SUMAC - The Deal (Profound Lore) - 26/03/2015 @ 07h38
Si vous êtes pressé, réfléchissez avant de vous plonger dans cette galette, car le duo prend le temps de créer son environnement musical, un univers qui colle à merveille à son géniteur et tête pensante Aaron Turner. Il triture une fois de plus sa guitare et en retire des sonorités lourdes, organiques, répétitives et quasi progressives. Une intro à 3.30 minutes aidée d’une outro à plus de 5 minutes englobent 4 longs morceaux oscillant entre 9 et presque 14 minutes chacun. Riffing Isisien en veux-tu en voilà, le ton ne monte jamais réellement, pourtant le duo guitare/batterie offre la balance adéquate entre sludge heavy et sludge atmosphérique, matinée d’intonations post-hardcore.

Aaron Turner est sur tous les fronts, s’exprimant musicalement au sein de plusieurs entités, Old Man’s Gloom semblant avoir ses faveurs ces dernières années. Il fonde récemment Sumac avec le batteur Nick Yacyshyn, marteleur chez les canadiens de Baptists. Ce dernier délivre des patterns simples, discontinus, bourrés d’assauts lourds et entêtants, mais surtout très organiques. The Deal est axé sur la musique, le chant rugueux et éructé de Turner est relativement peu présent, presque en retrait. Les 6 titres piochent autant chez Pelican qu’Isis, forcément, avec de belles ambiances et une belle gestion de l’espace. Au contraire de ce dernier justement, la musique est moins multifacette avec moins de couches de sons qui se chevauchent. Isis est plus subtil et travaillé que Sumac, qui lui est plus hargneux, plus brut, mais surtout très organique. Le sentiment de les croire jouer dans la pièce à côté est constamment présent. La batterie est son atout numéro 1, car sans frime, elle est efficace, trapue et jouissive. Pour ceux qui s’intéressent à cet instrument, ils seront très vite happés par le jeu de Nick Yacyshyn, qui est un véritable régal. Avez-vous vu le film Whiplash ? Le jeu de batterie de ce premier album me fait penser à ce fantastique film. Côté guitare, elle est dissonante et travaillée. Aaron montre une fois de plus qu’en jouer semble facile, il dégage une belle maîtrise et épate une fois de plus même si ce n’est clairement pas son effort le plus ambitieux à ce jour. Le bon songwriting, qui sans artifice, sait se frayer un chemin et faire voyager son auditeur pour un opus aventureux dans la plus pure tradition Isisienne.

A titre de comparaison, nous sommes plus proches du cinéma indépendant français que du blockbuster américain : aucune frime, ni surabondance technique, ni explosion ostentatoire. Les sentiments se dévoilent lentement, avec retenue, pour des ambiances qui peinent à se consumer, et la trame se suffit à elle-même. Tout comme le cinéma français, ce CD peut ennuyer ceux qui n’y sont pas habitués, et ceux à la recherche de sensationnel.

Tout n’est pas rose non plus. Tristement, rien ne ressort en particulier de cette nouvelle sortie, plus à prendre dans son ensemble dû à son absence de titre phare, de sonorités purement jouissives, renforcés par quelques passages qui tombent à plat. Le riffing de Turner n’est pas méconnu et rappelle les triturations propres à Isis, mais ne quitte guère le mid-tempo pour une galette aux très faibles évolutions rythmiques et stylistiques. Il y a même un faux rythme tout du long de The Deal où l’album ne décolle jamais réellement. Sumac manque de nuance, de surprise, et de couilles parfois. Il ne prend pas assez son auditeur à défaut.
Les fans d’Isis savent où ils mettent les pieds, et ne seront pas bousculés dans leurs certitudes. Intéressant et séduisant pendant son écoute, The Deal n’en laisse pas moins une marque délébile en mémoire, pour une sortie que n’est pas la plus marquante d’Aaron Turner. On touche le très bon, mais sans approcher l’excellent. Tout de même, Sumac mérite votre curiosité, ne serait-ce que pour le superbe jeu de son batteur, et parce que le boulot abattu à eux deux est impressionnant.




Rédigé par : Bras Cassé | 14,5/20 | Nb de lectures : 9133




Auteur
Commentaire
Bernard
Membre enregistré
Posté le: 26/03/2015 à 08h41 - (116259)
Rien de neuf sous le soleil égyptien (allusion lourde et tirée par les cheveux à Isis..). C'est ce que je me suis dit à l'écoute de cet album. Pas réellement envie de le réécouter.

Nico_Of_The_Dead
Membre enregistré
Posté le: 31/03/2015 à 07h47 - (116358)
Mieux vaudrait reformer Isis que continuellement jouer du sous-Isis.

away.alive
Membre enregistré
Posté le: 02/04/2015 à 13h27 - (116390)
Pour ma part, les derniers Isis m'ayant plutôt fait chier, je retrouve avec plaisir le côté organique des premières productions. Et j'attends la suite avec impatience !



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker