THE OCEAN - Collective Oblivion (Metal Blade) - 06/12/2013 @ 08h25
"Collective Oblivion" : enfin le premier témoignage visuel de ce groupe incontournable de la scène Post/Core/Metal. Et encore un super produit proposé par THE OCEAN, renfermé dans un très joli coffret digipack, sobre mais admirable.
"Collective Oblivion", ou une rétrospective d’une grande partie de la carrière du groupe en 3 DVD et plus de 500 minutes de musiques, clips et documentaires...
Une sortie qui intervient dans un contexte particulier pour le groupe (deux membres du groupe, le guitariste Jona et le batteur Luc, ont quittés THE OCEAN fin novembre), mais qui n’empêche pas d’apprécier ce contenu à sa juste valeur.

Indépendamment de l’évolution musicale du groupe, ce coffret DVD dissèque et retrace l’histoire du groupe, humainement et musicalement. Les témoignages sont complets et intéressants, qu’ils soient musicaux ou non.
Il faut noter globalement un très grand soin apporté aux montages, ainsi qu’à la qualité de l’image, du son et des lives. Une aubaine pour tous les fans du groupe.

Plutôt que de décrypter les DVD un par un, je préfère en faire une synthèse par thématique, et vous livrer ainsi mon ressenti sur ce superbe témoignage de 12 années de carrières bien remplies...

Le packaging
Le Digipack cartonné renfermant ces 3 DVD est superbe. Pas aussi travaillé (conceptuellement) que les éditions somptueuses des 4 derniers albums, mais dont la sobriété convient parfaitement à ce témoignage. Le digipack est conçu avec un carton épais, renfermant les 3 DVD ainsi qu’un livret intérieur de 20 pages.
Ce livret comporte de nombreuses notes, commentaires et témoignages, ainsi qu’une série de photos prises durant différents concerts. Simple, mais plaisant, d’autant que ces photos sont vraiment superbes, et rendent bien en format DVD.

Les concerts
Le groupe a eu l’intelligence de proposer un grand nombre de témoignages lives sur ce triple DVD, mais tous différents, que ça soit en termes d’ambiance, de lieu et de set-lists. Il en résulte une diversité et une complémentarité appréciable, qui permet surtout de mieux prendre conscience de la qualité et de l’intérêt du groupe en live.

Live at MFMI (Museum) ; Berlin, 2011
Sans doute le concert le plus intéressant, de par son côté atypique… THE OCEAN a en effet été invité en 2011, par le Musikinstrumenten-Museum de Berlin (Musée des Instruments de Musiques), pour jouer quelques morceaux.
Le cadre (un musée renfermant divers instruments anciens, dont un stradivarius), tout comme la présence de musiciens d’orchestre symphonique (Violon, violoncelle, etc), apporte une identité toute particulière à cette demi-heure de live intimiste. Un live spécial, tant pour le groupe que pour le chanceux public.
La set-list, courte, est particulièrement bien choisie, et adaptée à ce petit concert mixant électrique et symphonique ; et fait de ce concert un excellent moment à découvrir.

Live at Bikini Test (2010)
Ce concert d’1h en Suisse est doté d’une réalisation très pro, utilisant plusieurs prises de vues essentiellement axées sur la scène, et avec un son sec et clair.
Sans aucun doute l’un des meilleurs témoignages du groupe, à la fois intimiste et électrique, où toutes les facettes du groupe s’expriment parfaitement. Le concert est éclectique, piochant dans plusieurs albums, alternant phases d’accalmies et explosions musicales. Et illustrent totalement l’incroyable énergie du groupe sur scène.

Le Bikini Test est une petite salle d’une capacité de 350 places, parfaite pour l’ambiance, et doté en plus d’un super son parfaitement équilibré, comme l’illustre le magnifique final de ‘Stenian / Mount Sorrow’. A noter que le groupe était venu, pour l’occasion, accompagné de musiciens classiques, et le violon, violoncelle, contrebasse ou piano viennent agrémenter certains morceaux de la plus belle des façons. Superbe.

Live au Metal Breeze (2011)
Ce concert permet de visualiser une autre facette du groupe, plus basé sur l’électrique et l’intensité, mettant en retrait le côté plus intimiste.
Le groupe montre qu’il sait parfaitement s’adapter aux festivals, mais sa prestation en plein air, bien que tout à fait excellente, convient moins bien à leur style particulier.
Ce concert est cependant un très bon complément aux autres lives précédemment cités, et la réalisation est impeccable, avec des prises de vues vairées et un son équilibré.
Le show de THE OCEAN au Metal Breeze est sympa, plaisant, mais plus court, et plus froid, que celui du Bikin Test, effet ‘festival’ sans aucun doute.

Live all around the globe
Ce chapitre regroupe une dizaine de titres joués en live aux 4 coins du globe. On y découvre des salles totalement différentes, plus ou moins grandes ; des publics et des ambiances différentes, plus ou moins intenses et fous, selon les villes ; et un patchwork intéressant de titres joués en live.
Mais il faut bien reconnaître que l’intérêt est un peu limité, car pas mal redondant avec les autres concerts proposés sur ce triple DVD.

Les clips
Plus que le live, ils illustrent l’énorme progression artistique de THE OCEAN réalisée en quelques années. Ce n’est pas tant l’évolution musicale qui impressionne, mais plutôt les concepts de plus en plus travaillés, le soin du détail et le professionnalisme.
Sans rien retirer aux clips des débuts, il faut avouer qu’ils n’apportent pas grand-chose. A part bien sur – et ce n’est pas négligeable – retracer l’histoire du groupe et rendre hommage à ces premiers pas visuels (et aux membres de l’époque qui formaient le collectif).

En revanche, les clips réalisés pour la période ‘Anthropocentric’, notamment ceux présents sur le DVD2 ‘Live and Not Dead’, illustrent une progression artistique certaine. Ils constituent un très bon complément au concept de l’album, et s’agencent parfaitement avec la richesse musicale de cet album.
C’est juste dommage à mon sens que tous les clips n’aient pas été concentrés sur un seul DVD, mais répartis sur les 3...

Les clips live, de qualité variable, sont à mon sens les éléments les plus dispensables de ces DVD. Certes, l’énergie dégagée par le groupe est toujours plaisante à regarder, mais la quantité et surtout la qualité des concerts présents sur ‘Live and not Dead’ et ‘Shore to Shore’ (dvd 1 et 2) suffisent amplement à sustenter le fan.

Les documentaires
Il s’agit, à mon avis, de la plus grosse valeur ajoutée de ce triple DVD… A noter que tous les membres s’expriment dans un anglais très clair, sans accent, et les 3 DVD sont de toute façon accompagnés de sous-titres en anglais.

Premier documentaire, "The Origin of The Ocean" est presque un film complet, de plus de 2h, retraçant l’intégralité de la carrière de THE OCEAN, depuis la fondation du groupe en 2001, jusqu’à la sortie de ‘Pelagial’...
Captivant : c’est le mot, je crois. Inévitablement centré autour de Robin Staps, fondateur du groupe et véritable gourou de THE OCEAN (il a composé seul la plupart des albums du groupe), "The Origin of The Ocean" raconte l’histoire du groupe, les souhaits initiaux de Robin, les choix artistique et humains, les péripéties, anecdotes et autres moments de la vie du groupe.
Alternant plans filmés dans les lieux significatifs pour le groupe, et interviews, la réalisation est somme toute sobre, mais très bien séquencée, et évite tout temps mort et toutes longueurs.
Le film retrace l’histoire du groupe chronologiquement, faisant intervenir tous les anciens membres et protagonistes aux moments concernés, afin de permettre aux fans de pleinement s’imprégner de l’histoire du groupe et de ses temps forts.

Pourquoi avoir fait le choix de créer un collectif aux débuts du groupe, comment cela était perçu par les différents membres du collectif, pourquoi s’être séparé de certaines personnes, comment les nouveaux ont été choisis, comment le groupe a signé sur Metal Blade, d’où viennent les choix de certains concepts… ? Toutes ces questions (et bien d’autres) trouvent leurs réponses dans ce documentaire.

Robin est bavard, et aborde quasiment toutes les étapes de la carrière de THE OCEAN.
Et les témoignages de tous les anciens membres sont également fort intéressants. Pas de langue bois, bien entendu, surtout que Robin ne semble pas franchement tyrannique, mais essentiellement guidé par des choix musicaux ou pratiques. Les 2 h défilent rapidement, car toutes les séquences d’interview sont courtes et directes, alternant anecdotes et contexte humain. Vraiment très intéressant.

Shore to Shore
Ce long et passionnant documentaire retrace 12 mois de tournées du groupe en 2011/2012, entre USA, Canada, Europe, Asie et Australie... Constitué essentiellement d’images filmées en dehors des concerts, il permet de se plonger pleinement, en compagnie du groupe, dans l’aventure d’une tournée aux 4 coins du monde, avec toutes les aventures et péripéties que cela peut comporter…

Le documentaire est très bien monté, car n’ennuie jamais le fan, en dépit d’une durée de 3h (!). La réalisation est simple, mais efficace, et reste toujours fluide. Robin est le principal commentateur, et décrit et raconte absolument toutes les étapes de cette tournée ; de nombreux commentaires (les membres de THE OCEAN bien sûr, ainsi que de ceux ayant pris part à la tournée (merch, ingénieur du son, etc)) égayent ainsi le récit. Et les anecdotes amusantes ou délirantes sont nombreuses.

On voit également de nombreuses images filmées durant les jours off, dans les différents pays traversés, alternées bien entendu avec des images de la plupart des concerts. Mais encore une fois, le but n’est pas axé sur les concerts en tant que tel, mais avant tout sur l’aspect voyage et humain de cette tournée.
Ce documentaire, plutôt intimiste mais très fluide, est vraiment très intéressant. Il montre le groupe sur la route, en voyage, découvrant des régions, des cultures, et faisant face à divers péripéties.
Il permet également de prendre conscience de l’engouement des fans à travers le monde, et montre surtout, et avant tout, un groupe qui aime jouer, qui aime tourner, qui aime rencontrer des gens, et qui aime s’amuser, tout simplement. Excellent.


"Collective Oblivion" est un témoignage sonore et visuel de grande qualité. Extrêmement complet, et doté la plupart du temps d’une image et d’un son nickels, ce triple DVD est un super cadeau pour les fans, et un bon moyen de découvrir le groupe pour les autres...

Les concerts, mode d’expression privilégié du groupe, sont au centre de "Collective Oblivion", et permettent de s’imprégner pleinement de l’énergie communicative du groupe. Mais la richesse de "Collective Oblivion" est également d’avoir accordé un réel espace à l’aspect humain de cette aventure musicale, au travers des deux superbes documentaires...
Dois-je en outre préciser que "Collective Oblivion" est vendu 30€ avec frais de port... ? Achat recommandé !

http://theoceancollective.com/ - 147 visite(s)

Un extrait du documentaire - 72 téléchargements


Rédigé par : ..::Ju::.. | Incontournable/ | Nb de lectures : 12283




Auteur
Commentaire
Raph
IP:90.2.71.219
Invité
Posté le: 06/12/2013 à 09h23 - (110302)
Merci pour cette chronique. J'hésitais à l'acheter mais tu m'as convaincu que ça valais le coup ! Reste après à trouver le temps pour tout regarder... !!!

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker