THE GROTESQUERY - Curse of the Skinless Bride (Cyclone Empire/Soul Food) - 01/07/2015 @ 08h02
Comme pratiquement tous les trimestres le père Rogga Johansson refait parler de lui avec un nouvel album d’un de ses très nombreux groupes, cette année ne déroge pas à la règle car après REVOLTING et JOHANSSON & SPECKMANN voilà que THE GROTESQUERY fait également son retour avec ce dernier opus qui doit logiquement clôturer la saga « The Coffin Born Trilogy » influencée par les différentes œuvres de Howard Phillips Lovecraft et Edgar Allan Poe. Quoi de mieux donc pour terminer que de continuer sur une recette qui marche, c’est exactement ce qui a été fait sur ce coup-là car pas une once de changement n’est intervenue depuis les débuts de la formation en 2009 qui est toujours composée autour du prolifique suédois du batteur Brynjar Helgetun (son fidèle acolyte dans de nombreux projets), du bassiste Johan Berglund et surtout du mythique Kam Lee (MASSACRE) au micro. Le mixage est toujours assuré par Ronnie Bjornstrom et le visuel par Turkka G. Rantanen, qui a repris les tons marrons utilisés sur les deux premiers albums et en s’inspirant pour de la pochette de « Women In Uniform » d’IRON MAIDEN.

Mais cependant il y’a quand même quelques petites nouveautés, d’abord ce dernier volet est le plus court des trois, mais aussi celui qui comporte le plus de morceaux… enfin cela est surtout dû au fait des nombreux interludes car il n’y en a pas moins de cinq (sans compter l’outro finale) qui se mettent au départ entre chaque titre puis toutes les deux plages par la suite, et qui ne servent au final absolument à rien si ce n’est de casser le rythme et la dynamique de l’album qui n’en avait pas franchement besoin.

Car si ses deux prédécesseurs étaient d’une bonne homogénéité et d’un équilibre agréable, il est indéniable que ce dernier-né est beaucoup plus variable et en roue-libre. Certes on sait bien que le prolifique suédois a la fâcheuse tendance à se répéter (et qu’il utilise les mêmes riffs et idées depuis des années) mais il y’avait toujours sa patte et sa touche reconnaissable couplée à une inspiration et un feeling indéniable, d’ailleurs le premier tiers du disque est de ce niveau avec « Unholy Reprisal - Resurrection of the Coffin Born » qui est typiquement suédois, rapide et remuant et où tout est ciselé avec précision. On passe aussi de bons moments avec « Return to the House of Grotesque » là encore sans surprises (mais plus lourd et heavy) à l’instar de « Her Exquisite Corpse – The Skinless Bride » qui sans être transcendant a au moins l’avantage de bien faire bouger la tête. Alors que tout partait pour le mieux la suite va hélas décliner progressivement, avec tout d’abord le chiantissime « Downfall – It’s All Gone To Hell » qui s’inspire du Doom sans en avoir l’impact ni l’accroche car il se répète inexorablement et surtout ne décolle jamais, ajouté à cela qu’il dure quasiment 7 minutes (qui paraissent interminables), heureusement que derrière « Rise – The Advent of the Crooked Man » redonne envie de headbanguer (même s’il n’est du niveau des précédentes compos) par sa vitesse et ses variations bien foutues, car dès qu’on arrive à la plage suivante (« Magnum Innominandum – He of the Yellow Sign ») on se retrouve à nouveau face à quelquechose de répétitif et qui manque d’idées. Heureusement que la fin retrouve de l’élan avec l’efficace « Hasturs Homecoming – All Hell Awaits » et le très simple « This Is The End » au refrain longuement répété et mémorisable.

Si au niveau de la musique on a donc compris qu’il y’a à boire et à manger il faut souligner qu’elle n’est pas aidée par la production, certes équilibrée et claire, mais qui souffre d’un son de cymbales vraiment trop présent et qui a tendance à masquer le reste. L'autre souci est le chant de Kam Lee dont le poids des ans se fait sentir… il est hélas loin le temps de « From Beyond » et l’impression que ce dernier a du mal est flagrante à plusieurs moments, d’ailleurs les effets sur la voix sont là pour malheureusement renforcer cette idée.

Sans être ni raté ni grandiose on a droit à un opus supplémentaire dans la très longue discographie du viking, qui ne se détachera pas de la moyenne de ses sorties mais dont il n’aura pas à rougir non plus, même si ce dernier THE GROTESQUERY (reste à savoir si le projet continue maintenant que la trilogie est clôturée) manque du petit plus qui est présent chez REVOLTING, PUTREVORE ou la plupart des PAGANIZER.




Rédigé par : GabinEastwood | 13/20 | Nb de lectures : 8146




Auteur
Commentaire
ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 05/07/2015 à 22h24 - (117172)
Même ressenti que celui de Gabin, l'album est bon et comporte quelques bons riffs, mais rien de transcendant. Rogga fait du Rogga, point barre. En revanche, on perd le côté sale, et horrifique du premier album qui n'avait pas besoin d 'interludes chiants, qui cassent le rythme de l'album, pour créer une atmosphère morbide.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker