SUMMONER - Winter Solstice (BTOD/Masterpiece distribution) - 24/04/2004 @ 16h09
Le titre de cet album n’a pas grand chose à voir avec les rivages bleu azur des côtes méditerranéennes et pourtant Summoner est bel et bien un groupe du sud, Italien pour être précis. Sans chambouler le paysage métal européen le groupe arrive quand même à sortir un album honorable de death métal mélodique faisant suite à leur premier album « Summoner sign » qui avait porté l’attention sur ce groupe en 2001.
L’interprétation des musiciens est irréprochable, et l’alliance mélodie/agressivité même si elle commence à être sévèrement éprouvée fait toujours sont petit effet. D’autant plus que Summoner ne lésine pas sur les mélodies ce qui en fait un point fort de sa musique, on en retrouve bien sûr dans les guitares mais pas mal également dans les synthés qui sont omniprésents sur l’ensemble des compos. Pour mettre en valeur les parties instrumentales le groupe a choisi de diversifier le chant au maximum. Paolo associe à merveille le chant death à un autre plus black, amenant ainsi une variation vocale certaine et très plaisante. Mais ce n’est pas tout, apparaît de temps en temps à ses côtés une jeune demoiselle qui avec ses vocalises aériennes apporte le contrepoids idéal au chant guttural de son compagnon « In dreamy lullaby ».
On pourrait qualifier le groupe de trait d’union entre l’Italie et la Suède pour deux raisons. En premier lieu à cause des passages death mélodique qui ont toutes les caractéristiques de la scène suédoise et qui apportent les ambiances les plus froides, le titre « Gaia flowered mantle » par exemple. Ensuite, le rapprochement avec l’Italie se fait pour sa part via les trop rares parties de chant de Nadia qui rappellent que Lacuna Coil évolue dans un registre certes plus calme et différent mais tout aussi mélodique. Justement, parlons en de la mélodie, et particulièrement des synthés qui sont à l’origine de pas mal d’entre elles. Lorsque ces derniers endossent le rôle du piano fragile et délicat, il n’y a rien à dire. Quand ils se contentent d’être en nappes à l’arrière plan en support des grattes cela ce passe plutôt bien si ce n’est que les sons employés sont parfois un peu lourds et trop convenus. Il y aurait de ce côté là quelques arrangements à peaufiner pour que la musique gagne en qualité (avec quelques petites longueurs à supprimer).
En fait Summoner a tout pour plaire et paradoxalement c’est peut être ce qui va jouer contre lui. Les compos sont bonnes mais le groupe n’arrive pas à les transcender pour en faire des modèles du genre. Trop bourrin pour les plus calmes et trop calme pour les plus bourrins Summoner risque de diviser là ou il devrait régner si ses compos étaient plus personnelles et plus accrocheuses à la première écoute. Au final on a un bon album avec une bonne production et une volonté d’aller de l’avant. Si le groupe ne s’affirme pas, pour l’instant, comme une valeur sure au niveau européen, il l’est certainement dans son pays d’origine.



Rédigé par : dark tranquilou | 13/20 | Nb de lectures : 7276




Auteur
Commentaire
Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker