THE ETERNAL AFFLICT - Birth Life Death (Afflict:Me/ZYX) - 30/09/2014 @ 07h38
Grâce aux promos de ZYX, nous allons encore une fois nous autoriser un écart vers les scènes électroniques. Si vous avez peur vous n’êtes pas obligés de continuer, sinon je peux vous tenir la main si vous voulez. Il faut tout de même être préparé pour affronter l’univers assez particulier de THE ETERNAL AFFLICT. Formé en 1989, ce duo allemand a tout au long de sa discographie été particulièrement difficile à cerner, souvent classique, parfois tordu, mais bouffant à tous les râteliers : Electro-Indus plus ou moins expérimentale, Darkwave, Synthpop, EBM, Electro-goth, dark electro… la plupart des sous-genres de l’Electro-Indus et plus généralement des musiques électroniques sombres sont passés sous la moulinette de THE ETERNAL AFFLICT, avec plus ou moins de réussite et de cohésion. Aucun album de la discographie du groupe n’est véritablement mémorable, exception peut-être de War (1994) qui me semble être leur disque le plus efficace. Les choses pourraient bien changer avec Birth Life Death, leur 7ème full-length qui va faire basculer la formation dans une certaine modernité, poussant quelques points qui avaient été entrevus sur [-ion] (2009).

THE ETERNAL AFFLICT est déjà bien moins fourre-tout que par le passé, semblant avoir trouvé son équilibre entre Electro-Indus et Futurepop. Une chose ne change pas, c’est le chant très personnel de Cyan, oscillant entre récital goth et vocaux Futurepop nasillards, à la Ronan Harris (VNV NATION). Parlons d’ailleurs de VNV NATION vu que THE ETERNAL AFFLICT semble désormais évoluer dans un mix entre ce que fait le duo londonien et FRONT LINE ASSEMBLY, évolution on ne peut plus moderne sachant que les précédents albums lorgnaient surtout vers du SKINNY PUPPY. Mais THE ETERNAL AFFLICT ne s’arrête pas là et à l’instar d’un HEADSCAN ou d’un BINARY PARK, varie ses compostions et ambiances pour nous livrer un album passionnant. Pêle-mêle on pourra penser à l’écoute de Birth Life Death à des formations comme ABSURD MINDS, ASSEMBLAGE 23, EDGE OF DAWN, ROTERSAND, DISMANTLED, HAUJOBB, PANZER AG… De l’Electro-Indus futuriste finalement classique, qui pioche à droite et à gauche dans la scène, mais qui arrive néanmoins à accoucher d’un bon album.

Tout bon album estampillé Electro-Indus/Futurepop se distingue par des hits et de ce côté THE ETERNAL AFFLICT a été bien inspiré, alors que rien ne ressortait vraiment de ses précédents albums. Le single "Perish!" qui ouvre Birth Life Death est donc tout simplement un très bon morceau de Futurepop, qui nous permet de découvrir les sonorités modernes du groupe et de (re)découvrir le chant posé de Cyan, pas le meilleur chant du circuit, mais il colle bien avec la musique proposée par les allemands. "These Demons" marque l’arrivée du chant féminin sur cet album, qui fait aussi partie de l’univers de THE ETERNAL AFFLICT, même s’il est ici cantonné au refrain très épique et prenant de ce morceau résolument futuriste. Mais tout ceci nous amène au véritable tube de Birth Life Death qu’est "Human Remains", où FRONT LINE ASSEMBLY rencontre le meilleur d’un ROTERSAND. Par la suite on appréciera les "Birth Life Death", "Million Shades of Grey" ou encore "The Last Call", mais l’autre tuerie de cet album se nomme "D.N.S. (Dark Noise Symphony)", un instrumental de près de 7 minutes tout bonnement fantastique où l’ambiance futuriste proposée par les allemands atteint son paroxysme.

Reste alors des morceaux moins marquants mais néanmoins sympathiques ("Revolucion", "Through Barricades", "Requiem for A Day", "Eve - The Pain Machine") avec toutefois de petites lourdeurs et longueurs, comme l’inutile "Lex Est Quod Facimus" qui évoque les outros inintéressantes des albums de FRONT LINE ASSEMBLY, ou encore "Napalm God" qui sonne très creux et trop influencé par les sons de Rhys Fulber. Mais en dépit de ces quelques défauts manifestes (chant parfois plat, manque d’originalité, hétérogénéité de l’album), Birth Life Death est un disque très satisfaisant d’Electro-Indus futuriste, de loin le meilleur album de THE ETERNAL AFFLICT à ce jour. Rien de neuf pour ceux qui connaissent le style, mais sans être un album révolutionnaire c’est un disque qui mérite d’être écouté, surtout que le genre Electro-Indus en général n’arrive plus à accoucher de perles ces derniers temps, quand il ne s’amuse pas à caser du dubstep, ce que THE ETERNAL AFFLICT évite en mariant tradition et modernité avec brio et inspiration. Un bon album qui vaut surtout pour ses pépites mais se laisse facilement apprécier dans sa globalité, surtout pour les amateurs d’Electro-Indus et de Futurepop bien évidemment, mais pour les autres, si vous surmontez vos peurs il n’est jamais trop tard pour commencer et Birth Life Death peut être une bonne porte d’entrée…




Rédigé par : ZeSnake | 15/20 | Nb de lectures : 10054




Auteur
Commentaire
gulo gulo
IP:83.206.196.72
Invité
Posté le: 30/09/2014 à 12h24 - (113788)
Aucun album véritablement mémorable à part peut-être War ? Marrant, j'aurais plutôt dit "à part évidemment Trauma Rouge et Atroci(me)ty"..

RBD
Membre enregistré
Posté le: 04/10/2014 à 13h10 - (113860)
Tiens, j'avais raté ça ! Moi, ce côté touche à tout m'a toujours paumé d'un coup sur l'autre, mais c'est vrai que je n'ai jamais trop insisté sur The Eternal Afflict, à part le premier album.

Je suis d'accord à propos du chant, en tout cas. Il faudra que je me penche sur ce retour.

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker