THE GREAT OLD ONES - Tekeli-Li (Les Acteurs de l'Ombre/Season of Mist) - 16/06/2014 @ 08h00
Si SUMMONING a dédié la quasi-totalité de son œuvre à Tolkien, THE GREAT OLD ONES est bien parti pour faire de même avec Lovecraft. Voilà donc un groupe qui a centré tout son concept sur les écrits d’un seul auteur, et même le nom de la formation est déjà un hommage, un nom qui a finalement annoncé la couleur dès Al Azif en 2012, premier album sorti sans démo préalable (si ce n'est une petite pré-prod). Il est vrai que faire référence à Lovecraft -tout comme à Tolkien- n’est pas éminemment original dans le Metal, R’lyeh, Cthulhu et consorts ont souvent le droit de cité, et même THE GREAT OLD ONES s’y était essayé pour Al Azif. Mais l’œuvre de Lovecraft, ce n’est pas que les profondeurs et les créatures tentaculaires, ce sont aussi les montagnes. C’est ainsi que THE GREAT OLD ONES a centré le concept de Tekeli-Li sur la nouvelle « Les Montagnes Hallucinées » (« At the Mountains of Madness » en V.O., ce qui a déjà pu être croisé comme chez ORPHANAGE), ce qui est au dire des amateurs de Lovecraft une entreprise risquée. Mais, et pour pousser le concept Lovecraftien à son paroxysme, cela va nous donner une musique à l’image de l’œuvre de Lovecraft : monumentale et grandiose.

On quitte donc les profondeurs de R’lyeh pour les montagnes enneigées, ce qui va donc engendrer quelques changements d’ambiance. Si, par exemple, un album résolument Lovecraftien comme le Swallowed By The Ocean’s Tide de SULPHUR AEON nous offrait un Death Metal aquatique et oppressant, Tekeli-Li lui sera un disque glacial et lumineux. L’atmosphère a été façonnée pour offrir une cohérence totale au projet, ce qui nous donne une « adaptation » particulièrement aboutie. Le fond musical ne change pourtant pas tellement que ça, et l’on reconnaît bien vite le son de THE GREAT OLD ONES. Mais avec Tekeli-Li la formation bordelaise évolue, nous livrant un album plus personnel que le Black à casquette de Al Azif. Si la production, assurée par Cyrille Gachet de YEAR OF NO LIGHT, demeure rugueuse et cristalline (totalement adaptée à ce type de Post-Black), les trémolos prennent moins d’importance et THE GREAT OLD ONES se distingue désormais par des rythmiques savamment dosées, lourdes ou plus salvatrices. Le chant est parfois plus rocailleux que par le passé, mais demeure déchirant et vient toujours du fond des tripes. THE GREAT OLD ONES a travaillé ses éléments musicaux, la mise en place des atmosphères et de ses textes pour nous livrer un Tekeli-Li prenant et passionnant.

Pour nous conter la nouvelle Lovecraftienne, quoi de mieux que des passages récités (en français) et c’est ainsi que débute Tekeli-Li avec l’intro "Je ne suis pas Fou". Ces passages récités vont faire avancer la mécanique narrative tout au long des 5 autres morceaux de l’album, 5 longs chapitres qui durent de 7 à presque 18 minutes. "Antarctica" qui lance les hostilités est pour moi le meilleur d’entre eux : les rythmiques mammouth qui l’ouvrent sont saisissantes et le groupe s’offre une progression remarquable vers une ambiance résolument épique, riffs (et batterie) agressifs, chants et trémolos libérateurs (très présents sur ce morceau) émaillant cette progression au fil des minutes. THE GREAT OLD ONES poursuit ensuite son expédition dans les montagnes Lovecraftiennes, avec le très mélodique "The Elder Things" qui s’offre des purs moments de bravoure appuyés par des blasts et des riffs accrocheurs, "Awakening" aux tempos plus lourds et aux explosions soudaines qui posent une ambiance épurée et inquiétante mais toujours épique, "The Ascend" qui est un instrumental donnant dans un Post-Black plus percutant et plus classique, se terminant néanmoins par un passage au violoncelle très mélancolique. Et la randonnée dans les montagnes hallucinées va se terminer avec les 18 minutes de "Behind the Mountains", où après une intro acoustique inattendue THE GREAT OLD ONES va bien résumer tout le propos de Tekeli-Li : violence Post-Black déchirante, trémolos glaciaux et viscéraux, ambiance tour à tour sombre et lumineuse portée par le chant, rythmiques prenantes, breaks contrastants qui font savamment retomber la tension, et surtout la faculté qu’à le groupe à enrober l’ensemble d’une epicness lovecraftienne.

THE GREAT OLD ONES a donc le don de proposer un Post-Black très raffiné dont le concept lovecraftien est exploité dans tous les domaines possibles. Tekeli-Li est parfaitement goupillé mais n’est peut-être pas encore parfait, de petites longueurs apparaissent, la production typiquement Post-Black peut rebuter de par son côté volontairement opaque et brumeux, et si cet album est bien plus personnel que Al Azif il demeure parfois coincé dans les carcans du Post-Black à la WOLVES IN THE THRONE ROOM et consorts. Il est également clair que le concept sera surtout apprécié des plus fins connaisseurs de l’œuvre de Lovecraft, ce qui n’est pas mon cas (ouhhh comment je vais me faire traiter d’inculte mais je m’y mettrai un jour, promis), mais l’expédition musicale de Tekeli-Li vaut le détour, surtout avec un si bel artwork (et pour les plus acharnés, une édition die-hard en boiboîte avec même la nouvelle « Les Montagnes Hallucinées »). THE GREAT OLD ONES est un petit peu, voire nettement plus qu’un simple groupe de Post-Black, c’est un groupe passionné par l’œuvre d’un auteur fantastique de renom, qui a décidé de lui rendre hommage en composant un disque très travaillé, pour une musique de grande classe.




Rédigé par : ZeSnake | 15.5/20 | Nb de lectures : 15586




Auteur
Commentaire
Bernard
Membre enregistré
Posté le: 16/06/2014 à 10h02 - (112572)
Album très ambitieux et assez réussi qui n'a qu'un défaut: sa longueur. Au bout d'un moment c'est limite too much. Même remarque en live (vu au Roadburn).
Ceci dit, le visuel est très soigné et l'album vaut largement l'achat.

WhiteNoise
Membre enregistré
Posté le: 16/06/2014 à 13h27 - (112577)
Ah ben moi je le trouve carrément trop court tant je trouve cet opus excellent ! Chaque fois qu'il passe - c'est à dire tous les jours- et qu'il arrive à sa fin, me surprends à avoir la même pensée recurante " mince déjà terminé, non j'en veux encore! "
J'ecoute cet album comme on lit une œuvre, il m'offre chaque fois un voyage unique dans ces montagnes hallucinées. Hormis, dans un registre au antipodes, les opus de Portal, C'est, tres honnêtement, la premiere fois qu'un groupe ayant la pretention de s'attaquer à l'œuvre de maître réussi pleinement ! Pour moi, il est juste parfait. Alors un grand merci à cette formation pour cette œuvre qui entre, pour moi, directement au panthéon de mes chef-d'oeuvres !
Achetez le !



Arioch91
Membre enregistré
Posté le: 16/06/2014 à 13h46 - (112579)
"Il est également clair que le concept sera surtout apprécié des plus fins connaisseurs de l’œuvre de Lovecraft"

Ouais enfin, faut aimer le Black aussi...

Dommage, je passe mon tour.

Deadpool
Membre enregistré
Posté le: 16/06/2014 à 16h27 - (112582)
J'avais eu du mal avec le premier, celui-la m'a convaincu ! Excellent album !

nightswan
Membre enregistré
Posté le: 16/06/2014 à 22h55 - (112585)
15.5, c'est un poil sévère. Sans faire dans le chauvinisme, je trouve l'album supérieur à son prédécesseur qui était déjà tout bonnement excellent.
La production est meilleure et sublime cet album bien inspiré qui n'est pas une galette de post black de plus à mon sens, le groupe a réussi a se faire sa propre identité.
L'expérience vaut le détour et ne peux pas laisser indifférent, pour peu qu’on ne soit pas hermétique au genre. J’attends avec impatience de pouvoir apprécier ça en live.




gothenburg
Membre enregistré
Posté le: 17/06/2014 à 11h28 - (112588)
écouté hier, vraiment bien, on sort des sentiers battus c'est plaisant. Le genre de groupe que j'aurais aimé voir au hellfest avec Urfaust



Mariolle
Membre enregistré
Posté le: 17/06/2014 à 15h18 - (112591)
Note sévère malgré une chronique élogieuse.
Excellent disque ! Ambiance très bien dépeinte.
Lisez la nouvelle, vous retrouverez ces élements : le froid, le gigantesque ("cyclopéen" pour reprendre l'auteur), les résonances, le monstrueux inavouable...
Vivement le 3/7 ! -Paris, le Klub



Moshimosher
Membre enregistré
Posté le: 18/06/2014 à 00h00 - (112596)
Bonnes ambiances, par contre, j'ai vraiment du mal avec le chant... Pas qu'il soit mauvais, mais, bon, disons qu'il ne m'atteint pas... Dommage... :( Surtout que j'aime bien les œuvres de Lovecraft... Bon, pas autant que celles de Howard, mais bon, elles ont leur charme très pernicieux...

Stef
IP:80.215.163.63
Invité
Posté le: 03/07/2014 à 16h41 - (112721)
Note plutôt dure. Un chef d'œuvre pour ma part.

Ginzu
Membre enregistré
Posté le: 25/08/2014 à 22h21 - (113308)
je l'ai chopé au motocultor, superbe album, ça donne envie de l'écouter dans le noir après avoir lu les montagnes hallucinées

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker