SULPHUR AEON - Gateway To The Antisphere (Ván/Imperium) - 15/05/2015 @ 08h22
Après avoir invoqué Cthulhu (avec des litres et des litres d’eau trouble) dans ta chambre avec Swallowed By The Ocean’s Tide (2013), SULPHUR AEON est de retour pour continuer à invoquer les créatures lovecraftiennes des profondeurs et les exhiber à la face du monde, si possible avec beaucoup de bruit et de fracas. La scène Black-Metal a THE GREAT OLD ONES, le Death a SULPHUR AEON, deux groupes qui rendent un fier hommage et chacun à leur manière à l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft. Bien évidemment de nombreux groupes de Metal s’inspirent des écrits de l’auteur de « L’Appel de Cthulhu », mais avec des formations comme SULPHUR AEON l’inspiration passe à un autre niveau, l’œuvre d’H.P.L. dicte tout, de l’ambiance sonore aux visuels en passant bien évidemment par les thèmes et paroles. D’un « Tidal » Metal on est donc bien vite passé à un « Lovecraftian » Metal concernant les premières œuvres du trio allemand SULPHUR AEON. D’ailleurs le groupe s’était permis de balancer direct et sans prévenir un véritable chef d’œuvre, un Swallowed By The Ocean’s Tide qui avait tapé fort et surpris son monde, au milieu des dizaines de disques de Death old-school suédois de chez F.D.A. Rekotz, une belle bouffée d’air frais sous forme d’une vague de 30 mètres d’eau glacée des profondeurs. SULPHUR AEON a englouti les adeptes de Death à la fois traditionnel, massif et mélodique (les influences swedish BM en sus), il doit maintenant confirmer son illustre premier effort, provoquer à nouveau un tsunami occulte et légendaire pour ne pas laisser la moindre chance à chacun de s’en sortir à la nage.

A la manière de Swallowed By The Ocean’s Tide, SULPHUR AEON commence par une intro histoire d’invoquer toutes les créatures de l’imaginaire de H.P. Lovecraft, et on est parti pour un peu plus de 50 minutes de Death Metal légèrement blackisé qui s’annonce une fois de plus monumental. L’ambiance des profondeurs est déjà en place, les allemands affûtent donc leurs riffs massifs, placent leurs leads aquatiques et leurs blasts étouffants, et "Devotion to the Cosmic Chaos" démarre Gateway To The Antisphere en fanfare, avec tout ce qui faisait le charme de Swallowed By The Ocean’s Tide. SULPHUR AEON n’a donc pas encore opté pour le changement, pas même une évolution manifeste, se plaçant dans la lignée de tout ce qui faisait le charme de son premier opus. Toutefois, la production est nettement plus équilibrée et « compréhensible », bien que toujours bouillonnante et oppressante à souhait, avec cet effet « IMMOLATION produit par l’underground suédois » qui fait partie de l’identité du groupe allemand et qui possède une puissance rarement atteinte par toute la scène Death old-school. Le chant de M. est le même que pour le précédent album avec un peu plus de variations tout de même. Et ses deux acolytes T. et D. sont en grande forme pour cet excellent "Devotion to the Cosmic Chaos", aux riffs appuyés terribles, aux enchaînements et changements de rythmes percutants et aux mélodies toujours prenantes, voilà déjà le tube de ce Gateway To The Antisphere et un morceau qui sera majeur dans la discographie de SULPHUR AEON, aux côtés des déjà cultes "Incantation" et "Inexorable Spirits".

SULPHUR AEON change donc légèrement le décorum sonore mais niveau contenu et contenant, c’est la même chose que Swallowed By The Ocean’s Tide, à regret peut-être. Gateway To The Antisphere est globalement un album sans surprise, qui aura donc du mal à bénéficier de l’effet de surprise qui avait fait briller le premier album justement. Tout SULPHUR AEON est là-dedans et celui qui aura bien digéré Swallowed By The Ocean’s Tide sera en terrain dans un océan connu. Néanmoins, le groupe allemand semble avoir voulu se la jouer encore plus monumental et monolithique, aussi Gateway To The Antisphere est moins varié que son prédécesseur qui proposait tour à tour des pièces mélodiques ("Incantation"), brutales ("The Devil’s Gorge") ou lourdes ("Those Who Dwell in Stellar Void"). Ici les variations se font plus au sein des morceaux, oscillant entre étalage de mélodies et accélérations tranchantes, mais Gateway To The Antisphere est à prendre comme un bloc, assez linéaire même si ce n’est pas vraiment un reproche. Après le splendide "Devotion to the Cosmic Chaos", des morceaux hélas moins marquants ou trop « classiques » (voire prévisibles) sont à signaler ("Titans" malgré quelques belles mélodies, "He Is the Gate" malgré sa batterie qui bourre bien, "Onwards… Towards Kadath!" malgré des riffs incisifs). Cependant pour le reste, force est de constater que SULPHUR AEON est en forme, est inspiré sans se renouveler (on en est qu’au deuxième album en même temps) : "Calls from Below" cartonne dans l’ensemble (gros riffs, mélodies, passages archi lourds), "Abysshex" fait toute la définition du groupe avec brio (efficace, massif et puissant), tout comme "Diluvial Ascension - Gateway to the Antisphere" qui est le nouveau "Swallowed by the Ocean’s Tide" en tant que modèle de massivité sombre et oppressante, "Seventy Steps" s’offre d’excellents rythmes et de jolies mélodies sans révolutionner le son du groupe, "Into the Courts of Azathoth" y va pied au plancher pour faire taper du pied, ou plutôt faire nager à toute vitesse, pour échapper au monstres sortant des profondeurs.

Avec un artwork monumental (mais un peu confus je trouve) de Ola Larsson encore une fois (emballé dans un somptueux slipcase noir orné d’un symbole lovecraftien argenté), SULPHUR AEON s’offre donc un nouvel album monumental, qui se termine pourtant en douceur avec l’outro "Conclusion…" toute en mélodies façon générique de fin, pour conclure un chapitre d’horreurs occultes mises en forme de musique lourde et violente. Avec Swallowed By The Ocean’s Tide, le trident allemand avait finalement fait plus que poser ses bases, à tel point qu’il aurait pu logiquement être son second album, celui de l’aboutissement. Gateway To The Antisphere réapplique donc les codes du « Lovecraftian » Metal façonné par les allemands, sans plus par rapport au premier opus mais avec de la réussite (l’intégration des mélodies est parfaite) et de l’efficacité (certains riffs charcutent menu), malgré des pistes plus anecdotiques et des longueurs également, sans régresser mais sans surprendre. Ce n’est pas ici qu’il y aura un nouveau "The Devil’s Gorge" et passée la déception des premières écoutes notamment à cause de la linéarité de l’ensemble, Gateway To The Antisphere dévoile tout son potentiel et ses qualités. SULPHUR AEON a, c’est certain, trouvé son équilibre, au niveau sonore et au niveau des compositions et arrangements, mais passer après la claque qu’était Swallowed By The Ocean’s Tide était ardu et Gateway To The Antisphere en pâtit un peu. Certains préfèreront cet équilibre surtout pour la production plus accessible (tout est relatif), moi je préfère les morceaux plus marquants et terribles de Swallowed By The Ocean’s Tide et la révélation suscitée à l’époque. Question de contexte certes, mais SULPHUR AEON de par son identité purement lovecraftienne qui trouve écho dans toutes les composantes est à part dans la vaste galaxie du Death old-school, et livre (au minimum) un second excellent album de suite, même s’il avait presque tout dit avec son premier opus et n’en fait pas plus que prévu. Reste à voir comment le groupe allemand va devoir évoluer pour continuer à invoquer Cthulhu et ses potes pour engloutir la surface terrestre de leur maelström de Death/Black aquatique.




Rédigé par : ZeSnake | 16/20 | Nb de lectures : 10406




Auteur
Commentaire
GabinEastwood
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2015 à 09h06 - (116696)
Le trio allemand n'a pas déçu car ce disque était l'un des plus attendus de l'année. Moins opaque et plus clair que son prédécesseur il contient toujours une noirceur et une puissance incroyable. On se laisse happer par sa puissance et son ambiance pénétrante.

Un des albums de 2015 ni plus ni moins !!!



Youpimatin
Membre enregistré
Posté le: 15/05/2015 à 17h55 - (116700)
Comme Jean-cLint, un album qui te prend et t'enrobe dans une gangue oppressante faite de noirceur qui, au final, te fait dire que c'est bien bon quand même !! Quelles compos, quel atmosphère, assurément l'un des meilleurs albums de Death depuis bien longtemps.
Quand un groupe est créatif, tout de suite, on est à un autre niveau...



Poney
IP:132.212.216.155
Invité
Posté le: 15/05/2015 à 18h36 - (116701)
L’effet de surprise n’est plus là et au contraire, l’attente était forte. Je trouve d’ailleurs que le groupe, en gardant sa personnalité, a ici changé de stratégie en s’axant majoritairement sur quelque chose de massif et en dissimulant les mélodies. Ainsi, même si la production est plus claire que sur celui d’avant, nombre de passages leads sont plus au moins cachés dans le magma sonore là où ils étaient auparavant plus mis en avant.
Après tout est dit, les morceaux sont riches, complexes et inspirés (à part peut être les deux premiers que je trouve un cran en dessous des suivants), le groupe a une personnalité bien affirmée et pour couronner le tout, le duo artwork/packaging est magnifique. Il faut un certain temps pour l’assimiler mais une fois que c’est fait, ce n’est que du bonheur.

talk shit
IP:91.88.153.127
Invité
Posté le: 16/05/2015 à 14h41 - (116706)
la seconde moitié de l'album est effectivement dantesque!

Ivan Grozny
Membre enregistré
Posté le: 16/05/2015 à 15h34 - (116707)
Très bon disque de death metal, et tout à fait d'accord avec la remarque sur la confusion relative de l'artwork. La qualité est là, mais on n'atteint pas la force d'évocation de certains travaux de Michael Whelan ou de Caza sur Cthulhu.



smetz
IP:94.124.85.14
Invité
Posté le: 16/05/2015 à 21h11 - (116710)
"artwork confus" ce qu'il faut pas lire comme âneries...

grozeil
Membre enregistré
Posté le: 17/05/2015 à 10h47 - (116711)
Putain, c'est bien!

QMB
IP:83.152.46.19
Invité
Posté le: 17/05/2015 à 13h15 - (116714)
Personne ne trouve ça surcôté comme groupe ?
Car quitte à ne pas avoir de riff marquant comme c'est le cas ici mais une ambiance qui évoque beaucoup plus Lovecraft, Portal se débrouille beaucoup mieux.

Alors OK c'est pas la même école, là c'est produit, ça se veut massif et écrasant, mais c'est un peu vain en terme de compositions. Ou alors j'suis pas rentré dedans et il me faut encore un paquet d'écoutes.

Je lui laisserai sa chance !

eyziel
Membre enregistré
Posté le: 17/05/2015 à 16h35 - (116716)
Complètement d'accord avec le Snake. Un très bon album mais peu être un poil trop linéaire pour atteindre le firmament.
L'album aurait gagné en diversité selon moi. C'est ce qui m'empêche de l'écouter en boucle.
Cela étant dit, et comme tout le monde, c'est quand même du lourd.

kane
IP:66.249.93.193
Invité
Posté le: 17/05/2015 à 18h24 - (116718)
Formidable disque. Vraiment. Une bombe d'album.

Sauf que je viens d'écouter l'album de George Kollias...L'album de death metal 2015 est à aller chercher du côté du batteur grec... Bombe.

nok!
IP:78.238.189.191
Invité
Posté le: 18/05/2015 à 18h48 - (116720)
Decouvert sur VS avec l'extrait "gateway to the antisphere", je me suis commandé les deux CDs du groupe.

Le premier est pas mal mais celui ci est plus puissant je trouve. On y gagne en clarté, même si le son un peu "fouillé" contribuait à l'ambiance "sous marine".

Un bon 16/20 mérité ! Pas l'album de l'année mais un trés trés bon disque.

Pochette magnifique qui fourmille de détails !

@kane : c'est quoi son nom à l'album de Kolias ?

kane
IP:66.249.93.185
Invité
Posté le: 18/05/2015 à 21h33 - (116721)
@nok!

Il s'appelle Invictus. Il est sorti il y a quelques jours.

Humungus
Membre enregistré
Posté le: 19/05/2015 à 06h16 - (116722)
QMB + 1.
Je me suis intéressé au groupe à l'époque en tombant sur la superbe pochette du premier album...
Et musicalement, aussi vite oublié qu'écouté.
Cette année, je m'intéresse à cette galette en voyant de nouveau l'exceptionnelle jaquette de l'objet...
Ben rebelote.
La grande question étant donc : Tomberai-je dans le panneau une troisième fois ?

Tranbert
Membre enregistré
Posté le: 27/05/2015 à 14h30 - (116793)
Oui idem, je me suis laissé tenté par le 1er album aux vues des divers com' et chronique dithyrambique lu ici même...
Ben je l'ai revendu assez vite..., a part le 1er titre, c'est quand même moyen.

J'essayerai tout de même celui-la, qui effectivement a une excellente pochette, mais ça ne fait pas tout.

DarkCed
Membre enregistré
Posté le: 28/05/2015 à 12h40 - (116811)
c'est vrai que la comparaison avec l'album de Kollias est bien trouvée. Par contre celui-là est quand même beaucoup moins chiant je trouve !

CromCruach
Membre enregistré
Posté le: 04/06/2015 à 12h56 - (116884)
Pas un forcené de Death mais là ça vaut l'écoute !!



Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker