THE NOSEBLEED CONNECTION - Nosebleeders (Autoproduction) - 25/09/2012 @ 08h01
Pêle-mêle, sur cette pochette de "Nosebleeders" par THE NOSEBLEED CONNECTION, on voit les visages de Augusto Pinochet, Saddam Hussein, Mike Tyson, Rasputin, Eric Cantona, Oussama Ben Laden, Tom Araya, Slobodan Milosevich, Michael Mandsen, Vladimir Poutine etc, etc...
Des terroristes, un footballeur, des dictateurs, des bassistes, des chanteurs, des serials killers... difficile de trouver un lien entre tous ces hommes... mis à part que ce sont tous des hommes justement. Ça tombe bien, ici la musique, c'est de la testostérone en barre !

Formé il y a déjà dix ans de cela, ces fiers Italiens nous proposent sur cet album un fougueux mélange de Hardcore et de métal très énergique et particulièrement dédié au tempo Thrash. THE NOSEBLEED CONNECTION n'a pas la force au cul comme on dit chez moi et s'ils jouent à fond la caisse j'imagine que c'est parce qu'ils ont peur de s'endormir s'ils jouaient trop lentement !
Avec un son bien défini et une prod "In your face" plutôt massive, les chansons arrivent toutes comme des missiles et feront des dégâts considérables dans les rangs des Mosheurs.
Alors oui, c'est très efficace, mais pas original pour un sou. On a parfois l'impression d'entendre un "Brutal SOULFLY", un "Fast Machine Head" ou un "Crust HATEBREED ".

Le son de guitare sous-accordé a quelques réminiscences Néo (qui passent quand même très bien) et qui donnent au groupe une saveur assez particulière, puisque de néo il n'en jamais vraiment question tant THE NOSEBLEED CONNECTION foncent comme un bœuf tête baissé tout au long de l'album.
On retrouve donc autant du Street punk que du Thrash, du Metal bourru, du Crust ou quelques éléments de death.
La voix du chanteur fait un peu penser à la vieille voix de Max Cavalera lorsqu'il jouait des morceaux comme "Manifest" ou lorsqu'il reprenait du DISCHARGE ou du DEAD KENNEDY'S. Mais tout ça "à burnes" évidemment....

10 titres, pas de temps morts, solos (?), des chœurs virils et des riffs allant à 100 à l'heure qui souffre un peu parfois d'un manque de définition tant les six-cordistes s’excitent sur leurs cordes en laissant la précision au placard. Ce n'est pas vraiment gênant de toute façon car le groupe transpire le Hardcore et l'énergie étant ce qu'ils cherchent avant tout, j'imagine que le côté chirurgical de l'interprétation doit les laisser relativement indifférents. Le batteur en ce qui le concerne est très solide et sans trop en faire est la véritable locomotive du combo tant il bourre comme un âne.

Tout ça passe crème et serait même extrêmement trippant si on ne discernait pas à droite et à gauche des pans entiers de riffs ou de couplets déjà entendus (l'introduction de "Jonestown" sonne presque exactement comme "War Ensemble" de SLAYER). "Nosebleeders" ne sera donc pas l'album de l'année mais assurément l'occasion de péter quelques éléments de mobilier en écoutant leur disque.


Rédigé par : Pamalach | 12/20 | Nb de lectures : 12049




Auteur
Commentaire
noohmsul
Membre enregistré
Posté le: 26/09/2012 à 08h27 - (103913)
Eu je crois qu'en fait le nom du groupe c'est The Nosebleed Connection, non?
En tout cas je vais aller écouter ça... Sur le coup j'ai cru que ça avait un lien avec agoraphobic nosebleed haha !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker