THE GREAT DIVIDE - White Bird (Useless Pride) - 08/12/2014 @ 07h32
Deux ans après un bon petit premier album, les parigos de THE GREAT DIVIDE remettent le couvert en sortant un tout nouvel EP 7 titres, toujours chez les toulousaingues d'Useless Pride. Si « Tales Of Innocence And Experience » sonnait comme une bonne entrée en matière façon modern hardcore, « White bird » nous confirme que le groupe peut en avoir encore plus dans le bide. Comme le bon vin, THE GREAT DIVIDE se bonifie avec le temps. Deux ans, c'est pas très long pour fermenter correctement, mais en terme de musique ça peut permettre de mûrir un peu quand même.

Si l'influence des canadiens de COMEBACK KID était très présente sur leur premier skeud, celle-ci s'estompe un tout petit peu avec cette nouvelle rondelle et nous expose un groupe plus sûr de lui. Les influences sont toujours là, mais sur ce coup-là les parisiens arrivent à faire sonner une certaine différence. En nous délivrant sept morceaux d'un modern hardcore mélodique bien plus frontal qu'au temps jadis, THE GREAT DIVIDE semble s'être un peu plus lâché, allant droit au but (comme l'OM) tout en gardant sa touche mélo' et en durcissant son enveloppe sonore. Les sept compositions balancées sur ce « White Bird » ont tout ce qu'il faut pour faire la fête au fond d'un pit : parties two-step, sing along et mosh part sont de la partie, sur fond de riffs positifs et puissants, dans une ambiance toujours teintée de mélancolie. Celle-ci ressort un peu plus qu'auparavant et pose une ambiance qui colle parfaitement au modern hardcore des parisiens. On pense toujours à CBK vu le style, mais force est de constater que nos frenchies assurent comme il faut avec ce style, justement.

Plus direct, plus dur, « White Bird » poursuit le chemin entamé par le groupe sur « Tales Of Innocence And Experience » et délivre un EP fichtrement bien ficelé où efficacité rime avec énergie. Sans être la formation la plus originale du monde, THE GREAT DIVIDE a au moins le mérite de balancer de super morceaux à la « Tide », « Light Stone » ou « Familiar Faces », qui démontrent à eux seuls que niveau puissance THE GREAT DIVIDE n'a de leçons à recevoir de personne.




Rédigé par : Velvet Kevorkian | 08/10 | Nb de lectures : 9371




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker