THE NEW DOMINION - Procreating The Undivine (Autoproduction) - 31/07/2013 @ 08h28
Lorsque les groupes choisissent l’autoproduction et l’autopromotion, ils ne font pas les choses à moitié. C’est ainsi que le groupe néerlandais THE NEW DOMINION nous a fait parvenir son second album Procreating The Undivine en digipack avec une triple fiche promo on ne peut plus détaillée. Le bonheur du chroniqueur qui n’est pas obligé de fouiller Metal-Archives et facebook pour trouver des infos histoire d’étayer son intro. THE NEW DOMINION est donc formé en 2006 et compte notamment dans ses rangs Yuma Van Eekelen, batteur de EXIVIOUS et ex-PESTILENCE, accompagné de 3 autres membres n’ayant pas de formation d’envergure à leur actif, alors que j’ai cru à un moment que THE NEW DOMINION était un all-star band néerlandais. Le groupe comptait dans ses rangs le bassiste de ANTROPOMORPHIA, qui a mis les voiles et a permis à Robin Zielhorst (EXIVIOUS, ex-CYNIC) d’assurer la basse sur Procreating The Undivine.

Second album autoproduit qui succède donc à ...And Kindling Deadly Slumber sorti en 2009 via Neurotic Records. Et musicalement, les choses vont également évoluer. Parti d’une base mélodeath, entre DARKANE, ARCH ENEMY, IN FLAMES et AT THE GATES, THE NEW DOMINION a évolué en une redoutable machine de guerre Death/Thrash résolument moderne. Qui dit « moderne » aujourd’hui dit forcément que quelques rythmiques et plans syncopés vont parcourir cet album. Le tout appuyé par une prod de feu de Satan, qui est d’ailleurs le point fort de cet opus. Puissante, moderne, percutante sans en foutre partout et en restant quelque peu abrasive, la prod de Procreating The Undivine est tout simplement incroyable pour un groupe autoproduit. Jacob Hansen et Tue Madsen pourraient en prendre de la graine : on félicitera ici le travail de Yuma Van Eekelen lui-même, de Bart Hennephof de TEXTURES, du Split Second Studios, ainsi que Jens Bogren pour le mastering de cet album qui est une agréable surprise.

Rien de bien exceptionnel pourtant dans le Death/Thrash de THE NEW DOMINION, personnel mais pas foncièrement original, proposant quelques mélodies contrastées par des passages plus lourds portés par les growls. D’ailleurs je nuance la présentation faite du groupe qui est plus ou moins affilié au Techno-Death batave, alors que le groupe se rapproche peut-être plus de SINISTER et consorts, voire du Death-Metal américain, en plus moderne et raffiné (on pensera parfois à GOJIRA). Pas de technique de haut vol ou quoi que ce soit de jazzy/avant-gardiste étouffant, surtout un Death moderne qui mise tout sur l’efficacité grâce aux nombreuses rythmiques couillues, portées par la prod parfaite. Les morceaux sont parfaitement construits et alignent les riffs entraînants, la voix criarde de Bart Schoorl et ses growls un peu anecdotiques ne sont pas le point fort de THE NEW DOMINION mais ça ne dessert pas une seconde la qualité des compositions et des arrangements vus sur Procreating The Undivine.

L’album est globalement assez linéaire, mais dès que "Saliva" est lancé on se laisse prendre au jeu grâce aux riffs de tueurs, qui subliment des morceaux comme "Atonement of Species - Infest, Reduce & Destroy", "The Eclectic Spitting of Tongues" (une bonne tuerie), "Slaves of Ablaze" (un rouleau-compresseur) ou encore "Down to the Osiris Flood". Rien n’est à jeter mais de par son format et sa durée (presque une heure et 4 morceaux dépassant 6 minutes) Procreating The Undivine présente tout de même quelques petites longueurs ("Perverted to Perfection" par exemple). Le single "Ommatidea" est en revanche à part, plus mélodique, évoquant plus ...And Kindling Deadly Slumber alors que ce nouvel opus est bien plus frontal, évacuant d’ailleurs le chant clair qui n’est ici présent que sur "Slaves of Ablaze". La perfection n’est donc pas atteinte à 100%, et je pense que de toute manière THE NEW DOMINION n’a pas de telles prétentions, mais montre avec Procreating The Undivine de belles qualités et surtout (j’insiste) une production irréprochable qui met en valeur les riffs de premier choix. Un peu mélodique et un peu thrashy, léché techniquement sans être imbuvable, ce second opus de THE NEW DOMINION est tout simplement un très bon album de Death moderne.

http://thenewdominionband.com - 170 visite(s)

Ommatidea - 104 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 12962




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker