SWEET & LYNCH - Only To Rise (Frontiers) - 27/04/2015 @ 07h31
Ces dernières années le chanteur Michael Sweet et le guitariste George Lynch se sont montrés particulièrement actifs, respectivement avec Stryper et Lynch Mob bien sûr, mais aussi Boston et une carrière personnelle pour Michael, avec KXM ou en solo du côté de George. Non satisfaits d'être déjà bien occupés par ces divers groupes/projets, les 2 talentueux musiciens se sont unis le temps d'un premier album « Only to Rise », accompagnés d'une section rythmique dont les membres doivent cumuler à eux deux plus de 50 participations à des albums ou tournées ! A la quatre cordes, nous retrouvons en effet sieur James LoMenzo (ex-Megadeth, ex-BLS, ex-White Lion, ex-Pride & Glory, Hail !, etc.) et derrière les fûts le 'jeunot' de la bande, Brian Tichy (ex-Foreigner, ex-Billy Idol, ex-Derek Sherinian et bien d'autres). Qui dit (énième) 'supergroupe' du hard rock, dit forcément Frontiers Music, le label toujours dans les bons coups... enfin sur le papier.

Si la force première de ce quatuor est évidemment toute cette expérience cumulée, il faut bien admettre que ça ne suffit pas à rendre les morceaux convaincants. Assez molles et ô combien classiques (la ballade insipide « Me Without You » qui plombe le cœur de l'opus, le mollasson « Hero-Zero » qui fait tâche sur la fin), ces compos souffrent par exemple la comparaison avec les créations récentes de Stryper. Je ne reproche cependant pas à Sweet & Lynch d'apporter plus de finesse et sensibilité à son propos, histoire de s'éloigner un peu des références auxquelles on peut les comparer.

« Only to Rise » est un peu l'exemple du minimum syndical, un boulot fait proprement, certainement avec une grande passion, mais pour lequel la sauce ne prend que par à-coups ; difficile d'y retenir des temps forts et Michael a beau délivrer une prestation très correcte en étant de ce côté bien suivi par les 3 autres membres (George glisse quand même quelques soli mémorables), le tout manque un peu de folie et paraît limite trop scolaire, d'autant que je parle ici d'un album de 12 titres complets.
Malgré tout, les chœurs utilisés sur les 2 premiers morceaux (« The Wish » et « Dying Rose ») sont très entraînants et en phase avec des rythmiques mid-tempo tranquilles, dès plus agréables à écouter.
Dans cet ensemble léger, certains refrains se démarquent tel celui de la semi-ballade « Love Stays » que n'aurait pas renié Def Leppard, les percutants « Time Will Tell » et « Recover » (ce dernier voit Michael aller loin dans les aiguës) ou celui accompagnant un « Only to Rise » qui clôt l'album avec une énergie qui faisait bien défaut sur les pistes précédentes.

Sans parler d'un départ canon, « Only to Rise » proposait de belles choses sur son premier tiers avant de s'enfoncer inexorablement dans un hard rock mélodique joli, manquant de plus en plus d'intérêt. Pas loin du pétard mouillé ? Oui sans doute possible. A réserver avant tout aux aficionados des 2 têtes pensantes du projet, même si l'album est loin d'être une abomination pour qui apprécie le hard rock.



http://sweetandlynch.com/ - 103 visite(s)


Rédigé par : gardian666 | 13/20 | Nb de lectures : 8521




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker