TESSERACT - Altered State (Century Media/EMI) - 07/06/2013 @ 08h58
Un printemps qui djente (3/4)

Après nous être penché sur les groupes en devenir (bien que seul l’avenir nous le dira) NO CONSEQUENCE et LIFEFORMS, passons maintenant à un groupe qui est déjà une valeur sûre dans ce printemps du Djent. Les anglais de TESSERACT, chef de file de la branche « atmosphérique » du Djent, ont sorti le 27 mai leur deuxième album. Non pas nommé Two après One, ni Eden, ni Neophobia mais Altered State. Le changement de nom d’album est un peu le serpent de mer des groupes Djent, tout comme le changement de chanteur. Après l’intérimaire Elliot Coleman qui lui-même succédait à l’excellent Daniel Tompkins, le groupe a opté pour un certain Ashe O’Hara. Un chanteur bien particulier pour le style de Djent bien particulier que propose TESSERACT.

Djent toujours particulier de par une organisation conceptuelle des morceaux. Après les 6 parties de "Concealing Fate" réparties sur un EP puis rebalancées au milieu de One, Altered State est lui divisé en 4 mouvements bien distincts : "Of Matter" - "Of Mind" - "Of Reality" - "Of Energy". Musicalement rien ne distingue fondamentalement les 4 parties, et les morceaux qui composent chaque mouvement (10 en tout) peuvent aisément être isolés un à un, même s’ils se suivent au sein d’un mouvement. Bref on est bien loin de l’aspect « piste unique » qui a plus ou moins été voulu par le groupe. Et stylistiquement, rien ne change par rapport à One. L’EP acoustique Perspective n’aura donc été qu’un interlude et TESSERACT continue son petit bonhomme de chemin dans son Djent teinté de Metal atmosphérique.

Ou l’inverse car à l’instar de One, on sent à nouveau que la base est un Metal Atmo épicé et rythmé par les riffs djent. De ce côté rien ne change et les mélodies typiques ainsi que les ambiances introspectives sont toujours à l’honneur. Ainsi que les riffs djent donc, mais leur utilisation est ici paradoxale : il y en a presque plus que dans One pour un album bien plus homogène, mais on ne peut pas dire que leur qualité crève l’écran. Les riffs rythmiques sont bien peu inspirés, trop « simples » la plupart du temps, et sont extrêmement répétitifs, transformant l’homogénéité de Altered State en linéarité assez gênante. On a parfois l’impression que le groupe balance juste des enchaînements de riffs syncopés arrangés un peu à la volée, le pire sur ce point étant "Of Reality - Eclipse" où l’on se demande même ce qu’ils font là, étant cantonnés à une rythmique de fond. C’est assez frustrant car le groupe est capable de mieux, et semble juste faire du riffing djent pour la forme et l’identité plutôt que pour faire quelque chose de complètement construit et cohérent. Le syndrome DISPERSE et THE CONTORTIONIST en somme…

Toutefois certains passages efficaces s’en sortent bien, notamment au sein de "Of Matter - Proxy", "Of Mind - Nocturne" et "Of Energy - Singularity" (donc les deux singles, comme de par hasard). Les 3 morceaux qui constituent "Of Matter" et qui sont donc le trio d’entrée de Altered State sont bien, mais après le single "Of Mind - Nocturne" ça se tasse et de nombreuses longueurs apparaissent ("Of Mind - Exile" est par exemple interminable et rien ne justifie ses presque 9 minutes). L’aspect atmosphérique est moins convaincant que celui de One et, il faut bien le dire, l’ensemble est parasité par ces fichues rythmiques djent inintéressantes. Si Perspective n’avait que peu d’intérêt, ce sont bien les morceaux de Altered State qui auraient besoin d’une relecture « allégée » pour pouvoir saisir toute la subtilité des atmosphères. Pour l’instant l’album est juste proposé dans un package double CD avec la version instrumentale de l’album, ce qui m’amène à l’autre point qui peut fâcher : le chant du nouveau venu Ashe O’Hara.

Première chose, il n’y aucune trace de chant un tant soit peu gueulé comme Dan Tompkins savait si bien le faire (cf. l’inoubliable "Nascent"), c’est donc 100% chant clair et c’est à prendre ou à laisser. Si ses vocalises sont nettement supérieures à celles de Coleman, son ton est trop, bien trop enfantin ou d’obédience teenager-metal et plus encore. Certes, il y a déjà eu bien pire, Ashe a un minimum de talent et une grosse marge de progression, mais on a plus l’impression d’avoir affaire à un participant à Nouvelle Star, The Voice ou n’importe quelle merde du genre, qu’un véritable chanteur de Metal même pour un style soft. Parfois ça prend et il se laisse écouter (les variations bienvenues de "Of Reality - Palingenesis"), d’autres fois c’est très niais ("Of Matter - Resist") ou limite dans les montées ("Of Mind - Nocturne") voire légèrement autotuné ("Of Matter - Retrospect"). Bref, Tompkins est définitivement inégalable et quand on voit l’activité de ce dernier depuis son départ « pour d’autres priorités de la vie », on se demande s’il n’y a pas eu des petits soucis internes chez TESSERACT. Je ne jetterai pas la pierre au groupe pour le choix d’Ashe, qui semble cohérent avec le style que le groupe veut pratiquer, et dont la voix est dans la lignée de Tompkins et Coleman sans grande révolution. Mais tout simplement, je n’aime pas ce genre de voix et bien qu’elle soit correcte et ne dessert pas Altered State, elle ne le rend pas irrésistible pour autant.

Mais de toute manière les problèmes sont ailleurs et finalement le chant me semble secondaire, après si on ne le supporte pas c’est sûr que ça risque de tout casser. Hormis quelques petits trucs osés (le chant clair assumé en fait partie) comme le saxophone de "Of Reality - Calabi-Yau" et "Of Energy - Embers", TESSERACT livre ici un second album sans grand panache. One avait déjà été largement amputé de l’effet de surprise, ici c’est la même chose car TESSERACT livre juste de nouveaux morceaux sans plus notable, entachés d’un étalage de rythmiques bien peu palpitantes et d’un travail sur les ambiances finalement peu étoffé. Pour un album comprenant 100% de nouvelles compos, on pouvait en attendre bien plus et pour un deuxième album seulement, leur Djent atmosphérique sent déjà le réchauffé. La prod est un poil plus punchy que celle de One mais ça reste assez sec, même si les rythmiques se font plus percutantes. Pour le meilleur et pour le pire hélas car les riffs djent auraient mérité d’être plus variés, car là c’est limite s’ils ne servent à rien si ce n’est faire une assise rythmique ou faire cataloguer cet album dans le rayon « Metal ». Mon jugement sur Altered State sera donc sévère, mais la note raisonnable car TESSERACT est loin d’être un mauvais groupe (des dizaines de clones sont là pour en témoigner) et cet album n’en est pas médiocre pour autant (les die-hard fans l’adorent déjà de toute façon), c’est juste que la formation anglaise est capable de bien mieux surtout après One, côté djent et côté atmo, et ses choix de chanteurs ne font toujours pas l’unanimité. Pas une grosse déception mais on est en droit d’attendre quelque chose de plus consistant des maîtres du sous-genre atmo du Djent. Erik Selvig a brièvement confié le Tésseract à son neveu émo de 16 ans qui sait gratter 3 accords sur 7-cordes, et voilà ce que ça a donné…

http://www.tesseract.co.uk - 180 visite(s)

Album en écoute intégrale - 126 téléchargements


Rédigé par : ZeSnake | 13/20 | Nb de lectures : 13267




Auteur
Commentaire
Maxgrind
IP:77.205.148.75
Invité
Posté le: 07/06/2013 à 09h47 - (107771)
Tout à fait d'accord avec la chro, surtout la partie "qui pourra prendre la relève de Dan Tompkins?". D'ailleurs, que du chant clair sur ce Altered State, ça pèse sur toute la longueur de l'album. Avec Dan, ça variait carrément plus sur One et son chant était unique et sincère. Y'a-t-il eu des divergences musicales chez TesseracT? Il y a de fortes chances car quand tu vois que Dan Tompkins n'a pas une grosse actu musicale intéressante (Skyharbor, White Moth Black Butterfly, Absent Hearts), ça fait chier :/

ZeSnake
Membre enregistré
Posté le: 07/06/2013 à 15h04 - (107783)
Tompkins a aussi joué les guests sur un single du groupe The Room Colored Charlatan. juste pour un morceau pour le moment...

gland
IP:85.192.243.75
Invité
Posté le: 07/06/2013 à 21h18 - (107785)
des news de Sikht ? il était terrible leur cd

gland
IP:85.192.243.75
Invité
Posté le: 07/06/2013 à 21h22 - (107786)
Musicalement on commence a avoir fait le tour, rien de suprenant.

Zero
Membre enregistré
Posté le: 08/06/2013 à 00h09 - (107792)
...Tompkins, c'était aussi la voix de Haji's Kitchen, groupe prog-metal alternatif qui n'a jamais réellement percé et qui ne parvient pas non plus à se cramponner à un chanteur définitif...difficile de passer après ce gars là qui se hisse au top des chanteurs actuels (avec MJ Keenan)...



The Quebekers
IP:173.178.184.65
Invité
Posté le: 08/06/2013 à 02h29 - (107793)
Ah bah moi ce disque je l'aime beaucoup et la qualité du son est excellente.Les compositions sont bonnes et la voix est fluide et en symbiose avec la musique.Voilà pour moi.

johnhord
Membre enregistré
Posté le: 11/06/2013 à 01h28 - (107832)
Je vais faire court : pour moi, la musique a rarement atteint une telle intensité d'émotion et de luminosité. Je trouve cet album sublime, tout simplement. Certains passages me tirent des larmes, d'autres me font m'arracher la tête en headbanging. Certes ce n'est pas la surprise de l'année et je ne m'attendais pas à ce que Tesseract fasse autre chose, mais putain que c'est beau, pur, et inspiré. Pour moi, ça sera 19/20.



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker