TALANAS - The Waspkeeper (Eulogy) - 24/11/2011 @ 07h22
Une fois n’est pas coutume, une des révélations de l’année nous vient d’outre-Manche. Et pourtant, il fallait s’y attendre. Déjà parce que TALANAS a été formé en 2008 par deux ex-INTERLOCK, Hal Sinden (chanteur) et Joe Butterworth (batteur). Le nom d’INTERLOCK n’est peut-être pas étranger pour certains, le groupe avait déjà été une révélation dans le microcosme Metal-Indus en 2005 avec leur (hélas) unique album Crisis//Reinvention, avant de splitter en 2008. Leur nouveau rejeton TALANAS balance ici son premier album longue-durée, The Waspkeeper, après l’excellent EP Reason & Abstract dont un morceau était d’ailleurs apparu sur la première compilation Combat Nasal de notre dévoué Arno.

Fans de Metal-Indus/Cyber, sortez tout de suite les mouchoirs, car TALANAS n’a musicalement rien à voir avec INTERLOCK. Ici on est plus dans une sorte de Death/Black progressif très « british ». Et une influence majeure apparaît très vite : AKERCOCKE. Le quartet de Londres ne cache pas l’inspiration des satanistes de… Londres aussi. Jason Mendonça apparaît même en tant qu’invité sur cet album, venant poser ses vocaux extrêmes sur "Penetralium". TALANAS est certes moins dans un trip « Satan notre maître tout puissant », mais conserve un aspect visuel « gentlemen » assez similaire, ainsi que des éléments caractéristiques dans la musique (chants black, death et clair, riffs acérés, ambiances plus sombres et pesantes). Mais d’autres petits ajouts sont présents, l’ombre d’OPETH plane un tout petit peu dans l’aspect purement « Metal progressif », et on a parfois l’impression d’entendre un SWALLOW THE SUN qui essaie d’interpréter à sa sauce Domination de MORBID ANGEL. L’aspect décadent peut aussi faire penser aux groupes avant-gardistes « à la norvégienne » comme VULTURE INDUSTRIES ou ATROX, mais dans l’ensemble TALANAS propose une mixture assez personnelle et The Waspkeeper en a dans le ventre.

La recette de TALANAS consiste donc à mélanger les riffs death/black (parfois quelque peu dissonants) appuyés par des ambiances bien lugubres et par un chant black arraché (ainsi que des growls parfois assez profonds), aux breaks à chant clair assurant l’aspect décadent de leur art. Les tempos sont admirablement bien variés, parfaitement mis en valeur par l’excellent jeu de batterie de Joe Butterworth. Le tout porté par une prod graisseuse loin d’être propre et ultra-moderne, et ça fonctionne à merveille (même si ça sature un peu par moments). TALANAS montre même un aspect assez catchy, avec des morceaux fouillés mais facilement assimilables. "Ananta (The Portrait)" ouvre d’ailleurs l’album de fort belle manière, et le groupe s’offre des tubes avec le très accrocheur "A Fortune Worth Its Disguise" (avec un départ groovy très étonnant) et le single "Antiphon" rampant et salvateur. Le groupe a du talent à revendre et les riffs retiennent l’attention dès les premières écoutes, fait de rythmiques écrasantes ("The Veil & Its Behest") et d’accès plus mélodiques et acoustiques très prenants. Avec un batteur très en vue comme je le disais plus haut, on trouvera aussi un bassiste n’hésitant pas à se lâcher, notamment grâce à ce passage ultra-entraînant au sein de "Penetralium", ainsi qu’un claviériste qui fait vivre les atmosphères nocturnes de The Waspkeeper.

Si avec tout ça, il faut avouer que l’on tient un groupe de génie, j’émettrai néanmoins une petite réserve sur le chant clair de Hal. Il a tendance à être un peu trop présent et n’est pas forcément le point fort de TALANAS, son ton est juste mais trop peu varié et manquant d’énergie. Certes, le vocaliste anglais se lâche souvent sur ses parties Black, mais les passages plus « calmes » ont du mal à décoller, et l’album connaît un léger coup de mou en milieu de parcours (notamment le trop longuet "Elsewhere, But for the Giving"). Mais cela n’enlève en rien la qualité de l’aspect atmosphérique très sombre de TALANAS. A noter que d’autres invités viennent prêter main forte au combo, Jason Mendonça comme de bien entendu sur "Penetralium" (même si je n’aime décidemment pas ses growls), JD Tait de THE MEADS OF ASHPODEL sur "A Fortune Worth Its Diguise", et Adam Ever de GREAT HEIGHT sur "Messaline". The Waspkeeper se termine par les deux parties de "The Unhealing" plus pesantes et introspectives, bien que les riffs véloces se taillent toujours la part du lion, le tout magnifié par les parties acoustiques.

Au final, TALANAS nous livre ici un album de AKERCOCKE-metal très personnel dans les ambiances et avec un talent de composition et d’exécution non négligeable. Un nom à marquer au fer rouge parmi les combos dits de « Death progressif » qui fleurissent à vue d’œil. N’ayant jamais pu encadrer AKERCOCKE (le côté « brutal » et tous les chants me rebutent), je trouve avec The Waspkeeper un moyen de contenter mes esgourdes au Death/Black progressif à chant clair, même si le dudit chant clair ne me convainc pas totalement. Quoi qu’il en soit, on tient ici un groupe qui malgré ses influences arrive à proposer quelque chose d’original et accrocheur, et qu’on espère voir aller plus loin qu’un seul et unique album (comme feu-INTERLOCK malheureusement). A noter le sérieux du label Eulogy Media Ltd. (tenu par Hal Sinden lui-même) qui s’excuse platement par mail pour les retards d’envoi (sans rien demander), et qui envoie le CD dans une enveloppe à bulles noire (classe !) avec une petite fiche imprimée personnalisé à mon prénom (waouh !) pour me remercier d’avoir acheté l’album, tout en glissant quelques lignes d’humour british (je laisse ceux qui commanderont le disque découvrir la petite vanne et essayer d’en comprendre le sens, héhé).



http://www.talanas.org - 551 visite(s)


Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 11704




Auteur
Commentaire
Monceau
Membre enregistré
Posté le: 24/11/2011 à 08h27 - (98548)
t'en as melangé des choses... ^^
et pour ta reserve sur le chant clair - c'est sans doute parce que ce n'est pas en hongrois


Nightwanderer
Membre enregistré
Posté le: 24/11/2011 à 12h24 - (98554)
Chronique qui fait honneur au disque.
Je rajouterai qu'il est extrêmement addictif et que la foultitudes d'arrangements permet de découvrir de nombreux détails supplémentaires à chaque écoute. Un album de metal extrême progressif très mature et bien produit qui reviendra régulièrement sur ma platine.
Un clip du titre "Antiphon" est dispo. Si vous accrochez foncez car l'album tient ses promesses.



carnioxus
Membre enregistré
Posté le: 24/11/2011 à 12h36 - (98555)
La chronique reflète bien ce que je pense de cet album, et également concernant le chant clair, trop monotone et insistant. Par moments, l'influence de Tool époque "Undertow" se pointe, instrumentalement, pas vocalement, bien sûr. Une excellente surprise dont j'attends la suite avec impatience(ouais, déjà...), il a, sans doute, trop tourner dans la bagnole, je ne l'écoute plus trop ces derniers jours...



Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 24/11/2011 à 14h19 - (98558)
Excellent groupe, album d'une richesse qui fait plaisir à entendre !



jvice
Membre enregistré
Posté le: 24/11/2011 à 19h35 - (98565)
Les extraits sont bons!



Submeat
Membre enregistré
Posté le: 25/11/2011 à 01h45 - (98571)
L'album est bon !

Submeat
Membre enregistré
Posté le: 25/11/2011 à 12h13 - (98602)
Par contre une chose :
La filiation avec Akercocke oui mais attention le coté "evil" est bien moins prononcé chez Talanas !

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker