtrise le chant dans le calme et la sérénité. Ça tombe plutôt bien puisque la musique qu’il a choisi de jouer supporterait difficilement les montées orgasmiques dans les aigus tout autant que les râles profonds d’un « growler » en mal d’amour. Bien que le bougre n’hésite pas à pousser les décibels quand il le faut.

Et il suffit que je vous dise que T.P.T frôle souvent l’anémie caractérisée pour que "Shoot First", le deuxième titre montre ses muscles. Enfin, pas les gros biceps mais un petit abdo bien taillé et volontaire. Ou alors qu’il introduise quelques riffs nerveux sur "My Bleeding Hand" - le 6ème - et voilà toute ma démonstration mise par terre.

Mais restons calmes et buvons frais car la règle principale est de faire dans le soft parfois ennuyeux - "And So Say all Of You" - ou imitateur avec "The Sorry State" qui semble tout droit sorti du répertoire le moins inspiré de Radiohead.

TPT revendique également une approche progressive atmosphérique. Témoins "Different World" (10min45) et "Too Much to Loose" (15min13) qui eux piétinent allègrement les pétunias de la bande à Wilson. Et pour le coup, la meilleure, la plus mémorable et donc la plus efficiente. Celle qui hisse le groupe au niveau où l’on est en droit de l’attendre compte tenu de ses aptitudes. Et dans cette optique, "Too Much To Loose" est celui qui tient le mieux la distance. C’est un titre que Steven aurait pu composer sans avoir à en rougir. Progressif, noisy, parfois post rock, il ouvre des perspectives intéressantes que l’on souhaiterait voir prendre de l’essor dans l’avenir.

En définitive, le problème majeur avec The Pineapple Thief réside pour l’auditeur dans l’envie ou pas de vouloir remettre le couvert. Car l’impérissable monotonie de nombre de ces compositions ne poussent pas à la surconsommation. Ce qui constitue un incommensurable et incompréhensible gâchis. Possédant tous leurs albums, je dois avouer les sortir rarement de ma CDthèque pour autre chose que du dépoussiérage.

Gageons que "Thightly Unwound" qui possède une personnalité légèrement plus affirmée que ses devanciers - les pâles "Little Man" et "What We Have Sown" – replace le groupe au centre des débats. En fait, c’est un souhait plus qu’une réalité. Quand T.P.T comprendra-t-il qu’il en a largement les moyens ?


Rédigé par : Karadok | 14/20 | Nb de lectures : 9933




Auteur
Commentaire
Zblam
Membre enregistré
Posté le: 03/08/2009 à 10h52 - (73866)
Découvert le groupe avec cet album, je ne vais pas les lâcher je crois!

(sinon double faute dans le titre et l'intro de la kro, c'est tightly unwound et pas unmound)



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker