SVYATOGOR - Doctor Veritas (Svarga) - 24/08/2012 @ 08h30
Svyatogor, c'est de l'équipe ukrainienne de haut niveau. Arius (Triglav) à la gratte rythmique et aux vocaux, Master Alafern (Quintessence Mystica, Thunderkraft, Triglav, le violon du dernier Nokturnal Mortum) à la guitare lead et au violon, Duk à la basse (sale bassiste fainéant qui n'a qu'un groupe) et Amorth (Astrofaes, ex-Drudkh, Underdark) à la batterie. Mine de rien, tout ce petit monde propose aujourd'hui son troisième album, seconde production de Svarga Music. Bref, nous n'avons pas affaire à des débutants. Et cette fois leur projet se veut "experimental black/death" sur la feuille promo, afin de nous transporter vers de nouveaux horizons inconnus. Le bazar a été mis en boîte à Kharkiv, au MoonHome de Munruthel où Dub Buk est passé récemment. Le pedigree se pose un peu là et, à la lecture de tous ces éléments, on espère du velu. Mais velu, il n'y aura pas.

Le premier titre "In Memory of Fallen Heroes" laisse augurer l'album intéressant. Loin de toute expérimentation, il déploie un black/death avec des éléments folk qui n'est pas sans rappeler Kroda dans ses moments les plus mélodiques. La voix est agressive et dynamique, m'évoquant le dernier Nokturnal Mortum. Oui, le premier titre est bon. Ça latte, ça pète. C'est par contre le seul de l'album.

Svyatogor propose ensuite un "black/death" bien pâlichon. Peut-être que l'expérimentation consistait à coller les uns derrière les autres des riffs mid-tempos indigents. Ou à claquer un solo repompé sur Slayer avec l'air d'insuffler une nouvelle énergie. Étrangement, des accords plaqués en croches pendant deux minutes n'ont jamais rimé avec expérimental dans mon esprit. Alors certes, on trouve des choses variées et parfois décalées : une fausse version live, une intervention de saxophone, un passage où une voix féminine caquette en français, une poignée de dissonances (pas toujours heureuses). Mais tout ce bazar bien timide ne donne pas de l'expérimental pour autant, à moins de considérer que Kreator fait du thrash expérimental sur Endorama par exemple.

Allez un truc positif : le livret est joli dans ses tons bleus et jaunes. Le son est balèze mais quel vide abyssal derrière ces riffs en carton ! Les enchaînements sont souvent brutaux et ne donnent même pas l'illusion de compositions dingues mais cohérentes. Seuls quelques instants d'accélération ou de rares mélodies m'auront sauvé de l'ennui total. Doctor Veritas est un album totalement transparent à mes oreilles. La petite touche slave multipliée par zéro ne se transforme pas en or. Sans audace et ne comptant pas son lot de riffs intéressants, cet album mérite de rester dans les étals, contrairement à ce que voudrait nous faire croire une promo dithyrambique. Fort heureusement, vous avez du recul sur la publicité, n'est-ce pas ?


Rédigé par : Prince de Lu | 09/20 | Nb de lectures : 11467




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker