THE OMEGA EXPERIMENT - The Omega Experiment (Listenable/Season of Mist) - 01/02/2013 @ 08h21
DEVIN TOWNSEND. Ouah, je sais pas ce qui m’a pris mais c’est sorti tout seul dès que j’ai pensé à THE OMEGA EXPERIMENT. Et c’est la réaction impulsive en forme de référence citée sans travail cérébral poussé qu’ont dû avoir pas mal d’auditeurs lorsqu’ils ont découvert THE OMEGA EXPERIMENT en février 2012, avec leur premier album éponyme. Je n’aimerais pas vous saouler genre « bla bla bla ouais mais arrête de citer DEVIN TOWNSEND tout le temps on a compris… » mais bon, il va être difficile d’y échapper là. Et ne venez pas balancer « je trouve que ça n’a rien à voir avec DEVIN TOWNSEND mais bon… », parce que sinon il faudrait quand même revoir vos références ou consulter un ORL.

DEVIN TOWNSEND donc. Même si la promo de Listenable qui a pris ce duo du Michigan dans sa besace évite soigneusement de nous parler de l’influence évidente du canadien foufou (il est juste cité comme influence vocale, et pour avoir adressé un chaleureux tweet au groupe lors de la sortie de leur EP Karma (2011), rien de plus), constatons sans peine que THE OMEGA EXPERIMENT fait du Metal progressif extrêmement Townsendien. Les atmosphères cotonneuses ou fofolles, les mélodies, les claviers, le goût pour les rythmiques appuyées, le son, la plupart des intonations de chant, tout y est. The Omega Experiment, premier album full-length ici réédité (ou plutôt pressé en CD), c’est du DEVIN TOWNSEND worship de l’époque DTB (surtout Synchestra), un peu de Ocean Machine et Infinity, et voilà. On notera néanmoins une petite tendance DREAM THEATERienne notamment dans les solos bien plus en vue que sur les albums du canadien à lunettes. Mais sinon, ce qu’on trouvera dans cet album se résumera aisément en deux mots, un prénom et un nom : DEVIN TOWNSEND.

Alors le groupe en aura peut-être marre et ira peut-être se plaindre sur son facebook que les chroniques n’arrêtent pas de les comparer à DEVIN (surtout ces enfoirés de VS qui sabrent tout le monde), mais les faits sont là et il ne faut pas se voiler la face non plus. Mais, et c’est là que tout bascule, cette influence DEVIN omniprésente… n’est pas problématique dans l'absolu ! Certes, THE OMEGA EXPERIMENT manque cruellement de personnalité sur ce premier album. Mais à vrai dire c’est le seul défaut manifeste de The Omega Experiment, qui est tout de même un très bon album dans le genre de Metal progressif « Townsendien ». Et par ailleurs, Devin risque bien à terme de ne plus faire d’albums vraiment Metal Prog (quoique Epicloud a depuis prouvé le contraire…), donc il faudra bien quelqu’un pour prendre la relève, et jusque-là on ne peut pas dire que des clones de DEVIN TOWNSEND ont envahi les bacs. THE OMEGA EXPERIMENT se pose donc comme un très bon clone de DEVIN TOWNSEND, et au vu de la qualité de The Omega Experiment, on ne va pas s’en plaindre outre mesure.

D’autant que cet album se veut ambitieux et fouillé avec 55 minutes au compteur (pour 9 morceaux). Et l’epicness est à l’honneur pour le démarrage de l’album, dès l’intro archi-lumineuse de "Gift", pour un morceau à l’atmosphère très positive, à la manière de… qui-vous-savez. The Omega Experiment se pose donc comme un album très accrocheur, sublimé par les mélodies ou les petits effets électroniques bien sentis, à l’image de "Stimulus" qui nous propose également un refrain tout bonnement excellent et de superbes passages semi-acoustiques. Dans cette lignée Metal Prog coolos, on retrouvera également "Motion" (avec à nouveau un super refrain) et l’interlude électronique "Tranquillity", avant que THE OMEGA EXPERIMENT ne s’énerve un peu. Et quand le groupe s’énerve, il ressemble à… à… ben à STRAPPING YOUNG LAD, tout au moins à Physicist. Déboule alors cette tuerie qu’est "Furor", sans conteste la sensation du disque, 7 minutes jouissives à souhait ! Reste alors plus qu’à déguster la suite de la galette, nous présentant le théâtral et parfois barré "Karma" éminemment Townsendien (qui en profite pour mettre en valeur l’époustouflant travail vocal de Dan Wieten), le très atmosphérique "Terminus" (dont l’intro penche cette fois-ci vers Ghost) qui offre quand même quelques riffs musclés, et enfin le final "Paramount" très enjoué et résolument positif. Tout comme… tout comme…

DEEEVIN TOOOWNSEND. Désolé ça m’a repris. Donc bon, il y a toujours ce problème de personnalité, même si THE OMEGA EXPERIMENT ne joue pas la carte du plagiat non plus, n’hésitant pas à laisser transparaître d’autres influences comme DREAM THEATER ou des trucs style Mike Patton. Tout aussi bon qu’il soit, The Omega Experiment pêche donc par son côté « déjà-vu en passant la frontière canadienne », mais en faisant abstraction de cet état de fait il n’y aurait finalement pas grand-chose à redire sur cet album. Les compos et arrangements sont de grande qualité, le chanteur est tout à fait talentueux, et c’est déjà bien suffisant. Car quoi qu’on en dise, pour faire quelque chose de qualité équivalente à DEVIN TOWNSEND, que ce soit en termes de composition ou de chant, il faut en avoir dans le pantalon. Mieux encore, comme ce n’est pas Devin qui compose, cet album sonne finalement comme du DEVIN TOWNSEND en un minimum inspiré, qui ne se contente pas de repiquer des choses dans ses albums passés. Ce premier opus de THE OMEGA EXPERIMENT n’est pas non plus exceptionnel dans l’ensemble, même s’il regorge de passages gracieux et de refrains efficaces. Bref, ce duo américain doit encore trouver sa voie, mais nous montre déjà ce qu’il sait faire avec cet album au minimum sympathique. La suite devrait arriver vite, donc on verra bien ce qu’il en sera, et l’avenir nous dira aussi si THE OMEGA EXPERIMENT devra concourir pour prendre le relais « métallique » de Devin à terme. En attendant, The Omega Experiment devrait sans trop de mal plaire aux fans de… de… DEVIN TOWNSEND.



http://www.facebook.com/theomegaexperiment - 208 visite(s)

Furor - 119 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 14.5/20 | Nb de lectures : 12134




Auteur
Commentaire
Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 01/02/2013 à 11h11 - (105791)
Sérieux, c'est du plagiat total, même si c'est très bien exécuté.

Comme disait Orson Wells, "j'aime pas les voleurs, et les fils de putes".

vsgreg
Membre enregistré
Posté le: 01/02/2013 à 14h11 - (105792)
Alors Oui ca sent très fort Townsend, ça me rappelle d'ailleurs le groupe dannois Smaxone (avec l'ex-chanteur de Mnemic)... qui avait pas mal évolué sur leur second opus 'The Red Album'

C'est très bien fait et un peu moins 'easy listening' que les derniers prods de Townsend.
Je vais me plonger dans ce disque !



Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 01/02/2013 à 17h45 - (105794)
Très bon même si pas du tout original.



dimmu77
Membre enregistré
Posté le: 01/02/2013 à 18h32 - (105796)
mouais ta chro était alléchante, ce que j'ai écouté beaucoup moins

si c'est ce qui se fait de mieux pour concurrencer Devin et bien il a encore de beaux jours devant lui :)

Planet Rain
IP:90.11.30.202
Invité
Posté le: 02/02/2013 à 13h14 - (105803)
Etre influencé par Townsend n'est pas une tare en soi, mais certains plans sont vraiment recopiés à l'identique. L'écoute de ce disque est un peu embarassante.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker