TALIANDÖRÖGD - After the Flesh (Autoproduction) - 16/04/2015 @ 07h43
Vous vous souvenez de TALIANDORÖGD ? Ce groupe breton avec un nom à coucher dehors qui il y a maintenant plus de dix ans m'avait assez enthousiasmé avec "Neverplace", un EP de six titres dans un style black symphonique vraiment pas dégueu. Cette première offrande avait été suivie deux années plus tard par la sortie d'un album que bizarrement je n'ai jamais écouté. J'en étais donc resté à leurs premiers amours et avais loupé le changement de style assez radical qui avait été opéré entre ces deux sorties. Je pensais, comme beaucoup de monde j'imagine, le groupe mort et enterré depuis bien longtemps d'autant que deux des membres du groupe avait en 2006 fondé TALIAN, groupe de death thrash auteur d'un unique album sorti en 2009. La surprise fut donc grande de voir resurgir ce nom avec qui plus est, un line-up quasi inchangé avec toujours les frères Beux au chant et à la guitare pour l'un des deux et Dirk Verbeuren, derrière les fûts, qui pas encore assez occupé avec SOILWORK et depuis l'année dernière THE PROJECT HATE MCMXCIX (pour ne parler que de ces deux là) a trouvé le temps de rejoindre ses anciens camarades.

Musicalement, je m'attendais donc bêtement à une musique orientée black metal, sauf que non, le groupe ne pratique plus ce style depuis plus de dix ans mais donne maintenant dans le stoner death. Ce n'est pas moi qui le dit mais le groupe lui-même, pour une fois qu'un groupe se colle une étiquette de son plein gré, on ne va pas se gêner pour l'utiliser. Un style qui mêle donc la rage et la noirceur du death metal, à la lourdeur du stoner. Sur le papier ça donne un programme intéressant et sur skeud, le résultat est des plus convaincants. Outre le death et le stoner annoncés plus haut, le groupe n'hésite pas à enrichir sa musique d'influences thrash, mélodiques voire progressives. Les cinq titres qui composent cet EP sont tous très bons et surtout très différents. Le groupe étale en un peu moins d'une demi-heure tout son talent et personne ne semble être en manque de ce côté là au sein du combo. On ne reviendra pas sur le talent de Dirk Verbeuren mais le reste du line-up n'est pas en reste. Les parties de guitares sont vraiment excellentes, regorgeant de bonnes idées, de passages groovy ou techniques. Le chant n'est pas en reste avec un Simon Beux qui n'a pas oublié comment growler. J'ai particulièrement aimé les passages en chant clair de Florent Beux qui sont vraiment réussis et apportent vraiment une couleur émotionnelle inattendue, notamment sur "Yield" ou "This Bread I bless" qui m'ont alors rappelé le Dan Swanö de la grande époque de EDGE OF SANITY, grand spécialiste s'il en est du mélange chant clair / growls.

Retour aussi réussi qu'inattendu donc pour TALIANDORÖGD qui revient d'emblée sur le devant de la scène avec cet EP dont le seul défaut sera bien sûr de nous laisser sur notre faim après ses cinq trop courts morceaux. Nul doute que cette autoproduction des plus brillantes devraient susciter l'intérêt des labels et que -espérons le- on retrouvera prochainement le groupe pour un album complet cette fois-ci. Wait & see.

https://www.facebook.com/taliandorogdband - 164 visite(s)

This Bread I Bless - 175 téléchargements


Rédigé par : Sheb | 8/10 | Nb de lectures : 9102




Auteur
Commentaire
ManOfShadows
Membre enregistré
Posté le: 16/04/2015 à 13h52 - (116519)
Je confirme, un très bon EP, d'une très grande intelligence, qui donne l'eau à la bouche pour un futur skeud !



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker