SURGICAL METH MACHINE - Surgical Meth Machine (Nuclear Blast) - 19/05/2016 @ 08h28
On s’imagine bien entendre d’une voix lente : « Hello… This is Al Jourgensen from the band Ministry… please take a look at my new project, Surgical Meth Machine… fuck this business ». Oui, cette fois-ci MINISTRY semble bien mort et enterré, hors dernière dernière dernière tournée (qui devrait être conclue par un dernier dernier dernier dernier album Live, je suppose). C’est terminé, pas de successeur surprise à From Beer To Eternity, plus rien, promis, le néant. Mais Al Jourgensen ne va pas arrêter la musique pour autant, et le bougre semble même avoir une ressource insoupçonnée ces derniers temps. Outre ses projets Blues ou encore REVOLTING COCKS qui n’a rien sorti depuis un moment (étonnant !), voilà qu’il lance ce mystérieux projet baptisé SURGICAL METH MACHINE, en collaboration avec Samuel D’Ambruoso qui a produit les derniers MINISTRY. Le duo débarque alors sur Nuclear Blast (business is business…) et annonce un premier album éponyme assez vite. Et là, surprise !

Ou pas.

Certes.

Non bien évidemment, et on pouvait s’en douter du fait de la signature sur Nuclear Blast et de la présence du producteur de MINISTRY, SURGICAL METH MACHINE est bâti pour succéder à MINISTRY. Surgical Meth Machine va alors, en un seul disque, confondre le dernier dernier dernier dernier album de MINISTRY et le premier album de SURGICAL METH MACHINE, deux groupes qui bien vite ne feront qu’un, comme si Al avait viré tout son line-up et faisait désormais tout tout seul avec Samuel. Une promesse est une promesse, MINISTRY ne devait plus rien sortir après From Beer To Eternity malgré la dernière dernière dernière tournée, et SURGICAL METH MACHINE est un échappatoire subtil (ou pas d’ailleurs tellement le procédé est grossier, flagrant et prévisible). Pas de blues, pas de Rock, non juste du Thrash-Indus à samples façon MINISTRY de Houses Of The Molé à From Beer To Eternity. Que c’est étonnant !

Et alors que paradoxalement, From Beer To Eternity ouvrait des portes pour MINISTRY qui a cependant et logiquement choisi de s’arrêter là (… sous ce patronyme), SURGICAL METH MACHINE ne va pas se poser beaucoup de questions et bourrer menu. Surgical Meth Machine s’inspire donc des morceaux les plus rentre-dedans que MINISTRY a(vait) pondu depuis 2003. On ne retrouve pas le touché REVOLTING COCKS ni les légères expérimentations psyché/dub qui émaillaient certaines pistes de From Beer To Eternity. L’ensemble est toutefois un peu plus « électro » qu’à l’accoutumée et mine de rien, parfois, on penche même vers l’urgence et le tranchant d’un Psalm 69. Comme je l’avais dit, Al Jourgensen s’est retrouvé une forme et/ou s’est fait violence, Surgical Meth Machine laissant loin derrière lui des singles poussifs comme "99%" ou "PermaWar". Globalement, cet album sonne même comme une meilleure version, plus efficace, de Relapse ! En gros, et pour « refaire le match », l’album que MINISTRY aurait du sortir pour s’arrêter définitivement à cette époque, plutôt que s’auto-repomper minablement et finir sur une semi-expérimentation laissant un goût d’inachevé.

Ce n’est pas pour autant que l’inspiration est au rendez-vous, on s’en rend compte dès "I’m Sensitive" qui nous refait le coup de l’intro bourrée de samples. Globalement, Surgical Meth Machine est tout de même un album dynamique, ou le Thrash/Indus saccadé est à l’honneur, lattant à la lisière de la déglingue ("Tragic Alert", "I Don’t Wanna"), efficace ("I Want More"), plus classique ("Rich People Problems") ou plus frais et mélodique avec des solos de partout ("Gates of Steel", "Spudnik"). Mais bien évidemment, ça sent le réchauffé tout du long (notamment "Smash and Grab" ou "Unlistenable" qui nous refait le coup de l’extrême "Side F/X" en taclant gentiment NICKELBACK au passage), Surgical Meth Machine est certes percutant à souhait mais relativement linéaire, et on est tout de même loin des tueries passées comme "Double Tap" ou les meilleurs morceaux de Rio Grande Blood et The Last Sucker. Avec un trio final qui change un peu (les électro "Just Go Home" et "Just Keep Going", le final intriguant et touchant "I’m Invisible"), Surgical Meth Machine est au bout un album correct… de MINISTRY post-Animositisomina. Il ne faut pas se leurrer, oui, SURGICAL METH MACHINE est le nouveau MINISTRY, même si en vérité seul l’avenir nous le dira. Jourgensen ne va probablement pas s’arrêter là, et ce vrai-faux nouveau projet lui offre un regain de forme à défaut d’un regain de créativité. Du MINISTRY worship plus déglingos et sans prétention finalement, meilleur que les dernier dernier et dernier dernier dernier albums de MINISTRY mais pas au niveau de la trilogie anti-Bush, quant à comparer aux glorieux débuts c’est hors de propos. Une surprise qui n’en est pas une bien attendue, pour un album pas honteux mais prévisible, c’est à prendre à ou à laisser et selon votre niveau de tolérance pour le Thrash-Indus du père Al, c’est à vous de voir comment vous allez apprécier ce nouvel album de MINISTRY premier album de SURGICAL METH MACHINE.




Rédigé par : ZeSnake | Ministry/20 | Nb de lectures : 6778




Auteur
Commentaire
Dimechag
IP:95.141.97.226
Invité
Posté le: 19/05/2016 à 09h41 - (120129)
L'inspiration est justement au rendez-vous, un album qui tourne en boucle alors que j'avais bien du mal avec Ministry ces dernières années, trilogie W comprise.
La production est nettement meilleure et ce retour à la défouraille complète est parfait.



sludge jm
Membre enregistré
Posté le: 19/05/2016 à 11h20 - (120130)
pour ma part, passée la bonne 1ère impression, je me suis vite rendu compte qu'il a pris ce qu'il y avait de mieux dans tous ses projets pour en faire un album....un copier/coller mixé dans un best-of interprété par un tribute-band quoi !!! là aussi, la retraite ça se prépare !!!



Azerty
IP:79.81.23.45
Invité
Posté le: 19/05/2016 à 13h27 - (120132)
Pourquoi changer de nom de groupe ?! C'est tellement peu différent d'avant mais il y a se grain de folie qui est le bien venu ! Comme le printemps qui nous fait du bien ! Les 3 dernier morceaux par contre sont de trop

Cöuille . Mölle
IP:46.193.1.81
Invité
Posté le: 19/05/2016 à 15h34 - (120133)
Ecouté vite fait j'ai rien trouvé de transcendant, mais ça reste à creuser. Le seul titre marquant que je me repasse avec plaisir est celui qui clôt l'album : "I'm Invisible".

Un truc marrant, l'ordre des titres de l'album construit d'une manière précise (1-1-2-3-2-1-1) et de façon à former des des phrases... bizarres, mais des phrases quand même :-)


Burn
IP:82.66.214.120
Invité
Posté le: 19/05/2016 à 19h16 - (120134)
"Gates Of Steel" est une reprise de Devo, et les trois titres qui la suivent font un peu figure de remplissage, dommage, le reste est efficace.

Maxgrind
IP:78.122.6.150
Invité
Posté le: 20/05/2016 à 07h35 - (120136)
+1 Cöuille Mölle : Ouaip', I'm Invisible est terrible !

Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 20/05/2016 à 17h23 - (120144)
A l'écoute du titre paru sur le sampler du dernier numéro de Rock Hard (et sans savoir qui état derrière), j'ai eu l'impression d'un groupe qui faisait du SYL époque "City"

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker