STRATOVARIUS - Under Flaming Winter Skies - Live in Tampere (Edel/earMUSIC) - 07/08/2012 @ 08h23
Depuis le départ de Timo Tolkki, Stratovarius a pondu 2 albums studios bien meilleurs que les productions réalisées entre 2003 et 2005, très moyennes, pour ne pas dire médiocres. Le groupe n'ayant pas sorti de live officiel depuis 1998 (si l'on ne prend pas en compte celui accompagnant la réédition de «Polaris»), il était temps de réparer cet oubli, chose que le groupe a décidé de faire avec ce «Under Flaming Winter Skies – Live in Tampere». Un live à la saveur particulière puisque la prestation donnée par le groupe dans son pays natal (la Finlande pour ceux qui ne savent pas où est Tampere) faisait partie de la tournée d'adieu en l'honneur de leur batteur, Mr. Jörg Michael, membre de Strato' depuis 16 années (Jörg ayant également joué dans Grave Digger, Saxon, Running Wild, Axel Rudi Pell, Mekong Delta, Rage et bien d'autres !!) et qui a décidé d'arrêter l'aventure avec ses amis finlandais.

Ce live est donc un bon témoignage du Stratovarius sans Tolkki, et rend en même temps un bel hommage à un homme prolifique et qui plus est, excellent musicien. Au programme de ce «Live in Tampere», 17 titres auxquels il faut ajouter 3 solos: le premier de guitare, court et pas dégoûtant, le second de basse un peu plus long et dispensable, et un troisième, celui de clavier extrêmement court, donc pas trop préjudiciable à l'écoute de ce concert. Étonnamment, Jörg Michael n'a pas droit à quelques minutes pour placer un solo qu'on aurait pu accepter davantage que celui de basse. Je n'ai pas eu l'occasion de visionner ce live, mais je peux dire que sur la version audio, les speechs entre morceaux sont pratiquement inexistants et Timo Kotipelto pour ainsi dire, ne s'exprime que très peu d'un titre à l'autre (quand ce n'est pas majoritairement qu'il ne dit rien). Un bon plus pour l'auditeur qui voit les titres s'enchaîner sans longueurs, juste quelques secondes de pause pour que les musiciens soient calés avant le prochain morceau.

Pour ce qui est de la qualité et perception sonore, pas besoin d'être un expert pour se rendre compte que ce concert n'a pas été beaucoup retouché et n'est pas overdubé de partout. Le mixage apparaît parfois inégal, le chant étant un peu noyé parmi les autres instruments et le bruit de la foule, et à l'inverse, la batterie a tendance à 'bouffer' l'espace sonore, surtout les parties de double pédale (ce qui est souvent ce que l'on ressent réellement en concert...). Malgré que le son ait un aspect assez brut, cela nous permet de mieux vivre le concert et également de différencier la manière dont sonnent les instruments en live par rapport au studio (c'est le cas du clavier surtout). Si le chant est un peu noyé au milieu du reste, il faut bien dire aussi que Kotipelto est parfois à la peine et n'arrive plus à aussi bien tenir certaines lignes vocales (les refrains de 'Paradise' et 'Father Time' pour en témoigner). Il vieillit comme tout le monde, mais j'ai bien peur que le groupe ne puisse plus jouer ses morceaux les plus speeds dans quelques années avec un Timo autant en difficulté.

En s'intéressant un peu plus en détail au contenu de ce live, on note que l'album «Visions» est bien représenté, puisque pas moins de 6 titres y sont joués, dont les classiques 'Black Diamond', 'Kiss of Judas', le tubesque 'Paradise', le joli et très mélodique 'Coming Home', ainsi que le long et magistral titre éponyme. Rien à redire sur les prestations des musiciens qui reprennent fidèlement leur répertoire, avec une mention quand même au jeune guitariste Matias Kupiainen qui se réapproprie de belle manière le jeu parfois relevé du sieur Tolkki, et assure à perfection les soli qui lui sont confiés. Stratovarius agrémente son set de 2 reprises, le culte 'Burn' de Deep Purple et le populaire 'Behind Blue Eyes' des Who. Le choix de ces titres peut se discuter, pas qu'ils soient mal repris, mais le groupe aurait peut être pu à la place jouer des titres des albums 'Destiny' ou 'Infinite'.

Autres titres qui font moins effet, le célèbre mais peu excitant, pour ne pas dire fade 'Eagleheart' et le récent et anecdotique 'Darkest Hours' font parti de ces passages peu exaltants, voire de remplissage du live. «Under Flaming Winter Skies» nous laisse en définitive sur une impression mitigée : on pourra notamment regretter le choix de certains titres, l'interprétation vocale qui elle n'est pas toujours très juste et puis il manque un petit quelque chose, une étincelle pour donner à l'auditeur l'envie de ré-écouter régulièrement ce concert. En contrepartie, le son naturel, chaleureux, le travail sérieux abattu par les musiciens et la présence d'une poignée de classiques ont de quoi satisfaire les fans de speed mélodique. Un bon live, mais pas excellent, faute de mieux.




Rédigé par : gardian666 | 13/20 | Nb de lectures : 12168




Auteur
Commentaire
flowfi
Membre enregistré
Posté le: 07/08/2012 à 15h19 - (103255)
"Malgré que" : cette formulation n'existe pas en français !

flowfi
Membre enregistré
Posté le: 07/08/2012 à 15h20 - (103256)
"la manière dont sonne les instruments" : LES instruments sonnENT...

flowfi
Membre enregistré
Posté le: 07/08/2012 à 15h20 - (103257)
"c'est la cas" : LE cas...

gardian666
Membre enregistré
Posté le: 07/08/2012 à 17h24 - (103260)
merci de tes corrections, mais "Malgré que" peut s'employer (uniquement avec le verbe avoir au subjonctif). Donc j'ai un peu modifié la formulation, mais elle existe bien.

Par contre, c'était pas utile de répondre en 3 commentaires...

Et sur le live en lui-même, un petit mot à dire ?

azerty
IP:93.15.235.43
Invité
Posté le: 12/08/2012 à 19h24 - (103289)
pas mal

Ajouter un commentaire

Pseudo :
Enregistrement Connexion






Niveau de modération : Commentaires non modérés par l'administration du site

Ce commentaire est soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'il ne suit pas les règles suivantes : Pas de pub, pas de lien web, pas d'annonces de concerts, il ne sera pas retenu. Plus d'infos

Proposez News | VS Story | F.A.Q. | Contact | Signaler un Bug | VS Recrute | Mentions Légales | VS-webzine.com

eXTReMe Tracker