THE BLACK ZOMBIE PROCESSION - Vol III : The Joys of Being Black at Heart (Kicking/Every Day Is Like Sunday) - 23/06/2015 @ 07h39
On ne peut pas dire qu'avec ce "Vol.III : The joys of being black of heart", THE BLACK ZOMBIE PROCESSION se soit foutu de la gueule du monde ! Élégamment présenté dans un impeccable boitier DVD, bourré jusqu’à la gueule de nombreux bonus très sympa et affichant treize titres bien stylés Horror rock (le groupe insiste sur cette appellation), ce troisième opus n'a rien voulu laisser au hasard. Pour ceux qui connaissent le groupe et la passion de Nasty Samy pour le cinéma d'horreur, peu de surprise : gore, bidoche et démonologie à tous les niveaux ! De l'impeccable artwork de la pochette (du notoire Justin Osbourne) aux ambiances inquiétantes disséminées un peu partout sur l'album, on rentre vite dans le bain (de sang) de ce nouvel essai de TBZP. Alors histoire d'être un peu méthodique, on va d'abord se pencher sur les chansons avant de s'attarder sur les (gargantuesques) bonus de la galette.

De l'aveu même des principaux intéressés, ce nouvel opus est certainement le plus Metal qu'ai jamais proposé le groupe. Production en béton armé, riffs costauds aux influences affichées et assumées, voix virile mais mélodique, "Vol III : The Joys of being Black at heart" pousse les potards dans le rouge et propose, à mon avis, le meilleur disque du groupe, peut être moins fou que ce qu'ils faisaient avant mais plus efficace et rentre dedans.
Très Metalcore dans la forme et assez Thrash et Hardcore dans le fond, "Vol III..." est hyper pêchu sur plusieurs morceaux, ne calmant la bataille que sur des morceaux plus atmosphériques mais toujours aussi cintrés.
Sur les brulots "Zoonotic infection", "Empty Handed" ou "Botch" on reconnait les pattes de MEGADETH, KREATOR, VOIVOD, SEPULTURA, SODOM et tant d'autres combos de légende. Friand de punk et de Hardcore au sens large du terme, le groupe propose aussi de nombreux chœurs virils, des mosh parts appelant à la bagarre, des accélérations survitaminées et des défoulements mid tempo que l'on retrouve sur le redoutable "Barking at the ocean" ou "Suck my rotten Bones" (là encore, on pense à AGNOSTIC FRONT, BIOHAZARD, MADBALL, MINOR THREAT... les références ne manquent pas).
Pouvant aussi taper sur le frein en ralentissant le tempo et en proposant des aménagements structurels un peu plus alambiqués, TBZP peut se faire occulte et étrange dans "Under the red sea", voire carrément chelou sur l'inquiétant "Mother Tenebrae". On est parfois pas loin du Street Punk de THE UNSEENS, le chant écorché de ELIBATS rajoutant évidement à cette dimension alternative bien créteuse. On pourra évidement reprocher à ce disque son coté Patch Work mais en même temps, comme avec les bons films d'horreur de l'époque : "Faut pas se plaindre, tout est déjà dans le titre !" . On va maintenant enchaîner avec le dodu menu supplémentaire :

- Commentaires audio avec Elibats et Nasty Samy.
- "Into the realm of the black zombie procession", interview avec Elibats et Nasty Samy à propos de leur univers horrifique.
- "Goldies from the grave : une énorme interview vidéo de Nasty Samy à propos du making of du premier album de THE BLACK ZOMBIE PROCESSION ("We have dirt under our nails from digging this hole we're in")
- Le Teaser du super 8 de Metaluna (featuring "Nasty Stomp").

Pour ceux qui feront l'obtention du skeud, ne faites pas comme moi qui ai retourné le disque dans tous les sens pour y trouver les bonus... une adresse internet et les codes nécessaires sont inscrits dans le livret ! Avec plus de deux heures d'images et d'interview, difficile pour le groupe d'arriver à tout caser sur un seul format. Du coup cette solution permet a Nasty Samy et Elibats de développer sans se presser leur passion pour les films d'horreur, les illustrateurs et dessinateurs, les romans horrifiques, le rock et la surf music, le metal et les artworks légendaires... etc, etc...
Véritables boulimiques de cinéma et de contre culture, les deux affreux sont assez passionnants à écouter dès lors qu'ils parlent de cinéma et de musique, cette passion véritablement débordante et communicative donnant encore plus de corps à la crédibilité de TBZP.
Assez inédit, on trouve également près de 45 minutes de commentaires sur le disque et les morceaux composés. Entre les petits détails indispensables (références musicales et cinématographiques, enregistrements et samples issus de films plus ou moins underground comme le fabuleux "Hellraiser") et les références complètement assumées (le groupe décortique avec minutie chaque passage et nomme clairement les influences de chaque riff, lyrics et autres ambiances de chaque chanson). Bref la boustifaille est à la hauteur des attentes et on ne pourra certainement pas reprocher le caractère généreux de ce "Vol III...". N'étant pas franchement un mordu des vibes Metalcore, il y a plusieurs moments auquel j’adhère moyen, mais la variété des styles parcourus permet de toute façon de toujours trouver son bonheur à droite ou à gauche. De la série B peut être, mais qui comme un bon vieux film de Bud Spencer et Terrence Hill reste définitivement indémodable.




Rédigé par : Pamalach | 14/20 | Nb de lectures : 8282




Auteur
Commentaire
Moulinexxx
Membre enregistré
Posté le: 23/06/2015 à 11h30 - (117064)
Vu à l'Xtreme Fest 2014, ça envoyait chanmé !



SABBAT71
Membre enregistré
Posté le: 23/06/2015 à 21h21 - (117069)
Excellent disque



bangala
IP:78.250.229.57
Invité
Posté le: 25/06/2015 à 01h55 - (117089)
j'avais adorée le second opus et attendu désespérément son successeur...faut que j'écoute ça au plus vite !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker